International
Russie

Le Kremlin joue un jeu barbare avec le corps de Navalny

La mère de Navalny (à droite) avec une avocate: elle se bat pour obtenir la restitution du corps de son fils décédé.
La mère de Navalny (à droite) avec une avocate: elle se bat pour obtenir la restitution du corps de son fils décédé.image: Anatoly Maltsev/EPA

Le Kremlin joue un jeu barbare avec le corps de Navalny

Après la mort d'Alexeï Navalny, les autorités russes refusent de livrer sa dépouille. Celle-ci n'a même pas été officiellement localisée. Tout n'est pour l'heure basé que sur des soupçons.
20.02.2024, 18:4620.02.2024, 19:29
Inna Hartwich, moscou / ch media
Plus de «International»

Lyudmila Navalnya tient fermement ses documents en main, elle marche dans les rues enneigées de Salekhard, dans le nord-ouest de la Sibérie, et s'accroche à ses avocats. C'est ainsi que des vidéos montrent la mère d'Alexeï Navalny ces jours-ci.

Il fait froid au-delà du cercle polaire, -27 degrés. C'est ici, derrière les murs de la colonie pénitentiaire IK-3 du petit village de Kharp, que la vie de l'opposant russe Alexeï Navalny a soudainement pris fin vendredi dernier. La vie de son fils. Mais sa mère ne sait toujours pas où se trouve son corps.

Lyudmila Navalnaya n'est pas de celles qui craignent les autorités russes. Elle connaît les relations avec le pouvoir depuis des années. Elle a passé des heures dans les tribunaux, assise dans un coin sur des bancs en bois, à écouter, à essayer de comprendre ce que les juges marmonnaient dans toutes sortes d'audiences, ce qu'ils reprochaient à son Aliocha (le surnom d'Alexeï), qui redonnait espoir à de tant de Russes.

Il y avait tant d'accusations absurdes, difficilement compréhensibles, même pour des juristes. La femme de 69 ans a supporté les humiliations de l'Etat contre son fils et s'est cachée du grand public. Aujourd'hui, tous les regards sont braqués sur elle et l'accompagnent dans sa quête inlassable du corps de son garçon - parce que l'Etat russe continue d'humilier Alexeï Navalny après sa mort. Et Lyudmila Navalnaya avec lui.

«Examen prolongé du corps»

Selon la loi russe, les autorités pénitentiaires sont tenues de restituer à la famille le corps d'une personne décédée en détention, comme le stipule l'ordonnance numéro 93 du ministère de la Justice de 2005. Elle ne prévoit que trois exceptions: si le détenu exprimé lui-même au préalable de ne pas le faire, si les proches refusent de récupérer le corps ou si celui-ci disparaît.

La colonie pénitentiaire IK-3, où Navalny est mort.
La colonie pénitentiaire IK-3, où Navalny est mort.Keystone

Mais les proches de Navalny se battent pour récupérer la dépouille; plus de 55 000 personnes ont par ailleurs signé une pétition en ce sens. Les autorités parlent cependant d'un «examen prolongé du corps», la cause du décès n'étant «pas clarifiée», selon le comité d'enquête du comité d'investigation. La loi russe a rarement été appliquée à Navalny.

«Tôt le matin, la mère d'Alexeï et ses avocats sont arrivés à la morgue. Ils n'ont pas été autorisés à entrer. L'un des avocats s'est littéralement fait refouler. Lorsqu'on leur a demandé si le corps d'Alexeï était là, les employés n'ont pas répondu.»
L'attachée de presse de Navalny, Kira Yarmysh, sur X

Faire disparaître les traces du crime

Ivan Jdanov, le directeur de la Fondation anticorruption de Navalny (déclarée «extrémiste» en Russie), rappelle le jeu du chat et de la souris des jours qui ont suivi l'empoisonnement de l'opposant en août 2020. A l'époque aussi, les délais n'ont cessé d'être repoussés, ses vêtements n'ont pas été rendus.

«Ils disent vouloir tout régler le plus rapidement possible, ils disent que tout sera décidé dans l'heure. Ces laquais sans principes mentent ouvertement. Ils savent très bien que rien ne bougera ni dans l'heure à venir, ni le lendemain. Ce qu'ils font maintenant est très clair. Effacer les traces de leur crime.»
Ivan Jdanov, sur X.

Le portail russe Mediazona a publié des images de caméras de surveillance installées entre Labytnangui (une autre localité abritant une colonie pénitentiaire, non loin de Kharp) et la capitale régionale Salekhard. On y voit un convoi de l'administration pénitentiaire passer par cet unique accès de Kharp à Salekhard – en traversant la rivière Ob gelée – dans la nuit du 17 février.

Les journalistes supposent que le corps de Navalny a été transporté hors du centre pénitentiaire dans un minibus. Le Kremlin a déclaré lundi qu'il n'était «pas du ressort de l'administration présidentielle de s'occuper de la question de la restitution d'un corps». «Toutes les mesures requises par la loi seront prises», a déclaré le porte-parole Dmitri Peskov. Pendant ce temps, Lyudmila Navalnaya continuera d'attendre son Aliocha à Salekhard.

(Traduit de l'allemand par Valentine Zenker)

Alexeï Navalny (1976-2024)
1 / 12
Alexeï Navalny (1976-2024)
Navalny assiste à une audience au tribunal de la ville de Moscou, à Moscou, Russie, le 30 mars 2017.
source: sda / sergei ilnitsky
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le prince William reprend du service
Pour sa toute première sortie officielle depuis l'annonce du cancer de Kate, l'héritier de la Couronne britannique a mis la main à la pâte.

C'est officiel. William est de retour. Près d'un mois après l'annonce fracassante du diagnostic de cancer de la princesse de Galles, le prince de 41 ans a repris ses activités officielles. Selon des vidéos partagées par les correspondants royaux, William est arrivé en milieu de journée chez «Surplus for Supper», une association de redistribution de surplus alimentaires, située dans le Surrey, à l'ouest de Londres.

L’article