International
Russie

Ukraine: des officiers russes auraient violé des ambulancières

Des soldates russes lors d'un exercice (image prétexte). Sur le front, de nombreuses femmes sont victimes de violences sexuelles.
Des soldates russes lors d'un exercice (image prétexte). Sur le front, de nombreuses femmes sont victimes de violences sexuelles. (Source : IMAGO/Ministère russe de la Défense)

Des officiers russes auraient violé des ambulancières venues les soigner

Des ambulancières russes présentes sur le terrain pour fournir des soins médicaux à leurs propres soldats ont été victimes de violences sexuelles. Une ex-soignante témoigne.
02.04.2023, 12:1302.04.2023, 17:43
Nilofar Eschborn
Plus de «International»
Un article de
t-online

Le témoignage d'une ancienne ambulancière russe suscite l'horreur: dans le cadre du projet «Sever.Realii», Margarita a parlé au média Radio free Europe/radio liberty de son temps passé au service militaire - et de la manière dont elle et ses camarades ont été victimes de violences sexuelles dans leurs propres rangs.

Selon leurs rapports, des officiers russes ont gravement maltraité les ambulancières. «Tu seras une femme de terrain», leur aurait-on dit. Les officiers forçaient les femmes à satisfaire leurs désirs sexuels en plus de faire la cuisine et de nettoyer. Lorsque les femmes ambulancières se défendaient, les officiers leur rendaient la vie insupportable en les menaçant et en les harcelant, raconte Margarita.

Un officier aurait même tiré sur l'une d'entre elles. La femme se bat encore aujourd'hui avec ses blessures.

Violence dans les rangs, y compris contre les soldats

Les officiers n'auraient pas non plus hésité à recourir à la violence contre les soldats russes: Margarita aurait également été témoin de l'assassinat de soldats russes par les officiers.

Les hommes qui refusaient de se battre sur le front auraient d'abord été enfermés nus par des officiers dans une cave froide et humide avec des rats. Si les soldats ne cédaient pas, les officiers les auraient forcés à creuser leurs propres tombes.

Les hommes devaient s'y coucher et ont été enterrés vivants, selon Margarita. Ensuite, les officiers auraient tiré sur les fosses. Ceux qui ont survécu ont rampé hors du trou - et ont ensuite été envoyés au front. Aucun d'entre eux n'en est revenu vivant, raconte l'ancienne ambulancière.

Impossible retour en Russie

Après un certain temps, Margarita a décidé de s'opposer aux officiers. Un officier du nom de Polkan lui a d'abord fait vivre un enfer pour la faire changer d'avis. Mais sans succès.

«Pendant un mois, j'ai simplement vécu dans la rue. Alors que d'autres passaient la nuit dans des tentes et des maisons, je dormais par terre, près de la route, dans une petite forêt»
Margarita

Aucune des femmes n'aurait tenté de s'enfuir en Russie. Elles n'auraient pas pu rentrer, car elles auraient pu y être fusillées pour s'être enfuies.

Margarita rapporte que sept femmes âgées de 23 à 38 ans ont été victimes de violences sexuelles dans leur entourage. Selon les statistiques auxquelles se réfère Radio free Europe/radio liberty, une femme sur quatre dans l'armée russe serait exposée au harcèlement sexuel.

Mais rares sont les femmes qui parlent du harcèlement, voire des violences sexuelles dans leurs propres rangs, explique au média Valentina Melnikova, des mères de soldats de Russie. Et tant qu'elles se tairont, cela restera ainsi.

En images: manifestations anti-guerre en Russie

Vidéo: watson
Vladimir Poutine dans tous ses états
1 / 10
Vladimir Poutine dans tous ses états
Poutine en mode chasseur, 2010.
source: ap ria novosti russian governmen / dmitry astakhov
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Chine encercle Taïwan pour tester sa capacité à «prendre» l'île
Toujours en cours, les manœuvres d’encerclement de Taïwan doivent tester la capacité militaire de la Chine à «prendre le pouvoir» dans l’île autonome, selon un porte-parole chinois.

Baptisées «Joint Sword-2024A», ces manoeuvres interviennent après la prestation de serment lundi du nouveau président taïwanais Lai Ching-te. Son discours d'investiture a été perçu par la Chine comme un «aveu de l'indépendance de Taïwan». Ces exercices constituent, selon Pékin, une «punition sévère» contre les «séparatistes» de l'île, qui finiront «dans le sang».

L’article