assez dégagé
DE | FR
International
Témoignage watson

Poutine préparerait une nouvelle mobilisation en Russie

epa10336893 People walk in front of the St. Basil's Cathedral with illuminations for Christmas and the New Year on Red Square in Moscow, Russia, 29 November 2022. Russians are preparing to celebrate N ...
A Moscou, «rien n'est plus comme avant depuis le début de la guerre».Image: sda
Témoignage watson

Poutine prépare-t-il une nouvelle mobilisation? Ce Russe veut fuir

Quand Poutine a annoncé la mobilisation, Roman Porekhov s'est réfugié en Asie centrale. Il est de retour au pays, qu'il craint de devoir quitter définitivement: «Il va y avoir un deuxième appel aux armes».
13.12.2022, 18:58
Anne-Kathrin Hamilton

«Oui, elle est terminée. Le point final a été mis», a annoncé le président russe Vladimir Poutine fin octobre. La mobilisation pour la guerre en Ukraine est terminée.

Selon le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, 300 000 hommes au total ont été mobilisés. Environ 87 000 d'entre eux auraient entre-temps été envoyés au front. Il y a toutefois un chiffre sur lequel le Kremlin préfère sans doute garder le silence: le nombre de Russes qui ont fui le pays.

Par peur d'être mobilisés dans l'armée, des centaines de milliers de citoyens ont quitté leur pays pour la Géorgie, la Turquie ou l'Asie centrale. Roman Porekhov* en fait partie. Après avoir fui en Asie centrale, il est de retour à Moscou.

«Il y avait des preuves solides que le Kremlin avait rappelé ses chiens»

Par chiens, il entend les policiers russes qui ont «intercepté» des hommes dans les rues pour la guerre en Ukraine. Alors que d'autres Russes continuent d'attendre l'étranger, Porekhov s'est vu contraint de rentrer à Moscou.

L'une des principales raisons était que sa famille avait prévu un grand déménagement dans un appartement récemment rénové. Le permis de conduire de Porekhov avait également expiré et il ne pouvait pas le renouveler depuis l'étranger. «La phase active de la mobilisation était déclarée terminée, j'ai donc saisi ma chance et je suis rentré», explique le Russe.

«Je n'ai pas eu peur en entrant dans le pays», explique le réfugié russe. Ses amis lui ont raconté qu'ils ont pu entrer et sortir du pays sans difficulté. Le voyage de retour entre l'Asie centrale et Moscou s'est déroulé sans encombre. Il n'y a pas eu non plus de problèmes à l'arrivée.

Peur d'une «deuxième vague» de mobilisation

«Jusqu'ici, tout va bien», dit Porekhov. Sa famille a déménagé, il a demandé son nouveau permis de conduire et n'a eu aucun problème avec la police ou qui que ce soit d'autre. Pourtant, il ne se sent pas en sécurité dans le pays. Il a surtout peur d'une «deuxième vague» de mobilisation. Selon lui, des rumeurs de plus en plus insistantes font état d'une nouvelle mobilisation et ce, dès le mois de janvier.

«Certains disent que cela devrait même commencer à la mi-décembre, mais j'en doute»
Roman Porekhov

Le Kremlin permettrait encore aux gens de fêter le Nouvel An. Mais ensuite, l'enrôlement des hommes russes devrait se poursuivre. C'est également le pronostic du groupe de réflexion américain «Institute for the Study of War» (ISW).

De nombreux réservistes déjà enrôlés auraient été envoyés au front sans aucune préparation. Les pertes seraient donc immenses. Selon l'ISW, les fonctionnaires russes se préparent à une nouvelle mobilisation. L'institut énumère plusieurs indices à ce sujet.

Un document publié sur les canaux Telegram russes suscite notamment des discussions animées. Il s'agit d'une convocation qu'un citoyen de Saint-Pétersbourg aurait reçue. Il y est dit qu'il doit se présenter à la mobilisation en janvier 2023, alors que Poutine a annoncé la fin formelle de la mobilisation partielle le 31 octobre.

Selon l'ISW, les blogueurs militaires nationalistes prévoient également la prochaine mobilisation pour décembre ou janvier. Un journal russe aurait remarqué que le tribunal militaire de la garnison d'Odinzovo, dans la région de Moscou, aurait confirmé par erreur que la mobilisation se poursuivrait malgré sa fin formelle. De plus, le Kremlin aurait déclaré que Poutine ne voyait pas la nécessité de signer un décret mettant formellement fin à la phase de mobilisation.

Quitter le pays pour toujours

Roman Porekhov prend tout cela très au sérieux. Les rumeurs peuvent rapidement devenir réalité, estime-t-il. C'est pourquoi il veut observer l'évolution en gardant une distance sûre. «Avant Noël, nous nous envolerons pour le Monténégro et y resterons au moins un mois», dit-il. Dans la ville côtière de Budva, il y a une grande communauté russe avec des écoles et des jardins d'enfants. Certains de ses amis y sont déjà allés. Parmi eux, des Russes réfugiés avec lesquels il avait vécu en Ouzbékistan.

Mais la condition préalable est qu'il puisse quitter le pays fin décembre. Beaucoup de choses peuvent encore se passer d'ici là.

«Mon instinct me dit que la guerre va s'éterniser avec des vagues périodiques de mobilisation. Nous ne reviendrons donc pas en Russie. Mais le Monténégro ne se prête pas à des séjours prolongés, nous essaierons donc probablement d'obtenir un permis de séjour en Espagne.»
Roman Porekhov

En tant qu'interprète, Porekhov parle couramment l'espagnol et dispose d'un revenu indépendant important. Ses amis qui sont déjà à Budva veulent demander un visa de start-up canadien. «Nous nous en sortirons d'une manière ou d'une autre», dit-il. Mais lui et sa femme ne sont pas heureux à l'idée de devoir quitter leur pays.

Selon Porekhov, l'ambiance actuelle à Moscou est plus ou moins «routinière». «C'est une ville énorme de plus de dix millions d'habitants et il y a beaucoup d'activité comme toujours», décrit-il par rapport à la situation sur place. Le trafic automobile est à nouveau important. Beaucoup de gens fréquentent les bars et les restaurants. Et pourtant, rien n'est plus comme avant depuis la guerre en Ukraine.

«Ni moi ni ma femme n'avons l'intention d'émigrer, mais si les choses continuent ainsi, nous devrons peut-être le faire», ajoute-t-il.

Une affaire d'hommes

Parmi ses amis en Russie, il y a beaucoup de situations différentes:

  • Ceux qui avaient déjà envisagé d'émigrer avant la guerre et qui ont entre-temps définitivement quitté le pays.
  • Ceux qui hésitaient encore, mais qui ont émigré à cause de la guerre.
  • Des gens comme Porekhov, qui préfèrent vivre à Moscou, mais qui ne se sentent plus en sécurité et doivent partir.
  • Et puis il y a ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas quitter le pays pour diverses raisons.

«Certains restent à cause de leur travail ou parce qu'ils doivent s'occuper de membres âgés de leur famille», explique Porekhov. Mais il y a aussi ces Russes qui disent «si je suis mobilisé, je partirai à la guerre». Ils rendent l'Otan responsable de la guerre en Ukraine et disent que c'est une affaire d'hommes de défendre le pays. Avec ces gens-là, il est impossible d'argumenter objectivement, «comme s'ils venaient d'une autre planète»

*Roman Porekhov est un prénom d'emprunt

Armes rouillées et lits ensanglantés: la difficile mobilisation russe

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Mort de Tyre Nichols: un 6e policier mis en cause et il est blanc
Le calvaire de Tyre Nichols a suscité horreur et incompréhension aux Etats-Unis.

Un sixième policier est visé par l'enquête disciplinaire sur le passage à tabac mortel de l'Afro-Américain Tyre Nichols, a annoncé lundi la police de Memphis. Cinq agents noirs ont déjà été limogés et inculpés de meurtre.

L’article