ciel couvert
DE | FR
International
ukraine

Explosions en Crimée: des images satellites montrent les dégâts

Explosions en Crimée: ces images satellites montrent l'étendue des dégâts

De puissantes explosions ont retenti, mardi, dans une base aérienne russe en Crimée. Alors que les causes restent inconnues, des images satellites mettent en lumière des dégâts considérables et révèlent plusieurs indices.
11.08.2022, 11:4611.08.2022, 18:45
Suivez-moi

Cigarettes mal éteintes? Attaque ukrainienne? Sabotage? On ne sait pas encore ce qui a provoqué les puissantes explosions qui ont secoué, mardi, la base aérienne russe de Saki, en Crimée. Alors que le Kremlin assure qu'il s'agit d'un accident, Kiev reste flou quant à son éventuelle responsabilité.

Une chose est pourtant sûre: les déflagrations n'ont pas seulement suscité la joie des internautes ukrainiens, elles ont également causé des dégâts conséquents sur le terrain de la base aérienne. C'est ce que montrent des images satellites diffusées par l'entreprise américaine Planet Labs.

Ces clichés sont particulièrement utiles pour estimer la vraie portée des dégâts, étant donné que les versions officielles diffèrent radicalement:

  • Moscou affirme qu'aucun avion n'a été endommagé par les explosions;
  • Kiev soutient qu'«environ dix avions» ont été détruits à Saki.

«Au moins onze avions détruits»

Qui a raison? Les images de Planet Labs tendent à confirmer les affirmations ukrainiennes. Selon le site spécialisé The Drive, elles indiqueraient même que le bilan total est plus élevé.

Le blog militaire Oryx, qui dresse depuis le début du conflit une liste des pertes matérielles des deux armées sur la base de données en libre accès, affirme que la Russie a perdu au moins onze avions: quatre Su-30 et sept Su-24.

Regardons de plus près les images satellites. Le gros plan ci-dessous montre la zone de la base où plusieurs avions étaient parqués, protégés par d'épais murs de protection, appelés revetments en anglais.

This satellite image provided by Planet Labs PBC shows destroyed Russian aircraft at Saki Air Base after an explosion Tuesday, Aug. 9, 2022, in the Crimean Peninsula, the Black Sea peninsula seized fr ...
(Si vous lisez cet article sur votre téléphone, vous pouvez cliquer sur les images pour zoomer.)Image: sda

Au moins trois Su-30 et trois Su-24 parqués à l'intérieur des murs de protection ont très probablement été détruits. Un autre Su-24 et une structure adjacente, ainsi qu'une autre structure séparée ont également été détruits. Un cinquième Su-24, visible dans le coin supérieur droit, semble également endommagé.

L'image ci-dessous montre la rampe à l'extrémité sud-ouest de la base aérienne. Les restes de plusieurs avions sont visibles. Les structures situées immédiatement au sud et à l'est sont également endommagées.

This satellite image provided by Planet Labs PBC shows destroyed Russian aircraft at Saki Air Base after an explosion Tuesday, Aug. 9, 2022, in the Crimean Peninsula, the Black Sea peninsula seized fr ...
Image: sda

Les images satellites montrent également ce qui semble être le résultat d'un énorme incendie qui a ravagé les espaces herbeux ouverts au nord-est de la zone de parking et au sud de l'aire de trafic. Cela est clairement visible dans les deux clichés suivants, ou de vastes zones sont désormais brunes:

A satellite image by Planet Labs PBC shows Saki Air Base after an explosion there Wednesday, Aug. 10, 2022, in the Crimean Peninsula, the Black Sea peninsula seized from Ukraine by Russia and annexed  ...
Image: sda
A satellite image by Planet Labs PBC shows Saki Air Base after an explosion there Wednesday, Aug. 10, 2022, in the Crimean Peninsula, the Black Sea peninsula seized from Ukraine by Russia and annexed  ...
Image: sda

La surface brûlée est également visible dans cette comparaison avant et après:

image after
image before

La piste de l'attaque

Les dégâts sont donc considérables. Peut-on en tirer quelques informations supplémentaires concernant la dynamique des faits? Selon The Drive, au moins deux éléments parlent en faveur d'une attaque ou d'une frappe aérienne délibérée:

  1. La concentration des dégâts sur les zones où étaient regroupés les avions de combat;
  2. Les cratères visibles sur les images, qui semblent être les principaux points d'impact des munitions.

Ces derniers jours, des responsables ukrainiens ont laissé entendre, tout en entretenant le flou, que la base avait été attaquée par des partisans locaux, peut-être épaulés par des forces spéciales.

Il s'agit d'une hypothèse plausible, estime The Drive. Sur les images satellites, les dégâts semblent être très localisés. Cela pourrait indiquer l'usage de drones armés pilotés par des individus relativement proches des lieux. A noter que la ligne du front se trouve à 200 kilomètres de la base, trop loin pour être atteinte par les missiles ukrainiens.

En revanche, la présence de grands cratères laissés par les explosions tend à invalider la thèse des drones, à moins que ceux-ci aient largué des munitions très importantes. Ce qui semble sûr, conclut le site, c'est que ces marques ne correspondent pas à des charges explosives placées par des équipes au sol. Une attaque terrestre serait donc exclue.

Une autre hypothèse, officieusement évoquée par des responsables ukrainiens, c'est que l'armée de Kiev ait utilisé des missiles à longue portée de fabrication nationale, dont elle aurait jusqu'à présent gardé le secret.

Malgré ses promesses, la Russie bombarde encore le sud de l'Ukraine

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«La Chine est devenue un monde parallèle»: expatrié en Suisse, il raconte
Alors que nombre de citoyens chinois ploient sous le poids de drastiques mesures anti-covid, Ma*, établi depuis deux ans au coeur de la Cité de Calvin, s'inquiète pour sa famille, domiciliée dans une ville au centre du pays.

Ma* est originaire d'une grande ville située au centre de la Chine. Il travaille en Suisse depuis deux ans, au sein de la Genève internationale. Père de deux enfants en bas âge, il s'inquiète des mesures anti-covid qui se durcissent depuis le début de l'année, et surtout pour sa famille, restée au pays. Soucieux de préserver son identité, il partage néanmoins un petit bout de sa vision, depuis ce qu'il appelle «l'autre monde».

L’article