DE | FR
Facebook se lie à une marque de luxe pour lutter contre la contrefaçon. Watson

Les contrefaçons qui pullulent sur les réseaux sociaux peuvent coûter cher à Facebook qui s'attaque au marché du luxe. Image: shutterstock

Facebook se lie à une marque de luxe pour couler les ventes d'une escroc

Une femme aurait utilisé les réseaux sociaux de Facebook pour vendre une masse de contrefaçons «Gucci». Un business qui provoque la colère de la maison italienne, et la panique du géant bleu qui craint pour sa stratégie tournée vers le luxe.



C'est une collab' d'un tout autre genre pour le secteur de la mode. Pour la première fois, Gucci s'associe à un réseau social, sauf que le sujet qui les unit n'est pas si glam'. Une utilisatrice de Facebook et Instagram se serait servie de ces plateformes pour vendre de faux produits de la griffe haute couture. Pire, elle aurait carrément réussi à percer à l'international.

L'initiative portée en justice mardi par les deux entreprises tend donc à lutter contre la prolifération d'articles contrefaits en ligne. Le phénomène a en effet connu un succès monstre durant la pandémie. Evidemment, au péril des ventes originales des marques de luxe qui ont dû s'adapter à la fermeture temporaire de leurs magasins. Mais l'affaire pourrait aussi faire du tort à la crédibilité de Facebook.

L'escroquerie qui peut coûter cher à Facebook

Depuis quelques années, les ventes de ces contrefaçons ne se font plus seulement sur les sites internet, mais pullulent également sur les réseaux sociaux. Problème: pour des groupes, comme Facebook, désireux de s'implanter davantage dans le marché du luxe en collaborant avec les acteurs phares du secteur, difficile de se vêtir une fiabilité qui rassure et convainc.

«Les réseaux sociaux doivent montrer que leurs plates-formes ne sont pas des vecteurs de contrefaçons et sont sans danger pour les marques»

Gucci

«Plus d'un million de produits contrefaits ont déjà été supprimés de Facebook et Instagram au cours du premier semestre 2020», indique le communiqué commun de Gucci et Facebook. Ces derniers ont ajouté que, à ce jour, 4,1 millions de produits contrefaits ont été saisis et plus de 45 000 sites web ont été désactivés, y compris des comptes de médias sociaux. La chasse aux faux est déclarée.

(reuters)

Covid-19: jeunes et bientôt vaccinés?

Vidéo: watson

15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer

1 / 19
15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer
source: twitter/i drink good
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Marchand défend les primes élevées: «Nous avons économisé 100 millions»

Link zum Artikel

Biden publie sa déclaration fiscale et il a gagné moins que Kamala Harris

Link zum Artikel

Un cyclone en Inde fait 24 victimes et 96 disparus

Link zum Artikel

La fusillade ou la chaise pour les condamnés à mort en Caroline du Sud

Link zum Artikel

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Fils d'une patronne de Nike, il en profite pour se lancer dans la revente

Joe revendait des paires de baskets Nike hautement recherchées à prix d'or. Un business qui lui a valu des milliers de dollars et le poste de sa mère, à la tête des magasins de la firme.

Un petit mois et tout s'en va. Ann Hebert n'aura pas tenu longtemps à la tête des magasins nord-américains de la marque à la virgule. Elle qui travaillait pour Nike depuis 25 ans a démissionné de son tout nouveau poste de dirigeante. En cause? Son lien avec une entreprise de revente de baskets dont le gérant n'est autre que son fils.

Du haut de ses 19 ans, son rejeton, surnommé «West Coast Joe», a monté une affaire de revente de sneakers sans précédent. Dans un article publié par Bloomberg …

Lire l’article
Link zum Artikel