DE | FR
Pope Francis at the Chaldean Cathedral of Saint Joseph, in Baghdad, Iraq, Saturday, March 6, 2021. Earlier today Francis met privately with the country's revered Shiite leader, Grand Ayatollah Ali al-Sistani.(AP Photo/Andrew Medichini)
Francis

Image: sda

En Irak, le pape rencontre la plus haute autorité musulmane chiite

C'est l'une des rencontres religieuses les plus importantes de l'histoire: samedi, le pape François a été reçu par le grand ayatollah Ali Sistani, qui s'est engagé en faveur des chrétiens d'Irak.



Après avoir rencontré le clergé catholique à son arrivée vendredi à Bagdad, le pape tend la main à l'islam chiite en se rendant chez sa plus haute autorité, le grand ayatollah Ali Sistani.

Ali Sistani, c'est qui?

Ali Sistani est la plus haute autorité pour la majorité des 200 millions de chiites du monde, minoritaires parmi les 1,8 milliard de musulmans. De nationalité iranienne, il se pose depuis des décennies en garant de l'indépendance de l'Irak et dirige une école théologique qui prône le retrait des religieux de la politique. Il n'apparaît jamais en public.

Le guide chiite a reçu le pape dans sa modeste maison de la ville sainte de Najaf, à 200 km au sud de Bagdad. Ni la presse ni d'autres invités n'ont été autorisés à assister à ce dialogue inédit.

A l'issue l'entretien, organisé à huit-clos, Sistani a dit au pape être engagé pour garantir la paix, la sécurité et tous les droits constitutionnels aux chrétiens d'Irak.

Pope Francis, right, meets with Iraq's leading Shiite cleric, Grand Ayatollah Ali al-Sistani in Najaf, Iraq, Saturday, March 6, 2021. The closed-door meeting was expected to touch on issues plaguing Iraq's Christian minority. Al-Sistani is a deeply revered figure in Shiite-majority Iraq and and his opinions on religious matters are sought by Shiites worldwide. (AP Photo/Vatican Media)

Ali Sistani avec le pape François. Image: sda

Violences et pauvreté

La communauté chrétienne du pays, l'une des plus anciennes au monde, s'est réduite comme peau de chagrin depuis 20 ans. Elle est passée de 1,5 million de membres à quelque 400 000, sous les coups des violences et de la pauvreté, endémique dans le pays.

Régulièrement, les chrétiens se plaignent de ne pas être soutenus par l'Etat face à des miliciens ou des politiciens qui s'accaparent leurs maisons ou leurs terres et assurent avoir moins d'accès à l'emploi que les autres. (ats)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

François: «L'Irak restera toujours avec moi»

Le pape a clos son historique visiter irakienne par une messe devant des milliers de fidèles. Les chrétiens irakiens ont presque disparu en 20 ans, passant de six à un pour cent de la population.

Arrivé triomphalement en papamobile sur la pelouse du stade d'Erbil, capitale du Kurdistan irakien, le pape François a promis aux fidèles d'une des plus anciennes communautés chrétiennes au monde: «L'Irak restera toujours avec moi».

Le souverain pontife a conclu sa visite historique en Irak, dimanche, avec une messe devant des milliers de fidèles dans le nord du pays ravagé par les djihadistes. Il a appelé les chrétiens encore dans le pays à «ne pas se décourager».

Après avoir prié pour les …

Lire l’article
Link zum Artikel