DE | FR

En Ukraine, la guerre est loin d'avoir fait disparaître le Covid

Fatigue, stress, manque de nourriture et de sommeil: tout cela contribue à affaiblir le système immunitaire des personnes touchées par la guerre.
Fatigue, stress, manque de nourriture et de sommeil: tout cela contribue à affaiblir le système immunitaire des personnes touchées par la guerre.Image: sda
Une guerre présente des conditions idéales pour la propagation d'une maladie infectieuse. Entrée en guerre alors que la vague Omicron battait son plein, l'Ukraine s'inquiète.
15.03.2022, 11:4015.03.2022, 13:03

Depuis quelques semaines, on entend dire que la guerre a mis fin au Covid. La levée des mesures, décidée dans plusieurs pays, rapidement suivie par le début des hostilités en Ukraine, a fait disparaitre la pandémie des médias et de nos conversations.

Et d'une certaine manière, c'est vrai. En Ukraine, la guerre a vraiment supprimé le Covid. Ou du moins, les statistiques relatives au coronavirus: depuis le 3 mars, plus aucune infection n'a été signalée dans le pays, selon les données du site spécialisé «Our World in Data»:

Derrière cette courbe plate, facilement imputable aux contraintes posées par la guerre (fragilisation du système hospitalier, civils en fuite, fin du régime de tests,...), la situation est, sans surprise, toute autre.

Guerre et épidémies

Les guerres fournissent, en effet, un contexte très favorable à la propagation de maladies infectieuses. De millions de personnes sont poussées à se mettre en mouvement. Elles sont entassées et stressées, ne mangent souvent pas et ne dorment pas correctement: tout cela contribue à affaiblir leur système immunitaire, alertait récemment l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Autre problème: le taux de vaccination très faible. Seuls 35% des Ukrainiens sont totalement vaccinés, selon «Our World in Data». A titre de comparaison, ce taux se monte à 68% en Suisse, qui reste l'un des pays les moins vaccinés d'Europe occidentale.

La situation n'est pas meilleure dans certains pays limitrophes, où s'entassent des centaines de milliers de réfugiés. Les personnes doublement immunisées ne sont que 26% en Moldavie, 42% en Roumaine et 50% en Slovaquie.

Manque d'oxygène

L'OMS craint que cette situation puisse provoquer des cas plus graves et augmenter le nombre de décès, écrit lundi CNN. Des inquiétudes partagées par Guyguy Manangama, responsable médical chez Médecins sans frontières. Interviewé par le Parisien, ce dernier explique qu'avant le début de la guerre, beaucoup de lits d'hôpital étaient déjà occupés.

«Depuis le début du conflit, l’oxygène manque. Cela va indéniablement augmenter la mortalité.»
Guyguy Manangama, MSF

Le docteur énumère les nombreux autres problèmes sanitaires provoqués par le conflit:

  • Le personnel soignant est submergé par les blessés de guerre.
  • Les personnes restées au pays sont souvent les plus vulnérables.
  • L'accès aux soins et aux médicaments se complique.

En sachant que, dans les semaines précédant le début du conflit, le pays a connu une augmentation de 55% des cas de Covid, selon les chiffres de l'ONU, la situation actuelle se présente comme potentiellement explosive. (asi)

«Je ne sais pas où est mon mari». watson s'est rendu à la frontière de l'Ukraine

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A peine nommé, le nouveau gouvernement Macron est déjà dans la tourmente
Le casting du premier gouvernement nommé par le président français Emmanuel Macron, pour son second quinquennat, fait déjà l'objet de vives polémiques. Deux ministres en particulier, pour des motifs de nature très différente.

Deux jours après sa formation par Emmanuel Macron, le nouveau gouvernement français doit déjà affronter des polémiques visant deux ministres. De la plus grave à la plus légère, et de la plus intime à la plus publique: l'un des deux ministres est accusé de viols par deux femmes; l'autre, véritable surprise de cette nouvelle distribution ministérielle, est visé par des critiques sur sa ligne idéologique, a priori en rupture avec son prédécesseur. On récapitule.

L’article