DE | FR

Les bombes au phosphore, ces armes «cruelles» que Moscou aurait utilisées

Les Américains ont utilisé des bombes au phosphore à Falloujah, en Irak, en 2004.
Les Américains ont utilisé des bombes au phosphore à Falloujah, en Irak, en 2004.Image: Keystone
Similaires à une pluie lumineuse, les munitions au phosphore blanc terrorisent les civils et peuvent provoquer des brûlures très graves. La Russie est accusée de les avoir larguées sur des villes ukrainiennes. 3 points pour comprendre.
26.03.2022, 16:00

La liste des armes non conventionnelles que la Russie aurait utilisées en Ukraine s'allonge. Après les roquettes thermobariques, les missiles hypersoniques et les bombes à sous-munitions, ce serait maintenant au tour des bombes au phosphore.

C'est du moins ce qu'affirment, depuis quelques jours, les autorités ukrainiennes, qui accusent l'armée russe d'avoir largué ces bombes sur les villes d'Irpin, située dans la banlieue de Kiev, et d'Izioum, au sud de Kharkiv. La localité de Roubijné, dans l’est du pays, aurait également été touchée. Ces informations ne sont pas encore confirmées.

Une pluie lumineuse et brûlante

Un élément parle toutefois en faveur des accusations ukrainiennes: les photos des bombardements fournies par le maire d'Irpin. Les armes au phosphore sont en effet très reconnaissables: elles provoquent une pluie lumineuse qui retombe vers le sol à la manière d'un feu d'artifice.

La (prétendue) pluie de phosphore dans le ciel d'Irpin.
La (prétendue) pluie de phosphore dans le ciel d'Irpin.Image: Twitter

Comment ça marche? Il s'agit de bombes incendiaires qui, comme leur nom l'indique, exploitent les propriétés du phosphore blanc. Cet élément chimique s'enflamme au contact de l'air et peut ainsi brûler tissus, carburant et munitions. La combustion peut atteindre 1300 degrés.

Brûlures et terreur

Leur objectif principal est simple: enflammer, incendier. Et pas seulement des bâtiments. Quand des civils sont à proximité, les bombes au phosphore engendrent des brûlures extrêmement graves et d'aspect abominable, détaille un spécialiste cité par BFMTV.

Pour l'ONG Human Rights Watch (HRW), elles sont «parmi les armes les plus cruelles utilisées dans les conflits armés» et provoquent des dommages bien plus graves que ceux causés par les armes traditionnelles:

«Les armes incendiaires peuvent provoquer des brûlures au quatrième et au cinquième degrés qui endommagent la peau, les muscles, les ligaments, les tendons, les nerfs, les vaisseaux sanguins et les os»
Human Rights Watch

De plus, poursuit l'ONG, les douleurs infligées aux victimes pendant leur traitement sont «atroces». Les survivants souffrent souvent, entre autres, de défaillances d’organes et d’une moindre résistance aux maladies.

Ces terribles conséquences, couplées à leur aspect très visible, sont à l'origine d'un autre usage, plus psychologique: terroriser la population.

A noter que les munitions au phosphore ne sont pas exclusivement utilisées de manière offensive. Elles permettent également de créer des écrans de fumée, dissimuler les mouvements des troupes ou éclairer des zones de combat.

Un crime de guerre?

Les munitions au phosphore blanc sont courantes dans les arsenaux militaires de plusieurs pays, dont la Russie et les Etats-Unis. Elles ont été utilisées à partir de la première guerre mondiale et, plus récemment, en Irak, en Tchétchénie et en Afghanistan.

Leur usage constitue-t-il un crime de guerre? C'est compliqué. Ces munitions se situent dans une zone un peu floue du droit de la guerre, explique BFMTV. Les armes incendiaires, dont les bombes au phosphore font partie, sont encadrées par le Protocole III à la Convention sur certaines armes classiques. Problème: ses lacunes limitent son pouvoir juridique, précise HRW.

Si les accusations des autorités ukrainiennes se confirment, les actes de la Russie pourraient pourtant être considérés comme un crime: le protocole indique en effet qu'il est interdit de les utiliser pour frapper les civils. (asi)

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Sans de nouvelles troupes fraîches, les Russes ne vont pas gagner»
Après deux mois de combats dans l'Est de l'Ukraine, la Russie n'a toujours pas réussi à s'imposer nettement sur ses adversaires, qui ne cessent de monter en puissance. A tel point qu'une victoire militaire de Kiev n'apparaît plus si inconcevable, estime Julien Grand, rédacteur en chef adjoint de la «Revue militaire suisse». Interview.

Cela fait bientôt deux mois que les Russes ont redéfini leurs objectifs militaires, en se concentrant sur l'Est de l'Ukraine. Qu'est-ce qui a changé dans le rapport de force entre les deux camps?
Julien Grand
: On a assisté à une montée en puissance de l'armée ukrainienne et, parallèlement, à un affaiblissement des forces russes. Cela amène à une situation à peu près égalitaire sur le champ de bataille, ou du moins à une porte ouverte que les forces de Kiev peuvent utiliser pour prendre encore plus l'initiative.

L’article