DE | FR

Bâle-Dublin pour 5 francs? La guerre des prix a commencé

Image: Shutterstock
L'été approche, la vaccination progresse et les cas diminuent. La situation est donc plutôt bonne, et les Suisses ont de nouveau envie de partir en vacances. Pour attirer les clients, les compagnies aériennes baissent drastiquement les prix.
20.06.2021, 15:5920.06.2021, 16:52

Avec la baisse des infections et la progression de la vaccination, les réservations pour les voyages en avion ont clairement augmenté. Résultat: la guerre des prix des compagnies aériennes bat à nouveau son plein, affirme dimanche le SonntagsBlick.

Ryanair montre la voie. La compagnie aérienne irlandaise propose un vol Bâle-Dublin pour 5 francs. Cela n'est possible qu'en renonçant à certains privilèges, tels les bagages supplémentaires ou la réservation des sièges.

Mais même avec 20 kilos de bagages, la réservation d'un siège et l'enregistrement gratuit à l'aéroport, Ryanair ne facture que 34 francs supplémentaires.

Nice et Ibiza à petits prix

D'autres compagnies aériennes suivent le mouvement. Il est par exemple possible de prendre un vol vers Ibiza avec EasyJet pour un peu moins de 34 francs. Si vous voulez aller à Nice, vous pouvez prendre un vol avec Swiss pour 80 francs.

A noter que ces offres surviennent une semaine seulement après que le peuple suisse a rejeté la loi CO2 et empêché la taxation des billets d'avion.

Ces prix bradés n'étonnent pas la conseillère aux Etats Lisa Mazzone (Verts/GE). Les politiciens ont mis en place un programme d'aide d'un milliard de francs pour le secteur aérien sans exiger une meilleure protection de l'environnement, remarque-t-elle dans le journal. (pls/asi/ats)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ivres, ces nouveaux soldats russes partent à la guerre
Des images de troupes russes nouvellement enrôlées, qui paraissent ivres, ont été partagées sur les réseaux sociaux et témoignent du chaos provoqué par l’appel de Vladimir Poutine.

Tout ne semble pas aller pour le mieux avec la mobilisation partielle en Russie. Le 21 septembre dernier, Vladimir Poutine demandait la mobilisation partielle de 300 000 réservistes pour relancer l’invasion de l’Ukraine, mais les incidents se multiplient dans les centres de recrutement militaires.

L’article