International
mort

Le nombre d'exécutions explose dans le monde

L'Iran a exécuté plus de 800 personnes en 2023
Une exécution en Iran. L'an passé, ce pays a exécuté plus de 800 personnes.Image: AP Fars News Agency

«Mépris total pour la vie humaine»: le nombre d'exécutions explose en 2023

L'année dernière, Amnesty a recensé 1153 exécutions, sans compter la Chine, où elles sont estimées à plusieurs milliers, mais pas annoncées. Il s'agit du plus haut niveau atteint depuis 2015.
29.05.2024, 06:4229.05.2024, 06:48
Plus de «International»

Le nombre d'exécutions a atteint l'an dernier son plus haut niveau dans le monde depuis 2015, sous l'effet d'une forte hausse en Iran, a indiqué Amnesty International mercredi. Elle a dénombré 1153 exécutions en 2023 sans la Chine, qui ne donne pas de chiffres.

Cela correspond à une augmentation de 30% par rapport à 2022, précise l'organisation de défense des droits des humains basée à Londres dans son rapport annuel sur la peine de mort. Les condamnations à mort prononcées, elles, ont crû de 20%, s'élevant au total à 2428. Selon Amnesty International, les cinq pays comptant le plus d'exécutions en 2023 sont:

  1. La Chine, où elles sont estimées à plusieurs milliers;
  2. L'Iran: 853
  3. L'Arabie saoudite: 172
  4. La Somalie: 38
  5. Les Etats-Unis: 24

«Mépris total pour la vie humaine»

«La montée en flèche du nombre d’exécutions recensées est principalement imputable à l’Iran», affirme la secrétaire générale d'Amnesty International, Agnès Callamard, citée dans un communiqué. A lui seul, ce pays a exécuté 853 personnes, soit près de 50% de plus qu'en 2022.

«Les autorités iraniennes ont fait preuve d'un mépris total pour la vie humaine»
Agnès Callamard, Amnesty

Agnès Callamard a relevé une hausse des exécutions pour des délits liés à la drogue, avec un «effet discriminatoire» sur certaines communautés, dont la minorité baloutche.

Malgré cette hausse en 2023, concentrée en particulier au Moyen-Orient, «les pays qui continuent de procéder à des exécutions sont de plus en plus isolés», a-t-elle souligné. Leur nombre est tombé à seize l'an dernier, reculant à un niveau jamais vu. Aucune exécution n'a été enregistrée au Bélarus, au Japon, en Birmanie ou au Soudan du Sud, contrairement à 2022.

En Asie, le Pakistan a abrogé la peine de mort pour les délits liés à la drogue, tandis que la Malaisie a aboli la peine de mort automatique pour certains crimes.

Hausse en Afrique subsaharienne

A l'inverse, l'Afrique subsaharienne fait partie des régions où les condamnations à mort ont augmenté, de 66% à 494 en 2023. Les exécutions, toutes en Somalie, ont plus que triplé pour atteindre 38. En outre, indique Amnesty, aucun pays de la région n’a aboli la peine capitale en 2023.

Aux Etats-Unis d'Amérique, où l'on dénombre 24 exécutions, plusieurs Etats affichent un «engagement inquiétant à la peine de mort», regrette Mme Callamard, qui dénonce la méthode d'asphyxie à l'azote pratiquée en Alabama.

«Des exécutions par asphyxie à l’azote, nouvelle méthode effroyable qui n’a même pas été mise à l’essai, sont maintenant pratiquées aussi en Alabama»
Agnès Callamard, Amnesty

Le rapport d'Amnesty ne compte pas les milliers d'exécutions soupçonnées en Chine, ni celles en Corée du Nord ou au Vietnam, l'organisation voyant dans le secret entourant ces chiffres une volonté d'instiller «la peur». (ats/asi)

Des manifestations, en Iran et ailleurs
1 / 11
Des manifestations, en Iran et ailleurs
Des Iraniennes tiennent des photos de Mahsa Amini, les mains peintes en rouge, lors d'une manifestation devant le consulat d'Iran suite à la mort de Mahsa Amini, à Istanbul, en Turquie, le 17 octobre 2022.
source: epa / sedat suna
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pourquoi le président du PLR est parti faire du déminage en Irak
La Fondation suisse de déminage FSD est la seule œuvre d'entraide suisse qui désamorce les mines dans les régions en crise. Le président du parti PLR Thierry Burkart fait partie du conseil de fondation. Il s'est rendu auprès des démineurs de l'ONG, dans le nord de l'Irak.

Les tentes blanches du camp de réfugiés de Khasir se distinguent de loin. La structure s'étend sur une superficie d'environ un kilomètre carré. Elle borde une rivière de laquelle le camp tient son nom. Depuis 2014, des dizaines de milliers d'Irakiens ont trouvé refuge ici pour échapper aux massacres perpétrés par l'organisation terroriste Etat islamique (EI). Aujourd'hui, l'EI n'est plus actif que dans quelques régions isolées du pays, mais les mines et les pièges explosifs laissés par les terroristes sont toujours là. Et ils représentent toujours un danger considérable, dix ans plus tard.

L’article