International
ukraine

Ukraine: le cadeau explosif de Kim Jong-un à Vladimir Poutine

La Corée du Nord aurait livré plus de 1000 conteneurs d'aide militaire à la Russie.
La Corée du Nord aurait livré plus de 1000 conteneurs d'aide militaire à la Russie.image: getty

Le cadeau explosif de Kim Jong-un à Vladimir Poutine

La Corée du Nord aurait livré plus de 1000 conteneurs d'aide militaire à la Russie. A l'intérieur? Des munitions, selon les services secrets.
25.10.2023, 18:4525.10.2023, 20:01
Simon Cleven / t-online
Plus de «International»

Dans la guerre contre Ukraine, l'artillerie compte. Russes comme Ukrainiens misent sur leurs armes pour tenir l’ennemi à distance et empêcher toute avancée. Environ 80% des pertes depuis le début du conflit pourraient être attribuées aux tirs d'artillerie, déclarait en juillet l'expert en sécurité Guy McCardle, au magazine américain Newsweek.

Un article de
t-online

Récemment, la Russie a renfloué ses réserves de munitions grâce au soutien de Kim Jong-un. Il y a près de deux semaines, les services de renseignement américains ont annoncé que la Corée du Nord avait livré plus de 1000 conteneurs de matériel militaire et de munitions à la Russie. Il y avait apparemment des centaines de milliers d'obus, comme le soupçonne le chef des renseignements militaires estoniens, Ants Kiviselg.

👉Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine👈

Un mois de munitions

Vladimir Poutine et Kim Jong-un se sont rencontrés en Russie à la mi-septembre. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou s'était déjà rendu en Corée du Nord et avait eu l'occasion d'observer les armes de près. La rencontre de Poutine avec Kim Jong-un a alimenté les spéculations sur les ventes d'armes entre les deux despotes. Le président russe a levé son verre «au futur renforcement de la coopération et de l'amitié entre nos pays».

La Russie tire actuellement environ 10 000 obus d’artillerie par jour en Ukraine. Les livraisons nord-coréennes couvriraient environ un mois des besoins des troupes russes.

«Si on part du principe qu'un conteneur contient 300 à 350 munitions d'artillerie, vous pouvez dire qu'un total de 300 000 à 350 000 pièces ont été livrées»
Ants Kiviselg, vendredi dernier, lors d'une conférence de presse tenue par le ministère estonien de la Défense.

Les estimations des besoins en obus d’artillerie varient. Selon des informations ukrainiennes, la Russie utilise chaque jour environ 15 000 obus d’artillerie dans la phase actuelle de la guerre. A titre de comparaison, l’été dernier, les troupes du Kremlin auraient utilisé entre 45 000 et 80 000 cartouches par jour. Durant toute la première année de la guerre, la Russie aurait tiré entre dix et onze millions d’obus d’artillerie.

La Russie est-elle désarmée?

Selon l’expert militaire ukrainien Petro Chernyk, la Russie est entrée en guerre contre l’Ukraine avec un stock de quinze à vingt millions d’obus d’artillerie. L’industrie d’armement russe produit jusqu’à 130 000 cartouches par mois. Pas assez à en croire la livraison.

La Russie a considérablement augmenté sa production nationale. Au cours des deux prochaines années, jusqu'à deux millions de balles seront produites chaque année, a rapporté début septembre l'agence de presse Reuters, citant des responsables occidentaux.

La suite dépendra des livraisons de Pyongyang. «Même 50 000 à 100 000 obus d'artillerie nord-coréens par mois feront une différence sur le champ de bataille», écrit l'expert en sécurité Rob Lee du groupe de réflexion américain Foreign Policy Research Institute sur la plateforme X, anciennement Twitter.

Pour Kiev, l’aide militaire occidentale est importante

A en croire le groupe de réflexion américain Institute for the Study of War (ISW), la Russie peut garantir «des cadences de tir suffisantes» compte tenu de sa propre production et du soutien nord-coréen. Une pénurie généralisée des forces armées russes semble peu probable. Et même une diminution de la cadence de tir ne donnerait pas, en soi, un avantage aux troupes ukrainiennes.

«La mesure dans laquelle les partenaires internationaux soutiennent la capacité de l'Ukraine à maintenir une puissance de feu efficace par rapport aux forces armées russes sera un facteur décisif pour leurs capacités respectives en 2024»
Le groupe de réflexion américain Institute for the Study of War

Un appui suffisant pour Kiev?

L’Ukraine utilise déjà plus d’obus d’artillerie que l’Occident ne peut en fournir. Dans le cadre de la contre-offensive en cours depuis cet été, les troupes ukrainiennes tirent en moyenne environ 6000 obus par jour. Selon la députée ukrainienne Oleksandra Ustinova, les forces armées souhaitent tirer jusqu'à 10 000 projectiles par jour. Le patron de Rheinmetall, Armin Papperger, estime que l'Ukraine a besoin d'environ 1,5 million de pièces chaque année.

Les alliés de Kiev sont à la traîne en matière d'approvisionnement. Le ministère américain de la Défense affirme avoir livré environ deux millions d'obus d'artillerie à l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe. Rien que cette année, l’Union européenne en a fourni à l’Ukraine environ 250 000 balles. Et l’Allemagne apporte également un soutien important à l’artillerie ukrainienne. A ce jour, l'aide militaire dans ce domaine comprend les livraisons suivantes:

  • 20 872 cartouches de munitions fumigènes/éclairantes de 155 mm
  • 18 510 cartouches de munitions d'artillerie de 155 mm
  • 2 obusiers Zuzana 2
  • 155 mm munitions de précision (SMArt, Vulcano)
  • 5 lance-roquettes multiples MARS II avec munitions
  • Munitions pour lance-roquettes multiples MARS II
  • 14 chars d'assaut 2000 avec pièces de rechange
  • 20 lance-roquettes 70 mm sur camionnettes avec roquettes
  • Radar Cobra
  • 10 illuminateurs de cible laser et modules de contrôle de tir portables pour munitions d'artillerie Vulcano

(Inventaire au 20 octobre 2023)

Le coup de frein européen

Tout cela n’est probablement qu’une goutte d’eau dans l’océan. Les experts sont convaincus que la production de munitions d'artillerie doit être considérablement augmentée aux États-Unis et en Europe afin de pouvoir continuer à couvrir les besoins ukrainiens. Mais au début de l'année, la capacité de production en Europe n'était que d'environ 300 000 par an.

Dans le meilleur des cas, plus de deux millions devraient être produits. Cet objectif semble peu réalisable. Selon le directeur général Armin Papperger, Rheinmetall a à elle seule un carnet de commandes de munitions d'une valeur de dix milliards d'euros. Son entreprise souhaite en produire 600 000 l'année prochaine.

Les Etats-Unis produisent actuellement pas moins de 28 000 obus par mois, et ce chiffre devrait atteindre environ 100 000 obus d'artillerie d'ici 2025, comme l'a déclaré le chef du bureau des achats du Pentagone, William LaPlante, à la chaîne de télévision américaine CNN.

Compte tenu des problèmes de production occidentale, les livraisons de la Corée du Nord à la Russie ne doivent pas être prises à la légère. D’autant plus que le Kremlin disposerait encore de quatre millions de cartouches en stock, comme le soupçonnent les renseignements militaires estoniens. Compte tenu de la cadence de tir actuelle, de 10 000 coups par jour, cela représenterait plus d'un an d'approvisionnement. «Les livraisons en provenance de Corée du Nord indiquent que la Russie veut poursuivre sa guerre en Ukraine pendant encore une longue période», a déclaré le chef des renseignements Ants Kiviselg.

L'Ukraine a développé une «cape d'invisibilité» pour ses soldats
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La chasse aux «collabos» est ouverte
Le Rassemblement national est en marche vers le pouvoir. La faute à qui? Les «médias collabos», pas toujours ceux auxquels on croit, sont au banc des accusés. Une accusation trop facile.

On y est presque. L’extrême droite, alias le Rassemblement national, est sur le point d’accéder au pouvoir. Non pas, pas encore, à la présidence de la République, mais à l’Hôtel de Matignon, la résidence des premiers ministres. Et la chasse aux «collabos» est ouverte. Il faut l’avouer, c’est tentant. Après tout, chacun, sauf ceux qui font profession de se planquer, est, comme le beauf, le collabo de l’autre.

L’article