DE | FR

Pourquoi l'Italie est si vulnérable aux mensonges de Poutine

Le sensationnalisme des talk-shows et le rôle douteux de l'ambassade russe à Rome conduisent à un mélange délicat. Le Parlement italien prend désormais des mesures, reste à savoir si cela aura un impact.
15.05.2022, 12:00
Virginia Kirst, Rome / ch media

Le 1er mai, c'était l'apparition de trop, même pour le parlement italien. Deux Russes qui figurent sur la liste des sanctions de l'UE ont été autorisés à expliquer en détails leurs positions à la télévision italienne: le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et Vladimir Soloviev, journaliste de télévision russe et principal propagandiste officieux de Poutine.

Poutine et Berlusconi lors d'une rencontre en 2010.
Poutine et Berlusconi lors d'une rencontre en 2010.image: AP

Des thèses crues et sans filtre

L'interview de 43 minutes de Sergueï Lavrov sur «Rete4», une chaine privée de l'ancien Premier ministre et magnat des médias Silvio Berlusconi, a fait la Une de la presse internationale.

Le ministre de Poutine a pu diffuser ses thèses grossières (l'Ukraine est gouvernée par des nazis, les juifs sont les antisémites les plus zélés) sur la chaîne de Berlusconi avec pour ainsi dire, peu d'opposition. Le président russe Poutine se serait ensuite excusé auprès du Premier ministre israélien pour les propos tenus par Lavrov.

Mais l'intervention de Lavrov était tout sauf exceptionnelle: depuis le début de la guerre en Ukraine, les opinions pro-russes bénéficient d'une tribune remarquablement grande à la télévision italienne, à tel point que la commission parlementaire de sécurité s'en est mêlée.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov à la télévision italienne.
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov à la télévision italienne.screenshot: mediaset

En effet, les parlementaires enquêteraient actuellement pour savoir si la forte présence de «commentateurs étrangers» dans les talk-shows italiens est en réalité une campagne de propagande russe bien coordonnée. Carlo Fuortes, le chef de la chaîne publique italienne RAI, est également convoqué. Les studios de la chaîne publique voient également entrer et sortir en ce moment un nombre étonnamment élevé de personnes figurant sur la liste des salaires du Kremlin.

Théories du complot dans les talk-shows

Il y a par exemple la journaliste russe Nadana Fridrikhson qui travaille à plein temps pour la chaîne de télévision Zvezda, gérée par le ministère russe de la Défense. Elle avait déclaré à plusieurs reprises à la télévision italienne que «l'opération spéciale russe» avait pour but de mettre fin à la guerre «lancée par le régime soutenu par les Etats-Unis à Kiev».

Deuxième exemple, celui de la porte-parole de la politique étrangère, Maria Zakharova, qui a diffusé à la télévision italienne des théories du complot sur le massacre de Boutcha. Tout en continuant à être invitée dans des talk-shows.

Le fait que les chaînes italiennes invitent régulièrement des personnes qui diffusent une dangereuse propagande du Kremlin n'étonne pas Francesco Costa. Le rédacteur en chef adjoint du journal en ligne il Post déclare:

«Les talk-shows italiens ne cherchent pas à informer, mais à divertir»
Francesco Costa, rédacteur en chef adjoint du journal en ligne il Post.

C'est particulièrement évident dans les talk-shows: «L'objectif de ces émissions est de provoquer le plus grand scandale possible afin que davantage de téléspectateurs les regardent la fois suivante». En conséquence de cette course au scandale, les experts établis annulent de plus en plus souvent leur participation à ces talk-shows, car ils ne veulent plus réfuter les mêmes arguments fallacieux.

Costa affirme que ce problème est particulièrement important en Italie en comparaison à d'autres pays:

«La propagande russe existe aussi dans d'autres pays. Mais en Italie, elle est beaucoup plus présente»
Francesco Costa, rédacteur en chef adjoint du journal en ligne il Post.

Mais pourquoi? Cela s'explique par le fait que la télévision reste le principal canal d'information en Italie. On y voit donc beaucoup de talk-shows politiques. Ce format d'émission est bon marché à produire et donne l'impression d'être actuel, même si la qualité des contenus est souvent douteuse.

Pas d'interdiction

Reste à voir si la justification de Costa explique à elle seule la forte présence d'invités proches du Kremlin dans les talk-shows, ou si la commission parlementaire découvrira d'autres raisons lors de ses auditions. Il s'agira par exemple d'examiner comment les rédactions choisissent leurs invités et s'il y a des accords avec l'ambassade russe.

Il est d'ores et déjà clair que l'enquête ne débouchera pas sur une interdiction, du moins pour les chaînes privées, mais au mieux sur une recommandation. Enfin, la liberté de la presse est également valable en Italie. Même lorsque Moscou l'utilise habilement à ses propres fins.

Traduit et adapté de l'allemand par sia.

18 personnes qui jouent les petits anarchistes

1 / 20
18 personnes qui jouent les petits anarchistes
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

David Attenborough et les chars russes? Regardez ce détournement viral

Plus d'articles sur les risques d'une crise mondiale

En Suisse, la hausse des prix inquiète et «ce n'est que le début»

Link zum Artikel

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

La guerre menace l'économie mondiale et on ne sait pas comment réagir

Link zum Artikel

Confiner 28 millions de Chinois, c'est surréaliste: la preuve en 8 vidéos

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi la Chine veut désormais la paix en Ukraine
Alors que l'armée russe peine à gagner du terrain en Ukraine, Pékin commence à trouver le temps long et a donc décidé de s'engager davantage dans une tentative de résolution du conflit.

Le point de vue des dirigeants chinois sur la guerre en Ukraine a évolué. Ils constatent que, depuis quatre mois, la progression de l'armée russe sur le terrain est lente, incertaine et exige des moyens militaires considérables. Très loin du scénario qu'avait sans doute annoncé Vladimir Poutine début février, quand il avait rencontré Xi Jinping. Mais en plus, à Pékin, on s'inquiète désormais des conséquences néfastes pour la marche de l'économie mondiale que commence à avoir ce conflit qui s'éternise.

L’article