DE | FR

«On ne peut pas amputer»: les derniers résistants de Marioupol témoignent

Les troupes russes ont occupé la totalité de la ville. A une exception près: l'aciérie Azovstal.
Les troupes russes ont occupé la totalité de la ville. A une exception près: l'aciérie Azovstal.Image: Keystone
Alors que la Russie affirme avoir pris le contrôle de Marioupol, une poignée de combattants ukrainiens résiste toujours dans une vaste aciérie, sorte de citadelle imprenable. Enterrés vivants, sans nourriture ni médicaments, deux d'entre eux témoignent.
22.04.2022, 16:3622.04.2022, 16:40

Vladimir Poutine a affirmé jeudi que l'armée russe avait pris le contrôle de la ville portuaire de Marioupol, un endroit stratégique dans l'est de l'Ukraine. Le Kremlin prévoit même d'y organiser un défilé de la victoire le 9 mai.

Les troupes russes ont en effet occupé la totalité de la ville. A une exception près: l'aciérie Azovstal, près du port, où sont retranchés les derniers résistants ukrainiens et un millier de civils.

A l'intérieur du complexe industriel, en 2017.
A l'intérieur du complexe industriel, en 2017.Image: Shutterstock

Militairement parlant, cette usine métallurgique est une épine dans le pied pour les Russes: il s'agit d'un immense labyrinthe, disposant d'un réseau souterrain de tunnels d'une profondeur allant jusqu'à 30 mètres. La bombarder n'est pas donc très utile, il faut aller nettoyer sous terre, où les défenseurs ont l'avantage tactique absolu.

Poutine le sait. Au lieu de donner l'assaut, le chef du Kremlin a ordonné à ses soldats de bloquer la zone «de sorte que pas une mouche ne passe». Ce qui ne signifie rien de bon pour les occupants du site, désormais enterrés vivants: soit ils meurent de faim, soit ils devront tôt ou tard se rendre.

Mais quelle est la situation sur place? Les témoignages de deux soldats ukrainiens, récoltés par le Zeit et la BBC, donnent un aperçu des conditions de vie dans l'aciérie assiégée. Il est important de noter que ces informations ne peuvent pas être vérifiées de manière indépendante.

Des civils sous les décombres

«Tous les bâtiments du site sont pratiquement détruits à cause des frappes russes», affirme à la BBC Svyatoslav Palamar, membre du controversé régiment Azov. Les Russes larguent des bombes brise-béton qui causent d'«énormes destructions».

Il y a des civils morts et blessés dans les bunkers, d'autres sont coincés sous les décombres, affirme Palamar. Les médicaments se font rares, ce qui affecte également les soldats.

«Environ 500 combattants gravement blessés ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin, y compris des interventions chirurgicales majeures telles que des amputations», continue l'Ukrainien.

«Nous avons aussi des corps non enterrés de nos combattants que nous devons enterrer dignement dans le territoire contrôlé par l'Ukraine»
Svyatoslav Palamar

Svyatoslav Palamar précise que les combattants ne se trouvent pas au même endroit que les civils, qui sont regroupés dans des bunkers au sous-sol. Il refuse de dire combien de soldats se trouvent encore dans le site. Selon la Russie, ils seraient 2000.

L'aciérie bombardée par l'armée russe.
L'aciérie bombardée par l'armée russe.Image: sda

Un repas par jour

Autre problème: la nourriture. Après huit semaines de guerre et plus de 50 jours de siège, les réserves s'épuisent. «Nous nous nourrissons une fois par jour et mangeons très peu», témoigne dans le Zeit Sergueï Volyna, commandant de la 36e brigade de la marine ukrainienne. Avant d'ajouter:

«Le temps est notre ennemi»
Sergueï Volyna

«Nous sommes constamment en ligne de vue directe avec l'ennemi, et l'ennemi nous voit et essaie de nous tuer», poursuit le commandant, qui estime que, malgré tout, «le moral est haut».

«La situation est difficile. J'essaie de me ressaisir. Mais je sais que seul le moral de mes combattants sera déterminant. J'essaie donc de tenir bon, autant que possible», affirme-t-il.

Les témoignages de ces soldats confirment ce que les experts militaires affirment depuis des semaines: malgré ses nombreux atouts, l'aciérie ne peut pas tenir sur le long terme, non sans des ravitaillements ou une aide extérieure.

Est-il le temps de se rendre? Svyatoslav Palamar est catégorique: sans l'intervention d'un pays tiers, pas question de baisser les armes:

«Nous savons que toutes les garanties, toutes les déclarations de la Fédération de Russie ne valent rien»

(asi)

Marioupol, assiégée par les Russes

1 / 12
Marioupol, assiégée par les Russes
source: sda / evgeniy maloletka
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les images glaçantes de Marioupol vue du ciel

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Russie s'est vengée et vire des journalistes de Moscou pour la première fois
Mercredi, les journalistes canadiens de CBC se sont vus annuler leur visa par la Russie. C'est la première fois que Moscou bannit un média occidental depuis le début de l'offensive en Ukraine.

La radio-télévision canadienne CBC va devoir faire ses bagages: mercredi, la Russie a fermé son bureau de Moscou et a annulé les accréditations et visas de ses journalistes.

L’article