International
Joe Biden

Joe Biden aurait Parkinson? La Maison blanche dément la rumeur

White House press secretary Karine Jean-Pierre speaks as she is repeatedly asked about President Joe Biden's medical records during the daily briefing at the White House in Washington, Monday, Ju ...
La porte-parole Karin Jean-Pierre est venu démentir les rumeurs.Keystone

La Maison blanche dément une rumeur sur l'état de santé de Joe Biden

Le président américain Joe Biden n'est pas traité pour la maladie de Parkinson, a assuré lundi sa porte-parole, après des spéculations provoquées par un article du New York Times.
09.07.2024, 07:04
Plus de «International»

Le New York Times a révélé lundi qu'un spécialiste de la maladie neurodégénérative de Parkinson avait été reçu huit fois en huit mois à la Maison-Blanche, entre l'été 2023 et ce printemps, soulevant ainsi les craintes de voir le président Joe Biden en souffrir. Lundi, sa porte-parole a démenti ces soupçons. Et il ne prend pas de médicaments contre cette maladie, a-t-elle ajouté.

Karine Jean-Pierre, la porte-parole du président démocrate de 81 ans, a tenté de contenir la vague de spéculation provoquée par cet article:

«Le président est-il traité pour la maladie de Parkinson? Non. Prend-il des médicaments contre la maladie de Parkinson? Non»
Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison blanche

Elle n'a pas indiqué qui ce spécialiste était venu voir ni dans quel but, se retranchant derrière une obligation de «confidentialité». Elle a souligné que Joe Biden avait vu trois fois un neurologue à l'occasion de ses bilans annuels de santé, dont le dernier a été rendu public en février, et qu'il avait été testé pour diverses maladies neurodégénératives dans ce cadre, avec des résultats négatifs.

Biden se veut rassurant

Joe Biden a exhorté lundi les élus du parti démocrate divisé à «se rassembler» autour de sa candidature et a défié les sceptiques de l'affronter lors de la convention d'investiture du mois d'août, alors que les appels à un retrait de sa candidature se poursuivent.

«Je suis fermement décidé à rester en course», a écrit le président américain dans une lettre aux parlementaires démocrates, de retour en session à Washington après la pause de la fête nationale du 4 juillet. «Il est temps de se rassembler», juge le démocrate de 81 ans.

Joe Biden a indiqué aux parlementaires qu'il n'était «pas aveugle» aux «préoccupations» exprimées depuis le duel télévisé face à son adversaire de 78 ans, lors duquel il est apparu très fatigué et embrouillé. Mais dans un appel retransmis pendant l'émission matinale de la chaîne MSNBC, il s'en est pris avec véhémence aux frondeurs dans son propre parti.

Raillé par Trump

Donald Trump a estimé lundi que Joe Biden pourrait bien rester candidat à la présidentielle de novembre, malgré les pressions jusque dans le camp du démocrate pour qu'il se retire. «Il a un ego et ne veut pas abandonner. Il ne veut pas faire cela», a déclaré l'ex-président républicain dans une interview à Fox News, sa première depuis le débat opposant les deux hommes à la fin juin.

«Ce fut un débat étrange, parce que dès les deux premières minutes, les réponses qu'il donnait n'avaient pas beaucoup de sens»
Donald Trump

Lors de cette soirée catastrophique pour Joe Biden, le démocrate de 81 ans était apparu très fatigué et embrouillé. «Il avait l'air extrêmement pâle pour le dire gentiment», a commenté Donald Trump lundi soir, affirmant que, quand son adversaire avait commencé à parler, il avait trouvé sa voix «assez faible».

(sda/ats/afp)

En Alaska, les rivières prennent une drôle de couleur
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pedro Sánchez sera convoqué dans l'enquête visant sa femme
Le premier ministre espagnol va être entendu comme témoin le 30 juillet par le juge qui enquête sur les accusations de corruption et trafic d'influence visant son épouse, Begoña Gómez.

Le juge d'instruction Juan Carlos Peinado entendra le premier ministre espagnol Pedro Sánchez le 30 juillet à 11 heures en qualité de témoin au sein du Palais de la Moncloa, résidence officielle du chef du gouvernement, dans le cadre de l'enquête sur les accusations de corruption et trafic d'influence visant son épouse, Begoña Gómez.

L’article