DE | FR

Conflit en Ukraine: ultime discussion entre Macron et Poutine

Le président français, Emmanuel Macron, tente un entretien de la dernière chance avec son homologue russe, Vladimir Poutine, afin d'éviter une invasion russe de l'Ukraine. Dans ce pays, les tensions sont toujours plus fortes sur la ligne de front à l'est.
20.02.2022, 09:2720.02.2022, 11:06
Le président russe, Vladimir Poutine, et son homologue français Emmanuel Macron vont discuter pour éviter une guerre en Ukraine.
Le président russe, Vladimir Poutine, et son homologue français Emmanuel Macron vont discuter pour éviter une guerre en Ukraine. sources: shutterstock et keystone-ats

Un entretien entre le président français, Emmanuel Macron et avec son homologue russe, Vladimir Poutine, est prévu à 11h heures ce dimanche. Le rendez-vous est maintenu alors que même Kiev appelle ses alliés occidentaux à cesser toute politique «d'apaisement» à l'égard de Moscou, accusé par Washington et Kiev d'avoir massé 150 000 soldats aux frontières orientales ukrainiennes.

Après leur rencontre du 7 février à Moscou, cette discussion entre les présidents français et russe constitue:

«les derniers efforts possibles et nécessaires pour éviter un conflit majeur en Ukraine»
L'Elysée

Les voyants sont rouges

La Russie peut lancer une attaque sur l'Ukraine «à tout moment», répète de son côté la Maison Blanche. Le président américain Joe Biden doit participer dimanche à une rare réunion du Conseil de sécurité nationale consacrée à la crise ukrainienne, quelques jours avant un entretien entre son secrétaire d'Etat Antony Blinken et son homologue russe Sergueï Lavrov, jeudi 24 février.

Mais les voyants sont désormais au rouge, avec l'Otan qui estime que «tous les signes indiquent que la Russie prévoit une attaque complète» de l'Ukraine.

Une guerre au coeur de l'Europe?

Emmanuel Macron s'était entretenu samedi avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, qui dit ne pas vouloir «riposter aux provocations le long de la ligne de contact», selon l'Elysée. Volodymyr Zelensky lui a «confié de dire à Vladimir Poutine la disponibilité de l'Ukraine à dialoguer», a souligné la présidence française.

«Une action militaire russe contre l'Ukraine porterait la guerre au cœur de l'Europe», a martelé un conseiller présidentiel français, en évoquant un risque de conflit «en Ukraine et autour». Il n'y aurait alors «pas d'autre option possible qu'une réaction très forte», a-t-il ajouté.

«Mobilisation générale»

Les séparatistes pro-russes de l'est ukrainien, qui accusent Kiev de vouloir les attaquer, ont annoncé samedi une «mobilisation générale» des hommes en état de combattre, après avoir ordonné l'évacuation de civils vers la Russie voisine.

Dans la nuit de samedi à dimanche, les agences russes ont signalé des tirs d'artillerie dans la banlieue de Donetsk, à proximité immédiate de la ligne de front.

Le Kremlin nie toute intention d'attaquer l'Ukraine voisine. Son intention est de reprendre son influence sur cette région.

Moscou conditionne la désescalade à des «garanties» pour sa sécurité, comme le retrait d'Europe de l'Est de l'infrastructure militaire de l'Otan et l'assurance que l'Ukraine n'adhèrera jamais à l'Alliance atlantique, des demandes inacceptables pour les Occidentaux.

Des combatsprès de la ligne de front

Sur le front, dans l'est de l'Ukraine, les combats ont redoublé. Kiev et les séparatistes soutenus par Moscou s'accusent mutuellement d'envenimer ce conflit qui a fait plus de 14'000 morts depuis 2014.

La région russe de Rostov, frontalière de l'Ukraine, a déclaré l'état d'urgence pour faire face à un possible afflux de réfugiés en provenance des zones séparatistes. Selon les derniers chiffres des séparatistes, plus de 22'000 personnes ont été évacuées en Russie, chiffre faible pour des zones où vivent plusieurs centaines de milliers de personnes.

«Pas de guerre avec la Russie»

Depuis près de trois mois, Washington n'a cessé de sonner l'alerte sur les préparatifs d'une offensive russe en Ukraine. Vendredi, M. Biden s'était dit, pour la première fois, «convaincu» que son homologue russe Vladimir Poutine avait décidé d'envahir l'Ukraine «dans les prochains jours», et que la multiplication actuelle des heurts sur la ligne de front dans l'est du pays visait à créer une «fausse justification» pour lancer l'offensive.

«Pas de guerre avec la Russie», «Plus de guerre, ni froide, ni chaude. Ce dont on a besoin c'est d'amour», disaient les panneaux brandis lors d'une petite manifestation samedi à New-York. A Varsovie, une manifestation de solidarité avec l'Ukraine est prévue dimanche à la mi-journée, au moment où s'achève la Conférence de sécurité de Munich.

Samedi, le président ukrainien y avait exhorté les Occidentaux à cesser leur politique «d'apaisement» vis-à-vis de Moscou et à augmenter leur aide militaire à Kiev, «bouclier de l'Europe». (ats/myrt)

Voici la crise en Ukraine décrite en images 👇

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment Donald Trump a saboté les républicains dans une élection clé
C'est probablement en Pennsylvanie que se décidera qui aura la majorité au Sénat américain. L'ex-président Trump a semé la pagaille à l'approche de ces élections.

Trente-cinq sièges de sénateurs seront attribués lors des élections américaines de mi-mandat en novembre prochain. Mais ce chiffre est trompeur: seuls quatre sièges dans des swing states (Etats pivots) controversés seront décisifs. L'un d'entre eux est celui de Pat Toomey dans l'Etat de Pennsylvanie. Le républicain se retire pour raison d'âge.

L’article