DE | FR

Wali, sniper-star: «Les Russes, ivres, tiraient sur les enfants»

Ces derniers jours, l'ancien soldat du Royal Canadian 22nd Regiment était dans la région d'Irpin.
Ces derniers jours, l'ancien soldat du Royal Canadian 22nd Regiment était dans la région d'Irpin.
C'est le «meilleur» et le plus «célèbre» tireur d'élite «du monde». Après avoir flanqué des beignes à Daesh, ce soldat franco-canadien est en Ukraine depuis deux mois. S'il a failli trépasser à maintes reprises, la semaine dernière, il aurait aussi appris à manipuler des missiles grâce à un tutoriel sur YouTube. Mythe ou réalité? Les deux, mon commandant.
27.04.2022, 11:1627.04.2022, 17:01
Suivez-moi

Deux mois après le début de la guerre, personne ne sait encore comment envisager ne serait-ce que l'existence du bonhomme. C'est peut-être le destin de toute légende: Wali est considéré comme «le meilleur tireur d'élite au monde». Jugé par qui? Selon quoi? Allez savoir quelle munition l'anime et qui conserve, bien au chaud, le véritable CV du sniper «aux 40 morts par jour».

Une chose est sûre, le Franco-Canadien dégaine au moins aussi vite son arme que son bagout. Moins bien sapé que Bernard Henri-Levy et moins baraqué que Rambo, on le sait simplement au front, en Ukraine, depuis deux mois. De sa propre initiative. Il dévoile parfois des photos, poste des vidéos sur Internet, donne des interviews dans des décors de bunker de fortune. Mais son emploi du temps (comme son tableau de chasse) restera inexorablement tributaire des propres dires du héros. Ça tombe bien, Wali a de nouveau parlé cette semaine. Et ça démarre fort:

«Nous avons eu des informations selon lesquelles des soldats russes, frustrés de ne pouvoir arriver nulle part au front, se sont saoulés. Ils ont tiré sans discernement sur des maisons d'où sortaient des enfants hurlants»
Wali, sniper éloquent.

Ces mêmes Russes qui, il y a un mois, annonçaient l'avoir descendu à Marioupol. Mais Wali ne meurt jamais. (Les légendes, non plus.) Ces derniers jours, l'ancien soldat du Royal Canadian 22nd Regiment, au sein de l'armée canadienne, était dans la région d'Irpin: «Chaque petit son agaçait les Russes, ils visaient les fenêtres d'où ces bruits venaient.» Voilà. L'homme raconte toujours ses aventures par petits à-coups, comme autant de haïkus de la guerre. Jamais trop précis, toujours suffisamment alléchant. Hollywood s'est déjà montré moins inspiré que ce mari et papa d'une petite fille d'un an, resté (évidemment) au Canada.

capture d'écran youtube.

«Les Russes ont peur»

Ce que Wali aime bien faire (aussi), c'est se moquer doucement de l'ennemi. Le tireur d'élite n'en rate jamais une pour flanquer une rasade de soufflets aux soldats russes. Durant un entretien «exclusif» avec le grand journal allemand Bild, ce week-end, il en a rajouté une couche: «S'ils étaient juste un peu meilleurs, ils pourraient écraser les défenseurs ukrainiens. Surtout, ils n'ont pas un esprit combatif élevé.» Concernant les récentes batailles à l'est du pays, Wali décrit des Russes qui «n'agissent pas intelligemment», et qui ont «terriblement peur». Tiens, prends ça, Vladimir.

L'entretien avec le média Bild

Vidéo: YouTube/BILD

Il y a quelques jours, il s'est également confié à BFM TV (sans préciser si c'était aussi «exclusif» qu'avec Bild). Casquette sur le front et treillis sur le dos, il raconte, en call vidéo, être tout juste de retour du front est, qui «ressemble un peu à la Seconde Guerre mondiale». C'est très violent, dit-il. «Nous avons eu beaucoup de pertes pour être bien francs. Des collègues sont morts à deux pas de moi.»

«Je dis toujours que la guerre moderne, c'est une terrifiante déception. Un soldat peut attendre des heures, puis se faire tuer par-derrière, sans même apercevoir l'ennemi»

Cartésien, il a également pris le temps d'expliquer des choses simples: «Les tranchées, ça fonctionne. Il faut les utiliser. J'étais avec des soldats ukrainiens sans expérience et je leur ai dit: ne sortez pas fumer, c'est dangereux.» Emotions, mots d'humains, détails flous: la recette fait mouche.

Quand le journaliste lui demande une analyse du rapport de force entre l'armée russe et l'armée ukrainienne, Wali botte une première fois en touche en renvoyant à sa page Facebook «pour que les personnes intéressées puissent avoir plus d'informations». Mais... ce fameux rapport de force alors? «Ah, oui: il est évidemment à l'avantage des Russes. En revanche, le terrain est facile à défendre. Leur progression est très, très lente.»

Une guerre-réalité

Toute la vérité, rien que la vérité? Si personne ne remet en question sa présence sur les différentes zones de guerre (de l'Irak à l'Ukraine), le reste est une légende entretenue à grands récits. Dans un documentaire sur «sa» guerre contre Daesh, Wali laisse échapper une petite faiblesse narcissique de rien du tout, mais qui prouve qu'il est (un peu) plus important que la cause qu'il voudrait défendre:

«Je voulais un drapeau de l’État islamique. Je voulais mon trophée de guerre. Dans le fond, il faut voir ça un peu comme un souvenir de vacances.»

Stéphane Leman-Langloi, professeur à la Faculté des sciences sociales de l'Université Lavalle au Canada, considère Wali comme un soldat «macho-militaro-humanitaire», qui envisage la guerre comme une télé-réalité.

«La caméra est toujours braquée sur lui»

Le sniper-star est en tout cas très vite devenu l'emblème de ces combattants occidentaux partis en Ukraine pour se battre aux côtés des milices de Zelensky. Et Aurélie Campana, professeure canadienne, résume plutôt bien l'existence du mythe: «L’importance de son action sur le plan militaire est mineure, tandis que l’importance de la portée symbolique de son action est très forte.»

Wali, ce n'est donc ni BHL, ni Rambo. Mais il y a assurément un petit côté Jean-Claude Van Damme dans le cœur de cet influenceur de la guerre.

Quelques citations pour s'en assurer:

«C'est facile, de tuer quelqu'un»
«Tu pèses sur un petit bouton et, après ça, l'ennemi tombe comme un chiffon»
«Je ne sais pas pourquoi je ne suis pas post-traumatique»
«La guerre, c’est un sport extrême qui bat tous les autres sports extrêmes»
«Parfois, au front, il faut aller chercher l'adrénaline, elle ne vient pas forcément à toi»

Le gouvernement ukrainien produit un spot avec un deepfake de Poutine

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Mort de l'acteur américain Ray Liotta, star des Affranchis
Le mythique acteur est mort dans son sommeil. Il était en tournage en République dominicaine.

L'acteur américain Ray Liotta, l'une des stars du film mythique sur la mafia Les Affranchis de Martin Scorsese, est mort à l'âge de 67 ans, alors qu'il tournait en République dominicaine, ont annoncé, jeudi, les autorités cinématographiques de ce pays et des médias américains.

L’article