Réveil musculaire
Tennis

Dominic Stricker fait tout juste au Geneva Open

Image
Réveil musculaire

Dominic Stricker fait tout juste au Geneva Open

Le jeune tennisman bernois est sur un nuage à Genève. Mercredi, il s'est qualifié pour les quarts de finale grâce à un nouvel exploit contre Fucsovics. Son attitude est impeccable.
20.05.2021, 07:0021.05.2021, 07:02
Suivez-moi
Plus de «Réveil musculaire»

C'est quoi le réveil musculaire?

La principale actualité de la nuit commentée tous les matins à 7 heures tapantes, avec juste ce qu'il faut de mouvements d'humeur et d'exercices de style.

Il est la sensation de ce Geneva Open 2021. Et sa principale attraction depuis l'élimination prématurée de Roger Federer mardi. Dominic Stricker aligne les exploits sur la terre battue des Eaux-Vives.

Mercredi, le Bernois de 18 ans s'est qualifié – avec manière – en quarts de finale du tournoi, qui est son tout premier sur le circuit principal. En huitièmes, le Suisse a dominé le fougueux et expérimenté Hongrois Marton Fucsovics 7-5 6-4. La veille au 1er tour, il avait réalisé l'exploit de sortir Marin Cilic, ancien numéro trois mondial et véritable star de la balle jaune.

En tennis, rien n'est dû au hasard. Et l'épopée de Stricker au bout du Léman n'est pas une exception. Parce que le jeune Bernois fait absolument tout juste dans ce tournoi. A commencer par son attitude.

«Le garçon est discret, plutôt taiseux, mais il raconte son plaisir avec le sourire et sans jamais perdre son calme»
Mathieu Aeschmann, journaliste, dans 24 Heures

La joie de fouler l'ocre genevois se sent chez Stricker. Mais le teenager garde la tête froide et ses nerfs: aucun signe d'énervement, des gestes d'auto-encouragement mesurés mais bien visibles et une capacité à rester concentré hors-norme pour un jeune joueur de son âge.

Mercredi, son match contre Fucsovics a débuté à 14h15 et s'est terminé à 18h58, soit plus de quatre heures et demie après le premier échange. La partie a été interrompue deux fois à cause de la météo, au début du second set (arrêt de deux heures) et durant le dernier jeu du match (une heure), alors que le Bernois était à trois points de la victoire. De retour sur le court, Stricker a fini le travail comme si de rien n'était, tel un vieux renard du circuit.

En conférence de presse, il reconnaissait l'importance de la gestion de ces deux arrêts forcés:

«Je suis ravi de ma performance du jour, surtout avec les deux interruptions. La deuxième était difficile à gérer. J'ai essayé de rester calme et de ne pas trop réfléchir»
Dominic Stricker

Finalement, c'est le bien plus expérimenté Fucsovics – 29 ans et lauréat à Genève en 2018 – qui craquait nerveusement, en commettant une double faute sur la balle de match.

Les entraînements avec Federer à Dubaï en tout début de saison pèsent très certainement dans l'attitude positive de Stricker. Il a eu l'occasion d'observer ce qu'il se fait de mieux en la matière. Tout comme lors de sa pige de sparring-partner au Masters de Londres l'année dernière, durant laquelle il a tapé des balles avec les meilleurs joueurs de la planète.

Mais l'attitude à elle-seule ne suffit pas en tennis. Contrairement à d'autres sports où des lacunes techniques d'un jour sont plus facilement compensées par un surplus d'engagement athlétique, par exemple. Sur un court, vous avez beau avoir toute la bonne volonté du monde, si la technique ne suit pas vous ne gagnerez pas.

On ne peut donc pas passer sous silence le jeu de Dominic Stricker. Et vous l'aurez deviné: il n'y a pas de gros problèmes dans ce secteur non plus pour le jeune Bernois. Certes, il peut encore progresser dans chaque domaine, mais le tout est solide: sans être transcendant, son service est efficace et régulier et ses coups sont bien en place. Avec un bon équilibre entre la puissance et la régularité. En conférence de presse, les journalistes ont évoqué les similitudes du jeu du Suisse avec celui de Marcelo Rios, brillant technicien chilien numéro 1 mondial en 1998.

Même coup droit enroulé de gaucher, même revers avec une préparation courte. Seul le look diffère complètement.

Marcelo Rios from Chile returns the ball to Czech Radek Stepanek during the World Team Cup tennis Cup in Duesseldorf, Germany on Saturday, 24 May 2003. (KEYSTONE/EPA Photo DPA/Gero Breloer)
Marcelo Rios, longs cheveux noirs attachés en queue de cheval, frappant un coup droit. Image: keystone
«Oui, j'aime beaucoup son style de jeu. Il y a quelques mois, mon entraîneur m'a d'ailleurs dit que je devais regarder des vidéos de Marcelo car nos façons de jouer se ressemblent. Après avoir visionné plusieurs images, c'est un avis que je partage. On se ressemble effectivement beaucoup»
Dominic Stricker

En quarts de finale du Geneva Open, Dominic Stricker affrontera ce jeudi après-midi l'Espagnol Pablo Andujar, tombeur de Roger Federer mardi. Le jeune suisse tentera de venger son compatriote. Et au vu de ce qu'il montre cette semaine dans la cité de Calvin, il en est capable...

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Le garage de Ronaldo
1 / 11
Le garage de Ronaldo
Bugatti Veyron
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!