DE | FR

Un changement de loi permet à Poutine une mobilisation cachée

Le Parlement russe a adopté une modification législative de grande envergure. Des bureaux de recrutement sont régulièrement incendiés.
27.05.2022, 09:4127.05.2022, 17:11
Inna Hartwich, Moscou / ch media

Andreï Krassov, un député du parti gouvernemental «Russie unie», a déclaré au pupitre de la Douma à Moscou:

«Nous devons protéger la sécurité de notre pays, nous devons agir rapidement»

Les parlementaires ont agi rapidement et approuvé en bloc une modification de la loi selon laquelle la limite d'âge pour les soldats sous contrat doit être supprimée. Ainsi, «tous les citoyens en âge de travailler» – c'est-à-dire jusqu'à 65 ans – peuvent désormais servir dans l'armée russe sur la base d'un contrat.

Les autorités russes peuvent recruter davantage de soldats pour le front en Ukraine, afin d'atteindre ses «objectifs» malgré des pertes massives. Le but est de remplir le «plan» dont parle toujours le président russe Vladimir Poutine, en laissant en suspens le contenu de son programme.

Grâce à une modification de la loi, «tous les citoyens en âge de travailler» peuvent désormais servir dans l'armée russe sur une base contractuelle.
Grâce à une modification de la loi, «tous les citoyens en âge de travailler» peuvent désormais servir dans l'armée russe sur une base contractuelle.Image: AP Pool Sputnik Kremlin

Personne n'a voté contre

Parmi les 417 députés présents à la séance de mercredi, on ne compte aucune abstention et aucun vote contre. Après une vingtaine de minutes, les trois textes de la loi ont été adoptés. Auparavant, la limite était fixée à 40 ans pour les citoyens russes et à 30 ans pour les étrangers.

Ce changement de législation permet une mobilisation cachée en Russie. Les observateurs estiment que les dirigeants ne déclarent pas de mobilisation générale par crainte d'une baisse du taux d'approbation de «l'opération spéciale». Toutefois, ils ont tout de même besoin de se réapprovisionner en soldats et misent sur la mobilisation par d'autres moyens. La loi modifiée permet, d'une part, de légaliser ceux qui combattent déjà en Ukraine en tant que volontaires, et d'autre part, de recruter davantage de personnes.

Des bureaux de recrutement incendiés

Depuis des semaines, les bureaux de recrutement russes envoient des convocations demandant de se présenter aux autorités avec un passeport, pour vérification des données. De nombreux hommes russes en âge de servir se cachent des autorités pour ne pas être envoyés en Ukraine. Certains jeunes s'approchant des 18 ans sont carrément emmenés hors du pays par leurs parents.

D'autres Russes manifestent leur opposition à la mobilisation par des moyens radicaux: des bureaux sont régulièrement incendiés à travers la Russie. Les autorités parlent d'au moins treize établissements dans lesquels des inconnus auraient jeté des cocktails Molotov. (aargauerzeitung.ch)

Les civils évacués de Marioupol

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Meurtre, torture, vol: l'Ukraine recherche 10 criminels de guerre

Link zum Artikel

«Plan Marshall 2.0»: voici comment reconstruire l'Ukraine après la guerre

Link zum Artikel

Voici 13 images de Pâques «célébrée» en Ukraine en pleine guerre

Link zum Artikel

«Pour la Russie, cette guerre est un suicide économique»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Droit à l'avortement révoqué: le monde du sport est triste et en colère
La révocation du droit à l'avortement décidée vendredi par la Cour suprême constitue «une triste journée pour les Etats-Unis», a déploré l'ancienne championne de tennis et militante Billie Jean King. Un sentiment partagé par de nombreuses personnalités du sport américain.

«La Cour suprême a révoqué l'arrêt 'Roe v. Wade', qui protège depuis près de 50 ans le droit à l'avortement. Cette décision ne mettra pas fin à l'avortement. Ce à quoi elle mettra fin, c'est l'accès sûr et légal à cette procédure médicale vitale», a fustigé l'icône du mouvement pour l'égalité des sexes dans le sport et la défenseure des droits des femmes, Billie Jean King.

L’article