en partie ensoleillé
DE | FR
1
International
Russie

Ukraine: Poutine va-t-il entraîner Loukachenko dans la guerre?

epa10374122 Russian President Vladimir Putin (R) shake hands with his Belarusian counterpart Alexander Lukashenko after a meeting at the Palace of Independence in Minsk, Belarus, 19 December 2022. Pre ...
Vladimir Poutine (droite) a rencontré son homologue biélorusse Loukachenko (gauche) à Minsk.Image: sda

Poutine en Biélorussie: va-t-il entraîner Loukachenko dans la guerre?

Le président russe s'est rendu à Minsk lundi, une première depuis 2019. Les discussions sur le conflit ne devraient être qu'un sujet secondaire, mais plusieurs indices montrent que ce n'est pas le cas.
20.12.2022, 11:5720.12.2022, 12:02
Paul Flückiger, versovie / ch media

Alexandre Loukachenko a apporté à son hôte un grand bouquet de tulipes rouges à l'aéroport. Pendant des années, Vladimir Poutine ne s'est plus rendu à Minsk, c'était Loukachenko qui faisait toujours le déplacement. Il s'est rendu à Moscou, Saint-Pétersbourg et Sotchi pour y présenter ses requêtes comme un écolier. Mais aujourd'hui, c'est bien Poutine en personne qui se trouve sur l'aérodrome de Minsk.

Pendant ce temps, d'autres grands responsables politiques du Kremlin sont déjà arrivés à Minsk. Sergueï Lavrov a rencontré son nouveau collègue biélorusse Sergueï Aleïnik au ministère des Affaires étrangères. Ce dernier remplace le ministre des Affaires étrangères de longue date Vladimir Makeï décédé récemment dans des circonstances mystérieuses.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou est également arrivé séparément à bord d'un autre avion gouvernemental russe pour rencontrer son ami officiel Viktor Khrenin à Minsk.

Le Kremlin se défend de vouloir discuter d'une invasion commune de l'Ukraine par les deux armées depuis le nord, comme le craignaient certains observateurs à Kiev. «Ce sont des affirmations particulièrement stupides», a déclaré le porte-parole de Poutine Dmitri Peskov en amont des discussions de Minsk.

Près de 1500 personnes en camp de travail

En effet, officiellement, les discussions entre Poutine et Loukachenko ne portent «que» sur l'«Etat de l'Union Biélorussie-Russie», qui ne bouge pas depuis 1996. Depuis 2019, Moscou insiste sur la mise en œuvre pratique des traités les plus divers.

Les élections présidentielles falsifiées et les protestations post-électorales qui ont duré des semaines en août 2020 avaient brusquement donné au Kremlin un nouveau moyen de pression. Car Loukachenko n'a pu réprimer les protestations qu'avec l'aide de la Russie.

A protester holds an old Belarusian national flag as he stands in front of police line during a rally after the Belarusian presidential election in Minsk, Belarus, Sunday, Aug. 9, 2020. Police and pro ...
Le pouvoir biélorusse a durement réprimé les manifestations organisées contre la réélection de Loukachenko en 2020.Image: AP

Lundi, pas moins de 1437 prisonniers politiques étaient détenus dans les camps de travail de type goulag de Loukachenko pour avoir exercé leur droit à la liberté d'expression en 2020/21. Une partie d'entre eux ont été arrêtés en Russie alors qu'ils tentaient de s'échapper et ont été immédiatement extradés.

Officiellement, les discussions sur les foyers de conflit dans le monde, en particulier sur l'Ukraine, ne devraient être qu'un sujet secondaire. La deuxième visite à Minsk du ministre russe de la Défense Choïgou en décembre dernier prouve que ce n'est pas le cas. Le contrôle de l'état de préparation au combat de son armée de 62 000 soldats professionnels, ordonné soudainement par Loukachenko, semble également suspect. A cela s'ajoutent 344 000 réservistes qui sont partiellement mobilisés depuis des mois. Cet examen aurait été achevé lundi, de manière satisfaisante, selon Loukachenko.

De nouveaux soldats pour la guerre de Poutine?

Moscou et Minsk nient que ces troupes seront bientôt engagées contre l'Ukraine. Lundi, de nouvelles manœuvres de défense communes ont toutefois été annoncées pour 2023, car selon Loukachenko, Kiev — soutenue par l'Otan — cherche à envahir la Biélorussie.

C'est pour cette raison que Loukachenko, en tant que commandant en chef, a détaché peu après l'invasion russe de l'Ukraine plusieurs divisions de sa propre armée, beaucoup plus petite et considérée comme largement obsolète, à la frontière commune, longue d'environ 1000 kilomètres.

epa06054825 A column of Belarus army tanks moves along a street during an Independence Day military parade rehearsal in Minsk, Belarus, 28 June 2017. The parade will take place on 03 July to mark the  ...
Un défilé de l'armée biélorusse, en 2017.Image: EPA

Ces forces y menacent indirectement les capitales régionales de l'ouest de l'Ukraine, Lviv, Loutsk et Rivne, y compris la centrale nucléaire toute proche. Mais surtout, elles retiennent les troupes ukrainiennes loin du Donbass.

A Minsk, Loukachenko aura également souligné lors de son entretien avec Poutine que son peuple veut conserver son indépendance. Ce week-end, le président biélorusse a affirmé:

«Nous sommes prêts à vivre dans un Etat, comme l'était l'Union soviétique, mais nous avons été expulsés de l'URSS contre notre gré vers l'indépendance. Nous devons maintenant la défendre, car c'est ce que veut le peuple. Mais en même temps, nous ne serons jamais les ennemis de la Russie, car nos deux peuples sont les plus similaires.»

Poutine est ainsi confronté à la quadrature du cercle à Minsk.

Les ravages de la guerre à Marioupol vus du ciel

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Zelensky change de ministre de la Défense
Suivez en direct les dernières infos sur la guerre en Ukraine et ses implications en Suisse et dans le monde.
L’article