larges éclaircies
DE | FR
International
ukraine

Ukraine: Biden accusé d'avoir secrètement modifié les Himars

Biden a-t-il secrètement modifié les armes livrées à l'Ukraine?

Une enquête du Wall Street Journal affirme que les vingt derniers ATACMS à longue portée envoyés par Washington ont été bridés en amont, pour empêcher Zelensky d'atteindre le territoire russe. Le Pentagone dément à demi-mot.
07.12.2022, 11:52
Thomas Burgel / slate
Un article de Slate
Slate

Les projectiles se nomment ATACMS, pour «Army Tactical Missile System», sont d'une précision démoniaque et, surtout, sont capables d'une portée de 300 kilomètres environ.

Ils peuvent être tirés par les fameux M270 et M142 Himars, ces «High Mobility Artillery Rocket Systems» envoyés par les États-Unis et une poignée de pays alliés et qui ont contribué au renversement du rapport de force entre Kiev et Moscou dans la guerre d'invasion initiée par la seconde contre la première.

Ça, c'est pour la théorie. Car le Wall Street Journal a récemment révélé que les 20 précieux engins envoyés par les États-Unis en Ukraine depuis juin avaient, auparavant, été volontairement modifiés, bridés par voie matérielle et logicielle. Le but?

Crainte d'une «escalade»?

Qu'ils ne soient justement pas capables de tirer ces ATACMS à longue portée, projectiles «ultimes» qui pourtant seraient d'une aide précieuse dans la lutte de Kiev pour récupérer les territoires qu'elle clame légitimement comme siens. Imposée par des modifications dont nous n'avons pas le détail, l'incapacité tient pour des projectiles américains ou d'autres que l'Ukraine aurait pu acquérir auprès d'autres nations, voire construire elle-même.

Les Himars envoyés par Washington, qui par ailleurs redouble voire retriple d'efforts dans son soutien militaire à l'Ukraine, restent de redoutables machines, capables d'envoyer des missiles de grande précision sur des cibles à 70 kilomètres de distance (notamment les GMLRS de Lockheed Martin), donc notamment de placer les lignes arrières et la logistique russes en plein chaos.

Elles seraient néanmoins privées d'une capacité pourtant redoutable pour des raisons politiques: l'administration Biden, qui de toute façon rechignait à envoyer des ATACMS en Ukraine, craint que ce soit une ligne rouge ultime à ne pas dépasser pour que la Russie ne se lance pas dans «l'escalade».

Pourtant:

«Les États-Unis s'efforcent-ils d'empêcher l'Ukraine de développer sa propre capacité de frappe à longue portée? La réponse courte est non, nous ne le faisons absolument pas»
Lloyd Austin, chef du Pentagone, mardi.

L'escalade? Il est pourtant difficile d'imaginer de grimper plus haut dans l'horreur et les représailles plus violentes qu'avec les continuelles volées de missiles sur les infrastructures électriques et les cibles civiles d'en face.

Accord tacite ou tactique

Mais le Kremlin a plusieurs fois publiquement prévenu que l'envoi d'armes à trop longue portée seraient insupportable pour elle, et Poutine comme son cercle proche n'ont eu de cesse d'agiter le chiffon rouge de l'arme nucléaire, notamment tactique, pour faire réfléchir Washington à deux fois.

Comme le rappelle le WSJ, la porte-parole russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, expliquait en septembre que:

«Si Washington décide d'offrir des armes à longue portée à Kiev, alors elle franchira une ligne rouge et deviendra partie prenante au conflit»

Difficile de faire menace plus claire. Le journal américain explique également que ces Himars ont été envoyés à Kiev après une promesse formelle de Volodymyr Zelensky et de son État-major de ne pas les utiliser pour frapper des cibles situées en territoire russe -une promesse jusqu'ici tenue.

Du moins tenue avec du matériel américain: comme l'ont encore prouvé les récentes et spectaculaires attaques de drones sur des aérodromes militaires stratégiques placés loin derrière la frontière avec le voisin agresseur, Kiev n'hésitera pas à taper partout où elle le pourra afin de gripper la machine de guerre russe qui, elle, ne montre aucun signe de restriction.

La décision américaine, explique le WSJ, reflète un débat au sein de l'administration Biden et parmi les alliés de Kiev entre les tenants d'une certaine retenue et ceux qui souhaitent aller plus loin dans l'aide technique et militaire au pays.

«La précaution doit rester de mise face à un Kremlin imprévisible»

«Les États-Unis devraient éviter d'encourager ou de faciliter un effort ukrainien pour repousser les forces russes de tous ses territoires, y compris la Crimée, un objectif de guerre qui créerait un risque trop élevé que Poutine ne décide d'actions plus brutales encore, incluant la possibilité d'utiliser l'armée nucléaire»
Charles Kupchan, conseiller sur les question européennes de sécurité sous l'ère Obama.

Mardi, les officiels US réagissaient d'ailleurs à l'attaque des aérodromes d'Engels-2, de Riazan ou de Koursk par des drones ukrainiens -de nouveaux modèles ou de vieux Tu-141 dotés de charges explosives- en expliquant que «les États-Unis n'offraient pas les moyens ni n'encourageaient pas l'Ukraine à frapper au-delà de ses frontières». Une déclaration prudente, mais curieuse, les objectifs visés étant purement militaires et légitimes dans le cas d'un tel conflit.

Pour d'autres, Poutine a déjà fait «escalader» la guerre

D'autres pensent que le même Vladimir Poutine a de toute façon déjà fait escalader la guerre, notamment en décidant de cette campagne de bombardement systématique de l'Ukraine, de ses civils et de ses infrastructures énergétiques, et n'a besoin d'aucun nouveau prétexte pour aller plus loin encore.

Selon ces personnes, le WSJ cite notamment l'ex-Premier ministre danois et ex-Secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, c'est justement parce que l'occident n'a pas encore fourni leurs armes à la plus longue portée que Vladimir Poutine se sent libre de faire ainsi pousser des ailes à ses missiles criminels.

Certains législateurs américains poussent pour l'envoi de drones MQ-1C «Gray Eagle» et il est question de déployer des GLSDB, ou «Ground-Launched Small Diameter Bomb», un système capable d'envoyer depuis le sol une bombe guidée au laser sur une cible distante de 150 kilomètres, ce qui doublerait l'actuelle allonge de l'Ukraine et l'aiderait dans une reconquête des territoires perdus -y compris la Crimée- qu'elle ne compte pas abandonner.

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

Les Ukrainiens abattent un hélico très important pour la Russie

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Chine défie les Etats-Unis, mais en a-t-elle les moyens?
La Chine fait jouer ses muscles militaires et souhaite défier les Etats-Unis en tant que superpuissance dominante. L'affaire d'un ballon-espion chinois remet de l'huile sur le feu. Mais quelle est la force réelle de l'armée chinoise?

Vendredi matin, la nouvelle a fait le tour du monde: le Pentagone a annoncé la présence d'un ballon-espion chinois, dans l'espace aérien des Etats-Unis. Il aurait survolé des zones sensibles. L'épisode, qui ravive les tensions entre Washington et Pékin, est survenu peu avant une visite prévue – dimanche et lundi – du chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, en Chine, une première depuis octobre 2018.

L’article