ciel couvert
DE | FR
International
Russie

La Russie livrerait de l'uranium enrichi à la Chine

In this handout photo released by Russian Foreign Ministry Press Service, Russian Foreign Minister Sergey Lavrov, left, and Chinese Foreign Minister Qin Gang pose for photo on the sideline of G20 fore ...
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, lors du G20 à New Delhi, le 2 mars 2023.Image: keystone

La Russie livrerait de quoi fabriquer des bombes nucléaires à la Chine

Les Etats-Unis sont préoccupés par certaines informations selon lesquelles la Russie fournirait à la Chine de l'uranium enrichi pouvant être utilisé pour la construction de bombes nucléaires.
13.03.2023, 16:4713.03.2023, 17:22
Plus de «International»
Un article de
t-online

Selon les informations du ministère américain de la Défense, la Russie livrerait de l'uranium hautement enrichi à la Chine. Il serait destiné aux «réacteurs à neutrons rapides» de Pékin. La fission dans ces réacteurs produit du plutonium qui peut également être utilisé dans les armes nucléaires.

Les inquiétudes augmentent

Il semblerait que la transaction se fasse par l'intermédiaire de l'entreprise publique russe Rosatom. Le secrétaire adjoint à la Défense chargé de la politique spatiale, John F. Plumb, a déclaré:

«Il est très inquiétant de voir la Russie et la Chine coopérer dans ce domaine»

Selon le ministère de la Défense, ces informations se basent sur des rapports provenant de sources accessibles au public.

Certes, la Chine pourrait aussi donner de bonnes raisons pour l'utilisation civile. Mais cela ne convainc pas le porte-parole de la défense.

«Le plutonium est destiné aux armes. Je pense donc que le ministère de la Défense est inquiet»

Les rapports pointeraient également les inquiétudes concernant l'augmentation des forces nucléaires chinoises. «Vous avez besoin de plus de plutonium pour plus d'armes», a déclaré John F. Plumb.

Un changement dans les relations russo-chinoises

Selon le collaborateur du Pentagone, la Chine et la Russie auraient placé les armes nucléaires, la guerre spatiale et les attaques à longue portée au centre de leurs stratégies. Les Etats-Unis observent un nombre croissant de missiles à longue portée en Chine, «qui représentent une menace à une distance toujours plus grande», selon les déclarations du ministre de la Défense devant un comité de la Chambre des représentants.

Au journal Bild, l'expert chinois Ralph Wobel, du Centre d'Asie orientale de l'université de Zwickau, voit un changement dans la relation russo-chinoise: «Une chose est sûre: la Chine est ainsi devenue encore un peu moins neutre dans le conflit ukrainien, mais renforce sa coopération avec la Russie — désormais aussi dans un domaine militaire et stratégique», a-t-il déclaré.

Pas d'accord sur les sanctions nucléaires

La Russie est l'un des plus grands fournisseurs d'uranium au monde. «La Russie domine la chaîne d'approvisionnement nucléaire mondiale par le biais de son mastodonte nucléaire d'Etat Rosatom», écrivait le New York Times il y a quelques jours. Selon ce rapport, 18 réacteurs européens proviennent de Russie, et Rosatom est souvent impliquée dans leur exploitation. Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la plus grande centrale nucléaire d'Europe, celle de Zaporijia, a également été placée sous la surveillance du groupe public.

Russian President Vladimir Putin, left, gestures while speaking to Chinese President Xi Jinping during the Shanghai Cooperation Organization (SCO) summit in Samarkand, Uzbekistan, Friday, Sept. 16, 20 ...
Vladimir Poutine et Xi JinpingImage: AP Pool Sputnik Kremlin

Jusqu'à présent, l'industrie nucléaire russe est exemptée des sanctions liées à la guerre en Ukraine. Dans le dernier paquet de sanctions de l'Union européenne, les Etats membres n'ont pas non plus réussi à se mettre d'accord sur des mesures. C'est surtout la Hongrie qui semble bloquer: Rosatom construit deux nouvelles unités de réacteur pour la centrale nucléaire hongroise de Paks.

Le Royaume-Uni n'a pris des sanctions que contre des cadres supérieurs du groupe nucléaire public russe Rosatom, ainsi que contre deux des plus grandes entreprises d'armement et quatre banques.

Le président lituanien Gitanas Nauseda insiste donc sur des mesures encore plus ambitieuses, même après le dixième paquet de sanctions de l'UE contre la Russie. Il souhaite particulièrement s'engager en faveur de mesures pénales contre le groupe public russe Rosatom et l'industrie nucléaire russe:

«Nous avons toujours souligné que ce que fait la Russie dans le domaine nucléaire — déstabiliser et représenter une menace très concrète pour les installations nucléaires en Ukraine — ne peut pas rester sans conséquences»
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des centaines de milliers de partisans de Bolsonaro à São Paulo
Déclaré inéligible jusqu'en 2030 pour désinformation et visé pour une enquête sur une supposée «tentative de coup d'Etat», l'ancien président brésilien s'est exprimé devant une foule de supporteurs ce dimanche.

Des milliers de Brésiliens sont descendus dans les rues de São Paulo dimanche en soutien à l'ancien président d'extrême droite Jair Bolsonaro. Ce dernier a dénoncé son inéligibilité lors de cette démonstration de force.

L’article