pluie et neige
DE | FR
International
ukraine

Comment les Ukrainiens ont caché les corps de torturés

Apr
Des centaines de corps sont inhumés près de la ville d'Izioum, dans la région de Kharkiv.Image: sda

Comment les Ukrainiens ont caché les corps de torturés

Plus de 400 corps sont enterrés autour de la ville ukrainienne d'Izioum, amenés là par des bénévoles. Ils racontent l'époque de l'occupation russe.
08.12.2022, 18:4908.12.2022, 20:09
Un article de
t-online

En septembre, les troupes ukrainiennes ont repris le contrôle d'Izioum. La ville de la région de Kharkiv avait alors été utilisée comme base par l'armée russe pendant près de six mois. Il est vite apparu qu'elles laissaient derrière elles la souffrance et la mort. Des fosses communes contenant des centaines de corps ont été découvertes dans les forêts de la ville. Le gouverneur de la région, Oleg Synegubow, avait déjà fait savoir à l'époque que 99% des corps portaient des traces de torture.

On en sait désormais plus sur le sort des morts, et sur la manière dont ils sont arrivés dans la forêt. Radio Svoboda, une station de radio financée par les Etats-Unis, rapporte que des habitants se sont portés volontaires pour enterrer les gens à cet endroit. On voulait éviter qu'il y ait une catastrophe écologique, raconte l'un d'eux. Et que les enfants posent des questions, car les corps ont parfois été simplement enterrés dans des cours ou le long de routes.

«Nous voulions que les enfants ne voient pas les tombes et les croix»

«Des adultes, des enfants, des personnes âgées...»

Cela a commencé après la mort d'une ancienne camarade de classe et de sa famille, explique Pavel Holub. Il a expliqué aux journalistes de Radio Svoboda qu'ils avaient été enfouis sous cinq étages d'un immeuble d'habitation lorsque les bombes russes ont frappé. «Tous les gens pensaient qu'ils étaient en sécurité dans l'abri antiatomique.»

La récupération des corps aurait été retardée, la mère n'aurait finalement pu être identifiée que grâce à ses tatouages.

«Je l'ai mise dans un sac, je l'ai enterrée et j'ai mis une croix dessus. Sur les tombes de ses enfants aussi»

De nombreux autres enterrements ont suivi: «Des citoyens pacifiques, des enfants, des adultes, des personnes âgées», explique Holub. Parmi les morts, il y avait des personnes qui s'étaient suicidées parce qu'elles n'avaient pas résisté à la charge psychique.

Le froid a également été un problème, surtout pour les personnes handicapées. Elles ont été abandonnées et n'ont pas pu se sauver elles-mêmes, selon un autre habitant du quartier cité dans le rapport.

Un homme retrouvé les bras et les jambes coupées

D'autres ont été tués. Un habitant du quartier, Dmytro Egorov, a parlé aux journalistes d'un homme que lui et d'autres volontaires avaient trouvé les membres coupés. «Il a été torturé. Parce qu'il était évident qu'ils avaient été sectionnés.»

Tant les corps des civils que ceux des militaires ukrainiens auraient présenté des traces de torture.

Les bénévoles ont creusé 25 tombes par jour, rapporte un autre habitant. Toutes les personnes enterrées dans la forêt n'ont pas été identifiées. Selon Radio Svoboda, rien que dans l'une des fosses communes, les identités de près de 200 morts n'ont pas été établies.

Des commandants russes auraient commis des crimes de guerre

Tous les corps ont été documentés, notamment sur ordre de l'administration russe d'occupation. Celle-ci a voulu poursuivre l'Ukraine en justice pour les crimes commis contre les personnes, a déclaré un employé d'un service de pompes funèbres à la chaîne ukrainienne. L'Ukraine enquête désormais sur les crimes de guerre présumés des troupes russes.

Des appels téléphoniques enregistrés par les services secrets ukrainiens prouveraient que des soldats et des commandants russes seraient impliqués. Radio Svoboda rapporte l'appel d'un soldat russe qui y raconte la retraite précipitée d'Izioum.

Il aurait également rapporté les récits de ses camarades: de la façon dont deux commandants auraient tué un couple de personnes âgées pendant le retrait des troupes.

L'un d'eux aurait tiré sur l'homme, l'autre sur la femme. Ce dernier serait Sergey Safonov. Selon les informations de Radio Svoboda, il fait également l'objet d'une enquête en Russie pour avoir tué un civil dans la région de Kharkiv. (t-online, sje/traduction par sas)

Les coupures de courant en Ukraine visibles depuis l'espace

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Personne ne veut assumer ce «sale con» d'extrême gauche
Après avoir déglingué Hanouna et embarrassé le service public, Pierre-Emmanuel Barré a claqué la porte de France 5, ce week-end. L'humoriste sans gant, qui déteste Macron et tape sous la ceinture, se considère une nouvelle fois censuré. Que va-t-on faire de cet anarchiste que Marina Rollmann avait dû remplacer sur France Inter en 2017?

Sur les ondes de France Inter, il y a les blagues végétariennes et syndiquées de Guillaume Meurice. Jadis, on pouvait équilibrer en s'envoyant l'humour tout aussi vert (mais de rage) de Pierre-Emmanuel Barré. Les deux sont très à gauche. Les deux sont très populaires. Les deux évitent la viande une fois à table. Mais seul le premier est capable de garder un boulot sur le service public français.

L’article