International
ukraine

Bataille à Kherson: «La situation n'arrange pas les Ukrainiens»

Bataille à Kherson: «La situation n'arrange pas les Ukrainiens»

L'Ukraine a lancé la semaine passée une contre-offensive vers la ville de Kherson.
L'Ukraine a lancé la semaine passée une contre-offensive vers la ville de Kherson.Image: EPA
Une semaine après le début de la contre-offensive ukrainienne vers Kherson, les troupes de Kiev privilégient toujours une guerre d'usure. Cela peut indiquer qu'elles ne sont pas encore en mesure de faire davantage, explique un expert. Et le temps ne joue pas en leur faveur.
07.09.2022, 06:1007.09.2022, 07:56
Suivez-moi
Plus de «International»

Longuement préparée et annoncée, la contre-offensive ukrainienne dans le sud du pays a été lancée, lundi dernier, 29 août. Dans le viseur des troupes de Kiev, la ville stratégique de Kherson, tombée aux mains des Russes au début du conflit.

L'objectif est de taille pour les défenseurs. «Reprendre Kherson ouvrirait aux Ukrainiens la porte de la Crimée», explique Julien Grand, rédacteur en chef adjoint de la Revue militaire suisse. «A cause de la géographie du pays, et notamment du fleuve Dniepr qui le coupe en deux, Kiev n'a aucune chance de projeter des forces vers cette péninsule si elle ne contrôle pas Kherson», ajoute-t-il.

Une semaine après le début de la bataille, où en est-on? Peu d'informations officielles circulent à ce sujet. D'habitude très bavardes, les autorités ukrainiennes tentent de garder le plus de contrôle possible sur le déroulement de l'offensive pour des raisons stratégiques.

Toutefois, rapporte l'Institute for the Study of War (ISW), la contre-offensive ukrainienne progresse «de manière vérifiable» dans le sud du pays. Dans la région de Kherson, les forces de Kiev «avancent le long de plusieurs axes». Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a notamment annoncé que son armée a libéré deux villages, sans spécifier lesquels.

Les responsables ukrainiens, tout comme les observations de l'ISW, indiquent que la stratégie de Kiev vise surtout à épuiser les forces russes. Les défenseurs œuvrent notamment pour priver les Russes du ravitaillement nécessaire, perturber leur commandement et affaiblir leur moral.

«Les Ukrainiens se limitent à faire de l'usure, c'est-à-dire à mener des attaques ciblées plutôt qu'une grande offensive visant de larges conquêtes territoriales», confirme Julien Grand. Et d'ajouter:

«Cela peut signifier que les forces de Kiev n'ont pas encore la capacité opérationnelle pour reprendre la ville»
Julien Grand, rédacteur en chef adjoint de la Revue militaire suisse

L'expert militaire rappelle qu'«il est relativement facile de stopper un adversaire; regagner le terrain perdu est par contre beaucoup plus difficile».

«Les Russes sont épuisés»

La situation serait donc en train de stagner. Egalement du côté russe, estime Julien Grand. «Les forces de Moscou ne sont plus dans une optique offensive et se limitent à garder le terrain», illustre-t-il. Selon l'ISW, les Russes vont probablement mener des «contre-attaques occasionnelles», tout en continuant à bombarder leurs adversaires avec l'artillerie et l'aviation.

Cette dynamique semble caractériser également le front du Donbass. L'ISW rapporte que les forces russes n'ont pas mené d'attaques terrestres vers les villes de Kharkiv (nord-est) et de Siversk (est). Elles continuent, cependant, de mener des «bombardements de routine» sur ces zones. Dans la région contestée de Donetsk, les avancées russes sont également très limitées.

epa10083868 A handout still image taken from handout video provided by the Russian Defence ministry press-service shows Russian servicemen firong a 240-mm self-propelled mortar 2S4 ���Tyulpan��� durin ...
Plusieurs indices peuvent faire penser que les troupes russes sont épuisées, selon Julien Grand.Image: sda

Comme dans le cas de l'armée ukrainienne, cette stratégie peut fournir des indices sur l'état des forces de Moscou. «Les Russes ont probablement intérêt à avoir une pause. Les annonces de Poutine, qui veut recruter des milliers de soldats, peuvent faire penser que les troupes sur le terrain sont épuisées», commente Julien Grand.

L'ISW rappelle que le rythme de la bataille de Kherson peut «changer de façon spectaculaire d'un jour à l'autre». Il est donc encore trop tôt pour tirer un bilan, estime également Julien Grand: «A l'heure actuelle, il est difficile de savoir si cette contre-offensive peut se solder par un succès ukrainien».

La situation n'est pourtant pas très favorable pour l'armée de Kiev, conclut-il:

«Cette situation peut se résumer de la manière suivante: prendre une ville nécessite beaucoup de temps, mais c'est simple de préparer sa défense. Cela n'arrange pas les Ukrainiens. Ils savent que chaque jour de plus que Kherson reste aux mains des Russes sera utilisé pour renforcer sa défense. Le temps joue contre eux.»
Julien Grand, rédacteur en chef adjoint de la Revue militaire suisse
En Ukraine, les voitures slaloment entre les mines
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici l'adversaire le plus dangereux pour l'armée israélienne
Israël et le Hezbollah se dirigent vers une guerre qu'ils ne veulent pas. Ce serait une guerre totalement différente pour les Israéliens de celle de Gaza, face au Hamas.

Les chefs du Hezbollah veulent forcer Israël à accepter un cessez-le-feu à Gaza, en intensifiant les attaques de roquettes. Selon ses propres indications, l'armée de Tsahal se prépare désormais à une invasion contre la milice terroriste au Liban. L'escalade pourrait détruire l'accord de statu quo non écrit entre Israël et le Hezbollah.

L’article