Société
Canicule

Canicule: l'agressivité augmente avec la chaleur

La chaleur vous rend méchant et c'est prouvé

Les conséquences de la chaleur sur le corps sont évidentes, mais elles sont également très importantes sur la santé mentale.
23.08.2023, 15:1223.08.2023, 18:51
Plus de «Société»

Déshydratation, apathie, perte d'appétit, sommeil perturbé: la chaleur a des effets sur notre santé physique, c'est une évidence. Mais elle a aussi des effets sur notre santé mentale. Et ça c'est moins connu, mais prouvé scientifiquement: lorsqu'il fait chaud, l'agressivité est exacerbée chez beaucoup. Et on est également plus susceptibles.

La revue Science a publié le travail de chercheurs des universités de Princeton et de Berkeley. Ils ont compilé 60 études autour du monde qui font état d'une hausse de la violence quand les températures augmentent.

«Nous trouvons de solides preuves causales reliant les événements climatiques aux conflits humains à diverses échelles spatiales et temporelles et dans toutes les grandes régions du monde.

L'ampleur de l'influence du climat est considérable: pour chaque écart type de changement climatique vers des températures plus chaudes ou des précipitations plus extrêmes, les estimations médianes indiquent que la fréquence de la violence interpersonnelle augmente de 4% et la fréquence des conflits intergroupes de 14%.

Les preuves amassées montrent que les êtres humains sur le globe se montrent peu capables de faire face à des températures plus chaudes. Des conflits violents peuvent se manifester pour toute une série de raisons, dont la survenue est plus fréquente quand le climat se détériore»

Et l'influence de la chaleur agit aussi bien sur les violences entre individus (bagarres, violences conjugales, agressions sexuelles,...) que sur les violences intergroupes (conflits armés).

La haine en ligne augmente considérablement avec la chaleur

L'institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique a également déterminé que «les températures extrêmes alimentent les discours de haine en ligne». Selon cette étude publiée dans The Lancet, les températures extrêmes (très haute ou très basse) ont des conséquences majeures sur les discours haineux.

Pour arriver à cette conclusion, ils ont analysé 75 millions de tweets haineux et déterminé des niveaux de bien-être liés aux températures idéales et «normales» pour différentes parties du monde. Et l'analyse détermine qu'au-delà de 30°C le nombre de tweets agressifs et méprisants augmente de près de 22%. Lorsque les températures sont très basses (moins de -3°C), la hausse de ce type de message est de 12%.

Quelle est la cause de cette agressivité exacerbée?

Il y a plusieurs raisons qui expliquent cette plus grande agressivité. La première est chimique. Lors d'une vague de chaleur intense, le corps doit s'adapter et le cerveau en particulier, composé à 80% d'eau. Pour répondre à ce changement dans son environnement, il se met à produire du cortisol, l'hormone du stress.

«La réponse de stress correspond à la réaction d’un individu à la suite d’un changement de l’environnement. Cette réaction modifie son fonctionnement du corps pour lui permettre d’agir sur cet environnement changeant.
Les agresseurs, que nous nommerons des stresseurs, peuvent être des agressions physiologiques (p.ex. la dette de sommeil), environnementales (p.ex. la chaleur), cognitives ou émotionnelles (p.ex. les conflits interpersonnels)»
Damien Claverie et Frédéric Canini dans «La réponse biologique de stress»

Cette hormone nous permet de fournir une réponse rapide aux situations stressantes et nous placer dans un état d'hypervigilance ou d'anxiété. Ainsi, les personnes les plus sujettes aux sautes d'humeur ou à l'agressivité ont tendance à passer à l'action plus vite, à être moins patientes.

La seconde cause est une conséquence directe de la canicule. Lors des pics de chaleur, le sommeil est beaucoup moins bon et réparateur. Le manque de repos aura alors une incidence importante sur la façon dont l'individu répondra aux événements qui se présentent dans sa journée.

Des chercheurs de l'Iowa State University ont publié les résultats de leur travail dans la revue de l'American Psychological Association et ont prouvé qu'un manque de sommeil de seulement deux heures rend plus colérique et diminue la capacité d'adaptation aux situations stressantes:

«La restriction du sommeil a universellement intensifié la colère, inversant les tendances d'adaptation.
Ces résultats mettent en évidence les conséquences importantes de la perte de sommeil quotidienne sur la colère et impliquent la somnolence dans la dérégulation de la colère»
Les incendies qui frappent le sud de l'Europe cet été 2023
1 / 15
Les incendies qui frappent le sud de l'Europe cet été 2023
Sur l'île de Rhodes, en Grèce.
source: sda / petros giannakouris
partager sur Facebookpartager sur X
Un ours remercie des touristes de le laisser traverser la route
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'affaire qui a conduit Poupette Kenza derrière les barreaux
L'influenceuse française a été placée en détention provisoire jeudi. Elle aurait engagé un intermédiaire pour sous-tirer des centaines de milliers d'euros à son ancienne associée. Retour sur les faits.

Le 4 juillet dernier, alors qu'elle rentrait en France pour assister au mariage d'une amie, Kenza Benchrif – mieux connue sous le nom de Poupette Kenza – a été interpellée par les autorités. Elle est soupçonnée d’avoir ordonné à un intermédiaire de menacer physiquement une ancienne associée pour lui extorquer entre 200 000 et 350 000 euros, nous expliquent plusieurs médias français, dont Le Monde.

L’article