International
En direct

++ EN DIRECT guerre en Ukraine ++

Ce direct est terminé. Pour suivre toute l'actu de la guerre en Ukraine, par ici 👇

En direct

La Russie présidera le Conseil de sécurité de l'ONU

Suivez en direct les dernières infos sur la guerre en Ukraine et ses implications en Suisse et dans le monde.
28.03.2023, 15:0930.03.2023, 10:39
Team watson
Team watson
Suivez-moi
Plus de «International»
  • Les combats en Ukraine sont concentrés dans l'est et le sud du pays. Bakhmout est le point le plus chaud du conflit.
  • Récemment, plusieurs pays occidentaux comme l'Allemagne et les Etats-Unis ont décidé de doter les Ukrainiens de chars de combat lourds.
  • Plus de 14 millions de personnes en Ukraine ont été déplacées et environ 7,9 millions ont cherché protection à l'étranger.
Envoyez-nous votre contribution
avatar
10:15
La Russie présidera le Conseil de sécurité de l'ONU et ça énerve Kiev
L'Ukraine a qualifié jeudi la future présidence russe du Conseil de sécurité de l'ONU, à partir de samedi et pour un mois, de «mauvaise blague».

«La présidence russe du Conseil de sécurité de l'ONU le 1ᵉʳ avril est une mauvaise blague. La Russie a usurpé son siège; elle mène une guerre coloniale ; son président est un criminel de guerre recherché par la CPI pour enlèvement d'enfants», a fustigé sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba (lui 👇).
epa10501238 Ukraine's Foreign Minister Dmytro Kuleba attend the 'United for Justice' conference in the Western Ukrainian city of Lviv, 03 March 2023. The 'United for Justice'  ...
Bild: sda
10:12
Russie: arrestation d'un journaliste américain
Les services de sécurité russes (FSB) ont annoncé, jeudi, l'arrestation pour espionnage du correspondant du journal américain Wall Street Journal, Evan Gershkovich.

«Le FSB a déjoué l'activité illégale du correspondant accrédité (...) du bureau moscovite du journal américain Wall Street Journal, citoyen des Etats-Unis, Evan Gershkovich», a indiqué le FSB dans un communiqué cité par les agences russes, précisant que le journaliste était soupçonné d'«espionnage» au profit de Washington.
10:11
Le parlement turc vote ce jeudi la candidature de la Finlande à l'Otan
Le Parlement turc doit voter ce jeudi la candidature de la Finlande à l'Otan, selon l'agenda du Parlement consulté par l'AFP, s'apprêtant ainsi à faire de la Turquie le dernier membre de l'Alliance atlantique à ratifier l'adhésion du pays nordique.
8:09
Les Polonais en colère à cause du blé ukrainien
Le premier ministre polonais a appelé mercredi Bruxelles à freiner les importations du blé ukrainien qui, selon lui, remplit les sites de stockage en Pologne et «déstabilise» les marchés locaux. Des actions de protestation d'agriculteurs sont organisées depuis quelque temps à travers la Pologne, alors que le blé arrivé d'Ukraine pour être transféré vers d'autres pays dans le monde reste souvent sur place, provoquant la saturation des silos et une importante baisse de son prix.
epa10547014 Polish Premier Mateusz Morawiecki, accompanied by his Romanian counterpart Ciuca (not pictured) delivers his statement during a common press conference, held at Victoria Palace, where a co ...
Bild: sda
Mateusz Morawiecki

Les voies traditionnelles d'exportation du blé ukrainien via la mer Noire ont été fermées ou réduites par l'invasion russe. «Nous n'étions pas d'accord et ne le sommes toujours pas, pour que ce blé arrive sur le marché polonais ou roumain et déstabilise les marchés locaux», a indiqué Mateusz Morawiecki à Varsovie. «Nous exigeons de la Commission européenne qu'elle recoure à toutes les régulations possibles permettant de limiter ou de bloquer l'entrée du blé ukrainien en Pologne comme pays de destination finale», a tonné le chef du gouvernement.

Varsovie compte aussi sur l'aide européenne pour revendre le blé stocké sur d'autres marchés. Le premier ministre a évoqué à l'occasion une lettre en ce sens qui serait adressée à Bruxelles par un groupe de pays de la région, parlant de «toutes les mesures possibles, dont quotas et droits de douane protecteurs» qui pourraient limiter les importations du blé ukrainien. «Nous envisageons aussi d'appliquer des méthodes qui n'ont pas l'accord de la Commission européenne», dont celle de «sceller les transports», à l'arrivée en Pologne, a-t-il ajouté.
20:26
Nucléaire: le patron de l'AIEA recherche un compromis à Zaporijjia
Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique s'est rendu mercredi à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia en quête d'une solution acceptable par Kiev et Moscou pour la sécuriser.
L'idée d'une zone démilitarisée autour de ce site du sud-est de l'Ukraine occupé depuis mars par les Russes semble avoir vécue après des mois d'échanges infructueux. Rafael Grossi veut donc désormais travailler sur des "principes" à même de minimiser le risque de "catastrophe" nucléaire.
epa10548573 A picture taken during a visit to Enerhodar organized by the Russian military shows International Atomic Energy Agency (IAEA) Director-General Rafael Mariano Grossi (C) and agency members  ...
Bild: EPA
"J'essaie de préparer et de proposer des mesures réalistes qui seront approuvées par toutes les parties", explique Rafael Grossi pendant la visite organisée par les autorités russes.

"L'idée est de s'entendre sur certains principes, certains engagements, dont ne pas attaquer la centrale", a ensuite déclaré M.Grossi à l'AFP, priant une fois encore Moscou de ne pas y entreposer des équipements militaires, en particulier des armes.
16:17
Les sanctions «peuvent» avoir des conséquences négatives, admet Poutine
Vladimir Poutine a dit mercredi que les sanctions internationales visant Moscou pour son offensive en Ukraine «peuvent» avoir des conséquences «négatives» à «moyen terme» sur l'économie nationale, après avoir pourtant vanté ces derniers mois l'adaptation de la Russie face à cette nouvelle conjoncture.
FILE - Russian President Vladimir Putin chairs a Security Council meeting in Moscow, Russia, Friday, March 24, 2023. Russian President Vladimir Putin has announced that he intends to deploy tactical n ...
Bild: sda
«Les sanctions imposées à l'économie russe à moyen terme peuvent vraiment avoir un impact négatif sur celle-ci», a mis en garde le président russe lors d'une réunion avec le gouvernement retransmise à la télévision.

C'est la première fois que Vladimir Poutine admet publiquement que la pluie de sanctions internationales, qui touchent de nombreux secteurs de l'activité russe dont celui stratégique des hydrocarbures, affectent l'économie nationale.

Plus d'un an après le déclenchement de l'offensive en Ukraine, «le chômage est à son niveau le plus bas», à 3,6%, et «fin mars, l'inflation va tomber en dessous des 4%», après avoir flambé à près de 20% au printemps dernier, a déclaré M. Poutine.

«Mais cela ne veut pas dire que tous les problèmes ont déjà été résolus», a-t-il averti face aux membres de son gouvernement.

«Le retour à une trajectoire de croissance ne doit pas nous faire se relâcher», a-t-il encore appuyé dans un rare réquisitoire, appelant à «garantir la souveraineté économique» de la Russie.
12:20
La «guerre hybride» entre Russie et Occidentaux durera «longtemps»
La «guerre hybride» entre Moscou et les puissances occidentales au sujet du conflit en Ukraine «durera longtemps», a estimé mercredi le Kremlin, plus d'un an après le début du lancement des troupes russes contre le pays voisin.

«Si nous parlons de guerre au sens large, de confrontation avec les pays inamicaux, hostiles, de cette guerre hybride (...), alors cela durera longtemps», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, exhortant les Russes à êtres «unis derrière le président» Vladimir Poutine.
Selon Dmitri Peskov, le Kremlin arrêtera son offensive en Ukraine se terminerait quand les autorités et l'armée ukrainienne auront capitulé.
Bild: keystone
9:36
L'Espagne s'apprêterait à livrer des Leopard à l'Ukraine
l'Espagne va bientôt livrer à l'Ukraine six chars Leopard 2A4, annoncent plusieurs médias.
Ein Schweizer Leopard II Panzer faehrt am Donnerstag, 6. November 2003 auf dem Waffenplatz Bure im Jura durch den Morast des Uebungsgelaendes. Deutschland hat die Schweiz in einem Brief vom 23. Februa ...
Bild: KEYSTONE
La livraison aura lieu immédiatement après Pâques, a notamment rapporté mercredi le journal El País, citant le gouvernement de gauche du Premier ministre Pedro Sánchez. La remise en état des véhicules serait terminée. Les chars seront encore testés cette semaine à Cordoue, dans le sud du pays, a-t-on précisé.

Ces dernières semaines, 55 Ukrainiens ont été formés en Espagne à l'usage des chars de combat Leopard. Madrid a évoqué la livraison de jusqu'à dix chars. Au total, le pays dispose de 347 exemplaires. Parmi eux, 108 appartiennent à l'ancienne variante 2A4 et 239 au nouveau type 2A6, appelé 2E en Espagne. Jusqu'à présent, l'Espagne ne veut pas céder à l'Ukraine ces chars plus récents et plus puissants. Ils seraient utilisés pour la défense nationale.
5:00
L'annonce du déploiement d'armes nucléaires au Bélarus «dangereuse»
Joe Biden a estimé mardi que l'annonce par son homologue russe Vladimir Poutine d'un déploiement d'armes nucléaires «tactiques» au Bélarus était «dangereuse». Le transfert n'a pas encore eu lieu, selon le président américain.

«Ce sont des paroles dangereuses et c'est préoccupant», a jugé le président américain à la Maison Blanche auprès de journalistes.

Vladimir Poutine a affirmé samedi que Moscou allait déployer des armes nucléaires «tactiques» sur le territoire de son allié, le Bélarus, situé aux portes de l'Union européenne.

Cette annonce est intervenue plus d'un an après l'invasion russe de l'Ukraine, frontalière à la fois de la Russie et du Bélarus, et dont l'armée est jusqu'ici parvenue à contrer l'avance des forces de Moscou.

Washington a toutefois indiqué dimanche par la voix d'un porte-parole n'avoir «aucune indication» qu'un tel transfert ait eu lieu. «Ils ne l'ont pas encore fait», a redit Joe Biden mardi.
19:40
Washington favorable à un tribunal spécial pour «l'agression russe»
«Les Etats-Unis soutiennent la mise en place d'un tribunal spécial sur le crime d'agression contre l'Ukraine sous la forme d'une cour internationale qui soit enracinée dans le système judiciaire ukrainien et comprenant des éléments internationaux», a déclaré un porte-parole du département d'Etat américain.

Le responsable précise que Washington souhaite obtenir «un soutien international significatif, notamment de nos partenaires européens» et que le tribunal soit «localisé idéalement dans un autre pays en Europe».

C'est la première fois que les Etats-Unis, traditionnellement récalcitrants face à la justice internationale, disent explicitement être favorables à la création d'un tel tribunal pour juger des crimes commis depuis l'invasion russe de l'Ukraine, le 24 février 2022, idée également soutenue par les Européens qui en avaient évoqué la création dès novembre de l'année dernière.
17:22
Vingt-cinq chars Leopard devraient être revendus en Allemagne
La commission de politique de sécurité du National veut la mise hors service de 25 chars Leopard. La Suisse pourra ainsi revendre au constructeur allemand les véhicules dont elle n'a plus besoin, indiquent mardi les Services du Parlement.

Berlin avait récemment demandé au Conseil fédéral d'acheter des Leopard 2 suisses hors service. Les tanks helvétiques devraient remplacer les chars que l'Allemagne et d'autres pays de l'Union européenne ont décidé de livrer à l'Ukraine.

On nous en avait parlé ici:
15:08
L'Allemagne prévoit une hausse significative de son aide militaire
La commission budgétaire du Bundestag doit adopter mercredi une hausse significative de l'aide militaire allemande à l'Ukraine, a indiqué mardi une source parlementaire à l'AFP.
epa10545817 German Chancellor Olaf Scholz attends a press conference with Ducth Prime Minister Rutte (not pictured) in the Depot Boijmans Van Beuningen where a consultation between Dutch and German ca ...
Bild: sda
Les députés doivent au total se prononcer sur le déblocage de 12 milliards d'euros, à la fois en livraisons d'armes directement à Kiev et en réapprovisionnement de l'armée allemande, qui s'est délestée d'une grande partie de ses stocks au profit de l'Ukraine durant l'année écoulée.

Si ces fonds sont votés, l'aide allemande bondira ainsi d'un montant d'environ trois milliards jusqu'ici engagés à quelque quinze milliards d'euros, en incluant les montants prévus pour les remplacements d'équipements de la Bundeswehr.

L'armée allemande devrait pouvoir bénéficier d'une partie de ces nouveaux fonds dès cette année, a-t-on précisé de même source.
14:32
Kiev a déployé des roquettes américaines de longue portée
Le ministère russe de la Défense a affirmé mardi avoir abattu une roquette américaine de longue-portée GLSDB, première confirmation que ces munitions ont été livrées à l'Ukraine qui les juge cruciales pour lancer sa prochaine contre-offensive.

«La défense anti-aérienne (...) a abattu 18 roquettes du système Himars et une roquette guidée GLSDB», a indiqué le ministère dans son communiqué quotidien au sujet de ces bombes d'une portée de jusqu'à 150 km, promises à Kiev par les Etats-Unis début février.

Pour en savoir plus sur ces armes 👇
11:51
Volodymyr Zelensky accuse les Russes de la destruction de centaines d'édifices religieux
Selon des informations en provenance de Kiev, des centaines de bâtiments religieux ont été «détruits, endommagés ou pillés» en Ukraine à cause de la guerre. «Toutes les religions et confessions ont souffert», a déclaré le président Volodymyr Zelensky mardi sur les réseaux sociaux.
epa10535537 Ukrainian President Volodymyr Zelensky speaks at a joint press conference with Japanese Prime Minister Fumio Kishida (not pictured) following their meeting in Kyiv, Ukraine, 21 March 2023. ...
Bild: sda
Les édifices touchés comprennent des églises, des mosquées, des synagogues ainsi que des bâtiments d'enseignement et d'administration des communautés religieuses d'Ukraine. Le président de 45 ans a également présenté une vidéo en anglais montrant des établissements religieux touchés et un appel à la collecte de fonds pour la reconstruction du pays.



«Pour la Russie, ce ne sont que des cibles. Cependant, avec des missiles et de l'artillerie, l'Etat terroriste ne brisera pas notre humanité et notre foi», a assuré le chef d'Etat. Son pays et, par conséquent, la vie triompheront.

La Russie a envahi l'Ukraine, il y a plus de 13 mois et occupe environ 20% du territoire ukrainien, y compris la péninsule de Crimée déjà annexée en 2014. Moscou justifie la guerre en partie sur des bases religieuses. Ainsi, la propagande russe prétend que des satanistes gouvernent en Ukraine et que la Russie y lutte pour la restauration des valeurs traditionnelles et des droits de l'Eglise ukrainienne orthodoxe liée à Moscou jusqu'à la guerre.
10:20
Minsk accueillera des armes nucléaires russes
La Biélorussie accueillera des armes nucléaires «tactiques» russes en réponse aux «pressions» occidentales «sans précédent», a affirmé mardi le ministère biélorusse des Affaires étrangères.

La Biélorussie est «contrainte de prendre des mesures de riposte», a insisté la diplomatie du pays, tout en assurant que Minsk n'aura pas le contrôle sur ces armes et que leur déploiement «ne contredit en aucune manière les articles I et II du traité de non-prolifération nucléaire».

Pour aller plus loin 👇
4:40
Les premiers chars britanniques Challenger sont arrivés en Ukraine
Les premiers chars britanniques Challenger sont arrivés en Ukraine, a annoncé lundi soir le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov. Ces nouveaux équipements militaires occidentaux doivent aider Kiev à repousser l'invasion russe.

M. Reznikov a indiqué que «des Challengers britanniques, des Strykers et des Cougars américains et des Marders allemands» s'étaient «ajoutés aux unités ukrainiennes». Le ministre a posté une photo de ces véhicules, dans son message posté sur Facebook, sans dire quand ils étaient exactement arrivés.

Une porte-parole du ministère ukrainien, Iryna Zolotar, a confirmé à l'AFP que les tanks Challenger «se trouvaient déjà en Ukraine», sans en donner le nombre exact à ce stade.

Des soldats ukrainiens ont achevé leur formation au Royaume-Uni pour apprendre à manier les 14 chars Challenger 2 fournis par Londres à l'Ukraine face à l'invasion russe, a annoncé plus tôt lundi le ministère britannique de la Défense.
22:24
Deux morts et plus de 30 blessés dans un bombardement à Sloviansk
Des missiles russes se sont abattus lundi sur la ville de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine. Ils ont tué deux personnes dans leur voiture, blessé plus de 30 autres et détruit des immeubles, ont indiqué la police et les autorités locales.

«Il y a deux morts et 29 blessés à Sloviansk, des bâtiments administratifs et des bureaux ont subi des dégâts ainsi que cinq immeubles et sept maisons», a d'abord déclaré le gouverneur, Pavlo Kyrylenko, sur Facebook, précisant que les forces russes avaient «frappé le centre de la ville vers 10h30 (09h30 en Suisse) avec deux missiles S-300».

Selon la police, les deux personnes décédées conduisaient près du centre-ville au moment du bombardement. «Ce sont des victimes prises au hasard», a déclaré à la presse Dmytro Nogin, haut responsable de la police du district de Kramatorsk.

«Une femme est morte dans cette voiture», a-t-il raconté en désignant un véhicule calciné, avant d'ajouter: «Une autre (personne, réd) est morte dans cette voiture verte».
20:12
L'Allemagne a livré à l'Ukraine des chars Leopard
L'Allemagne a livré à l'Ukraine des chars de combats lourds Leopard. C'est ce qu'a déclaré lundi le chancelier Olaf Scholz.

«Oui, nous avons livré des chars Leopard comme annoncé», a dit M. Scholz lors d'une conférence de presse à Rotterdam, aux Pays-Bas, confirmant une information publiée par l'hebdomadaire Der Spiegel, selon laquelle 18 chars Leopard 2 ont été livrés.

Selon l'hebdomadaire, les «derniers chars ont quitté l'Allemagne à la fin de la semaine dernière et ont à présent été remis» à l'Ukraine.

Une quarantaine de véhicules de combat d'infanterie Marder ont également été livrés, ajoute le Spiegel, précisant que le gouvernement d'Olaf Scholz gardait «secret l'itinéraire» de livraison «pour des raisons de sécurité».

Interrogé par l'AFP, le ministère allemand de la Défense n'a pas souhaité faire de commentaire.
17:42
Armes nucléaires en Biélorussie: Moscou ne changera pas ses plans
La Russie a affirmé lundi qu'elle ne changerait pas ses plans prévoyant le déploiement d'armes nucléaires «tactiques» au Bélarus, malgré les nombreuses critiques des pays occidentaux.

«Bien entendu, une telle réaction ne pourra pas avoir d'impact sur les plans de la Russie», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Samedi, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé avoir eu l'accord de Minsk pour déployer des armes nucléaires «tactiques» au Bélarus, un pays situé aux portes de l'Union européenne et dirigé depuis 1994 par Alexandre Loukachenko, son allié le plus proche.
Selon Dmitri Peskov, le Kremlin arrêtera son offensive en Ukraine se terminerait quand les autorités et l'armée ukrainienne auront capitulé.
Bild: keystone
Selon le président russe, des préparatifs à ce déploiement doivent commencer dès le mois prochain. Cette annonce a provoqué de sévères critiques de la part des Occidentaux, l'Otan ayant dénoncé une «rhétorique dangereuse et irresponsable» de la Russie, alors que l'Union européenne a menacé Minsk de nouvelles sanctions si ce déploiement était réalisé.
17:39
Zelensky et Grossi visitent la région de Zaporijjia
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, ont visité une centrale hydroélectrique à Zaporijjia.
Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy meets with with U.N. atomic energy chief Rafael Mariano Grossi during a visit to Zaporizhzhia, Ukraine, Monday March 27, 2023. The two discussed the precarious  ...
Bild: sda
La centrale hydroélectrique est un élément clé du système qui maintient la sécurité nucléaire de la centrale nucléaire de Zaporijjia, a déclaré Grossi sur Twitter. Zelensky lui a montré les dommages causés au barrage. Les deux hommes ont discuté de mesures de protection pour la centrale nucléaire située à environ 50 kilomètres et sous contrôle russe.

Grossi prévoit de se rendre dans la région occupée par les Russes autour de la centrale nucléaire hors service dans le sud-est de l'Ukraine pour la deuxième fois depuis l'automne.



Selenskyj a également visité des positions de l'armée ukrainienne dans la région de Zaporijjia et a remis des médailles aux soldats. «Vivez, combattez, et nous vaincrons tous grâce à des gens comme vous», a déclaré le président de 45 ans. Le chef d'État s'est également informé de la situation militaire, sociale et économique actuelle dans la région.

La visite de Zelensky à Zaporijjia revêt une importance particulière, car la région devrait être le point central de l'offensive ukrainienne prévue pour le printemps. La poussée devrait se diriger vers la grande ville occupée de Melitopol dans cette région. La ligne de front se situe actuellement à environ 30 kilomètres au sud de la capitale régionale de Zaporijjia, qui elle-même n'a pas été occupée par les Russes.
11:29
Bakhmout tient toujours
Ukrainian soldiers fire a mortar at Russian positions on the frontline near Bakhmut, Donetsk region, Ukraine, Sunday, March 26, 2023. (AP Photo/Libkos)
Bild: sda
Le commandant des forces terrestres ukrainiennes, le colonel général Oleksandr Syrsky, a déclaré que la défense de la ville de Bakhmout contre les attaques russes était une «nécessité militaire». Malgré un nombre important de morts, les troupes ukrainiennes continuent de repousser les assauts russes sur la ville orientale. Le commandant a déclaré que la situation était difficile, mais que les forces ukrainiennes étaient résilientes dans des conditions extrêmement difficiles.
11:24
Attaques continues des forces russes
Les tensions entre la Russie et l'Ukraine se sont intensifiées ces derniers jours, avec des attaques continues de la part des forces russes contre les troupes et les infrastructures ukrainiennes. Selon le dernier rapport du quartier général des forces armées ukrainiennes, les forces russes ont lancé deux frappes de missiles, 23 frappes aériennes et 38 attaques à partir de systèmes de salves de roquettes.
Les zones les plus touchées sont celles de Kupyansk, Lymansk, Bakhmutsk, Avdiivka et Marinsk, où les forces russes concentrent leurs efforts offensifs. Les soldats ukrainiens ont affirmé avoir repoussé plus de 60 attaques ennemies, mais la situation reste tendue.

L'armée de l'air ukrainienne a réagi en menant trois frappes contre les troupes russes, tandis que les unités de missiles et d'artillerie ukrainiennes ont déclaré avoir attaqué un poste de commandement, quatre concentrations de troupes russes, des armes et du matériel militaire, une station de guerre électronique et un dépôt de munition. Toutefois, ces revendications n'ont pas été vérifiées.
6:21
Des chorales du monde entier chantent pour la paix en Ukraine
Des chorales du monde entier ont joint leurs voix en chantant dimanche pour la paix en Ukraine, avec notamment 300 personnes à Madrid où l'initiative a commencé il y a un an après le début de la guerre lancée par la Russie.

Sous un ciel clair et bleu, les chanteurs de 46 chorales de la capitale espagnole et de villes avoisinantes se sont rassemblés autour du musée de la Reine Sofia et ont commencé à chanter à midi.

Ils ont été relayés par des milliers de chanteurs en 80 lieux d'Europe et d'Amérique latine, un millier de chanteurs ukrainiens ajoutant leurs voix à celles de choeurs d'Argentine, du Brésil, de Colombie, du Danemark, d'Allemagne, du Portugal et du Venezuela.

A Madrid, le choeur a chanté «Dona Nobis Pacem» (Accorde-nous la paix), le «Choeur des esclaves» du Nabucco de Verdi, et terminé sur «Sing an Anthem For Our Peace», écrit pour l'occasion par le compositeur américain Jim Papoulis.

L'événement, qui était retransmis en direct sur YouTube, était organisé par Choirs for Peace, une initiative née en Espagne un mois après le début de la guerre lancée le 24 février 2022 par le président russe Vladimir Poutine contre l'Ukraine.
17:24
Armes nucléaires: rhétorique russe «dangereuse» selon l'OTAN
«La rhétorique nucléaire de la Russie est dangereuse et irresponsable», a estimé dimanche l'OTAN après l'annonce par le président russe Vladimir Poutine d'un déploiement d'armes nucléaires «tactiques» sur le territoire de son allié, le Bélarus.

«L'OTAN est vigilante et nous suivons de près la situation», a déclaré la porte-parole de l'Alliance, Oana Lungescu. «Nous n'avons constaté aucun changement dans le dispositif nucléaire de la Russie qui nous amènerait à ajuster le nôtre», a-t-elle souligné.

«La référence de la Russie au partage nucléaire de l'OTAN est totalement trompeuse. Les alliés de l'OTAN agissent dans le plein respect de leurs engagements internationaux. La Russie n'a cessé de violer ses engagements en matière de maîtrise des armements, suspendant dernièrement sa participation au nouveau traité START», a réagi la porte-parole de l'OTAN.

«La Russie doit revenir au respect de ses engagements et agir de bonne foi», a ajouté Oana Lungescu.
Oana Lungescu
Bild: Twitter
Des responsables russes ont émis à plusieurs reprises des menaces à peine voilées de se servir de l'arme nucléaire en Ukraine en cas d'escalade significative du conflit. Dirigé depuis 1994 par Alexandre Loukachenko, le Bélarus est frontalier de l'Ukraine, de la Pologne et de la Lituanie.
15:41
«Chantage nucléaire» russe: l'Ukraine veut une réunion de l'ONU
L'Ukraine a appelé dimanche à organiser une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour contrer le «chantage nucléaire» de la Russie. Ce après l'annonce par Vladimir Poutine que Moscou allait déployer des armes nucléaires au Bélarus.

Les responsables russes ont multiplié depuis un an les menaces à peine voilées de se servir de l'arme nucléaire si le conflit avec Kiev venait à connaître une escalade significative. Le Bélarus, un allié de Moscou, est frontalier de l'Ukraine, de la Pologne et de la Lituanie.

«L'Ukraine attend des actions efficaces pour contrer le chantage nucléaire du Kremlin de la part du Royaume-Uni, de la Chine, des Etats-Unis et de la France» en tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, a indiqué le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Nous demandons qu'une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité des Nations unies soit immédiatement convoquée à cette fin», a-t-il ajouté. Et d'appeler aussi le G7 et l'UE à faire pression sur le Bélarus en le menaçant de «conséquences considérables» s'il venait à accepter le déploiement russe.
14:08
L'Ukraine accuse la Russie d'avoir pris le Bélarus «en otage»
L'Ukraine a accusé dimanche la Russie d'avoir pris «en otage» le Bélarus après l'annonce par Vladimir Poutine que Moscou déploiera des missiles nucléaires «tactiques» sur le territoire de son allié, aux portes de l'Union europénne. Les responsables russes ont multiplié depuis un an les menaces à peine voilées de se servir de l'arme nucléaire si le conflit avec Kiev venait à connaître une escalade significative. Le Bélarus est frontalier de l'Ukraine, de la Pologne et de la Lituanie.

«Le Kremlin a pris le Bélarus comme otage nucléaire», a écrit sur Twitter le secrétaire du Conseil de sécurité ukrainien Oleksiï Danilov, ajoutant que la décision de Poutine est un «pas vers la déstabilisation interne du pays».
Oleksiï Danilov
Bild: Twitter
L'annonce de Moscou «maximise le niveau de perception négative et de rejet public de la Russie et de Poutine dans la société bélarusse», a avancé aussi Danilov. Les Occidentaux n'avaient pas encore réagi dimanche aux projets de Poutine.

Samedi, Vladimir Poutine a annoncé que la Russie allait déployer des armes nucléaires «tactiques» au Bélarus et que dix avions avaient déjà été équipés pour être prêts à utiliser ce genre d'armement. «Il n'y a rien d'inhabituel ici: les Etats-Unis font cela depuis des décennies. Ils déploient depuis longtemps leurs armes nucléaires tactiques sur le territoire de leurs alliés», a déclaré Vladimir Poutine lors d'une interview à la télévision russe.

«Nous avons convenu de faire de même», a-t-il ajouté, disant prévoir de «former les équipages» à partir du 3 avril et de «terminer la construction d'un entrepôt spécial pour les armes nucléaires tactiques sur le territoire du Bélarus» le 1er juillet.
14:19
Situation stabilisée près de Bakhmout
Le chef d'état-major des armées ukrainiennes a affirmé que ses troupes étaient parvenues à «stabiliser» la situation autour de Bakhmout, épicentre depuis huit mois des combats contre les forces russes dans l'est de l'Ukraine.

Cette ville, qui comptait autour de 70 000 habitants avant l'invasion russe de l'Ukraine fin février 2022 mais qui est désormais désertée par les civils, est le théâtre de la bataille la plus longue et la plus sanglante depuis le déclenchement de la guerre.

La situation «la plus difficile» sur la ligne de front se trouve «autour de Bakhmout», a indiqué tard vendredi soir Valery Zaluzhny, lors d'un appel téléphonique avec le chef d'état-major de la défense britannique, l'amiral Sir Tony Radakin.

«Grâce aux formidables efforts des forces de défense, nous parvenons à stabiliser la situation», a écrit Zaluzhny sur Facebook.
Les forces russes font parfois état de territoires durement gagnés autour de la ville, devenue davantage un symbole qu'un site stratégique du point de vue purement militaire à mesure que les combats perdurent.

«L'offensive de la Russie en grande partie à l'arrêt»
D'après un bilan des services de renseignement britanniques publié samedi, «l'offensive de la Russie sur la ville de Bakhmout, dans la région du Donbass, est en grande partie à l'arrêt».

«C'est très probablement avant tout le résultat de l'attrition extrême des forces russes», ont précisé les Britanniques dans un communiqué, soulignant que Kiev avait également «subi de lourdes pertes humaines».

Le commandant des forces terrestres ukrainiennes Oleksandre Syrsky a affirmé jeudi sur Telegram qu'une contre-offensive pourrait «très bientôt» être lancée contre les forces russes «épuisées» près de Bakhmout.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rendu visite mercredi aux troupes ukrainiennes près de la ligne de front de Bakhmout.

Evguéni Prigojine, patron du groupe paramilitaire russe Wagner dont les hommes sont en première ligne dans cette bataille, a affirmé lundi que ses forces contrôlaient environ 70% de la ville.

Ces dernières semaines, les forces russes ont progressé au nord et au sud de Bakhmout, coupant plusieurs routes d'approvisionnement ukrainiennes.
8:59
Un espion russe, qui avait tenté d'infiltrer la CPI, inculpé
Un ressortissant russe, qui avait tenté d'infiltrer la Cour pénale internationale (CPI) l'été dernier, a été inculpé vendredi pour espionnage aux Etats-Unis. Il est accusé d'y avoir vécu sous une fausse identité pendant deux ans.

L'homme de 37 ans «travaillait comme agent illégal des services de renseignements russes sous l'alias brésilien Victor Muller Ferreira», selon un communiqué du procureur fédéral de Washington.

D'après l'acte d'accusation, il avait commencé à opérer sous cette identité au Brésil en 2010 et s'était construit une «légende» avec une tante fictive, une mère décédée et de rares amis.

Cinq ans plus tard, il avait déposé une demande d'inscription à ce nom auprès d'une université située à Washington. Après avoir été accepté dans cet établissement, il était entré aux Etats-Unis en 2018 avec un visa d'étudiant.

Démasqué par les Pays-Bas
Jusqu'en 2020, il a vécu sous cette couverture, menant des études en relations internationales, tout en rassemblant «des informations sur des Américains qu'il a transmis aux services russes», précisent les services du procureur. Après avoir quitté les Etats-Unis en mai 2020, il a continué à utiliser ses contacts universitaires pour obtenir des informations sur la politique étrangère américaine, ajoutent-ils.
En avril 2022, il avait tenté d'entrer en tant que stagiaire à la Cour pénale internationale (CPI), qui siège à La Haye, aux Pays-Bas, et enquête sur les accusations de crime de guerre en Ukraine visant la Russie.

Les services secrets néerlandais l'avaient démasqué et lui avaient refusé l'entrée sur le sol des Pays-Bas. Renvoyé au Brésil, il y avait été arrêté pour fraude et condamné en juillet à 15 ans de prison. D'après les documents judiciaires, Moscou a réclamé son extradition, l'accusant de trafic de drogue remontant à 2011 et 2013.
8:57
Biden assure que la Chine «n'a pas livré» d'armes à la Russie
Le président américain Joe Biden a affirmé vendredi que la Chine «n'avait pas livré» à ce stade d'armes à la Russie pour l'aider dans sa guerre en Ukraine, en dépit de craintes exprimées à ce sujet par les Occidentaux.

«Cela fait maintenant trois mois que j'entends dire que la Chine va fournir des armes importantes à la Russie. Cela ne veut pas dire qu'ils ne le feront pas, mais ils ne l'ont pas encore fait», a dit le président américain lors d'un déplacement à Ottawa chez son voisin canadien.

«Je ne prends pas la Chine à la légère. Je ne prends pas la Russie à la légère», a-t-il ajouté, estimant par ailleurs que les informations faisant part de leur rapprochement avaient probablement été «exagérées».

A l'inverse, Joe Biden a insisté sur les liens renforcés entre Occidentaux. «Si quelque chose s'est passé, c'est que l'Occident s'est considérablement resserré», a-t-il estimé parlant d'une coalition «unie».
President Joe Biden waves before boarding Air Force One at Ottawa International Airport in Ottawa, Canada, Friday, March 24, 2023, to travel to Wilmington, Del. (AP Photo/Andrew Harnik)
Joe Biden
Bild: sda
Soutien moral
Lors d'une visite du président chinois Xi Jinping à Moscou cette semaine, Russes et Chinois ont de leur côté salué l'entrée dans une «nouvelle ère» de leur «relation spéciale».

Mais si le dirigeant chinois a promis son soutien moral et une bouée de sauvetage commerciale, il s'est abstenu de fournir des armes aux soldats russes engagés en Ukraine, ce qui aurait pu entraîner des sanctions occidentales contre son pays.

Il n'y a pas eu non plus d'engagement de long terme pour l'achat de grandes quantités de gaz russe, dont les exportations vers l'Europe se sont effondrées, laissant un trou béant dans les finances de la Russie.
17:40
L'ONU accuse Ukrainiens et Russes d'«exécutions sommaires»
L'ONU a accusé vendredi les forces ukrainiennes et russes d'avoir commis des dizaines d'exécutions sommaires de prisonniers de guerre pendant l'invasion russe de l'Ukraine. Elle déplore aussi de mauvais traitements.

«Nous sommes profondément préoccupés par l'exécution sommaire de 25 prisonniers de guerre et personnes hors de combat russes» ainsi que par celle de «15 prisonniers de guerre ukrainiens», a déclaré Matilda Bogner, cheffe de la mission de surveillance des droits de l'homme des Nations Unies en Ukraine.
Image
Bild: Shutterstock
Selon Matilda Bogner, l'ONU a documenté ces exécutions de Russes par les forces armées ukrainiennes, «souvent» perpétrées «immédiatement après la capture sur le champ de bataille».

L'ONU est au courant de cinq enquêtes menées par Kiev et qui impliquent 22 victimes, mais «nous n'avons connaissance d'aucune poursuite à l'encontre des auteurs» de ces crimes, a-t-elle ajouté.

En ce qui concerne les exécutions de 15 prisonniers de guerre ukrainiens «peu après leur capture» par les forces armées russes«, 11 d'entre elles ont été perpétrées par le groupe paramilitaire russe Wagner, a encore indiqué la responsable.
9:36
Zelenskyj appelle à des avions de chasse modernes
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé les chefs d'État et de gouvernements des États de l'UE à livrer des avions de chasse modernes à son pays. Il est reconnaissant à la Pologne et à la Slovaquie pour la décision de fournir des avions de chasse de type soviétique MiG-29. «Cela renforcera considérablement la défense de notre espace aérien. Mais nous avons besoin d'avions modernes.»
La Slovaquie a annoncé jeudi qu'elle avait remis les 4 premiers de ses 13 MiG-29 soviétiques promis à l'Ukraine. La Pologne avait annoncé la livraison d'avions de chasse du même type. Et Zelensky fait pression depuis longtemps pour la livraison d'avions de combat modernes de l'Occident.

S'adressant aux chefs de gouvernement, Zelensky a maintenant demandé s'il y avait une raison pour le retard dans la fourniture d'avions modernes. Il a évoqué les menaces russes avant la livraison du char de combat allemand, Leopard de l'UE.
epa10513649 Ukrainian President Volodymyr Zelensky speaks at a joint press conference with the Finnish prime minister (not pictured) following their meeting in Kyiv (Kiev), Ukraine, 10 March 2023. Mar ...
Bild: sda
Zelensky a souligné : «Le temps est important. Non seulement les mois et les semaines, mais aussi les jours le sont. Plus vite nous agissons ensemble, plus nous pouvons sauver de vies.» Par exemple, le président a appelé à plus de rapidité dans de nouvelles sanctions contre la Russie et à de nouveaux efforts pour empêcher les mesures punitives qui ont déjà été imposées. Il s'est également plaint des retards dans la livraison de missiles à plus longue portée. «Cela ne nous permet pas de reprendre les positions des terroristes russes.» Il a également évoqué le soutien antérieur de l'étranger. «C'est la preuve que l'Europe sait défendre ses valeurs et a le courage de tenir tête au terrorisme.»
Le Leopard 2 livré à l'Ukraine peut aussi servir des bières
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
7 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
7
L'état d'urgence levé en Nouvelle-Calédonie, mais le calme reste relatif
Au total, 3500 membres des forces de sécurité seront déployés sur l'archipel, où les «mesures à portée générale», dont l'interdiction de tout déplacement de 18h00 à 06h00, restent en vigueur.

L'état d'urgence en Nouvelle-Calédonie, instauré le 15 mai, a été levé mardi à 05h00 du matin à Nouméa (20h00 lundi en Suisse). Le calme reste cependant très relatif dans l'archipel français océanien après deux semaines d'émeutes.

L’article