Société
Femmes

Cette menace qui plane sur les droits des femmes en Suisse

Cette menace qui plane sur les droits des femmes en Suisse
La grève féministe du 14 juin 2022 à Genève.Image: KEYSTONE

Le backlash: cette menace qui plane sur les droits des femmes en Suisse

Ce lundi, l'ONG française Equipop a publié une étude qui fait état du backlash que subissent les droits des femmes et les mouvements féministes dans le monde. La Suisse subit-elle également ce retour en arrière?
14.02.2023, 18:4616.02.2023, 14:17
Suivez-moi
Plus de «Société»

Lundi 13 février, l'ONG française pour les droits des femmes Equipop publiait son nouveau rapport d'activité très critique. Au cœur de leur analyse, le retour de bâton contre les droits des femmes et les mouvements féministes, et les recommandations faites au gouvernement français pour lutter contre le phénomène: accroître le financement des associations et des mouvements féministes, assurer la protection des activistes et faire de la lutte féministe un sujet de diplomatie prioritaire.

Car comme le rappelait Simone de Beauvoir à son époque:

«Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant»
Le backlash, c'est quoi?
Traduit en français par «retour de bâton», ce concept a été théorisé pour la première fois par la journaliste américaine Susan Faludi. Il s'utilise pour décrire l'action de mouvements conservateurs et masculinistes qui réagissent violemment dès que les droits des femmes connaissent de nouvelles avancées, dans le but d'entraver ces progrès et de faire reculer les droits acquis.

Il a notamment fait sa réapparition dans les médias et auprès du grand public à la suite de la décision de la Cour suprême des Etats-Unis de révoquer le droit fédéral à l'avortement, en juin 2022.
«Droit des femmes: combattre le backlashEquipop

En Suisse, a-t-on observé ce backlash décrié par les auteures du rapport, comme vécu en Afghanistan, en Hongrie ou encore aux Etats-Unis? Quels droits sont acquis, quels droits sont encore fragiles? Quelles recommandations pourrait-on faire à nos politiques? Eléments de réponse.

Un pas en avant, deux en arrière

A la différence de notre voisin français, selon Carine Carvalho, députée socialiste au Grand Conseil, la Suisse est un pays fédéraliste et les changements perçus (ou non) s'observent plutôt au niveau cantonal. Ils divergent également selon les secteurs d'activités.

Carine Carvalho, députée socialiste au Grand Conseil.
Carine Carvalho, députée socialiste au Grand Conseil.PS lausanne

Malgré tout, comme le rappelle l'ONG Equipop, en matière de droits des femmes et d'égalité de genre, c'est souvent «un pas en avant, deux pas en arrière». Et la Suisse ne fait pas exception à la règle.

En tête de liste des «retours en arrière», Carine Carvalho cite les initiatives pour affaiblir le droit à l'avortement, comme celle lancée fin 2021 par Andrea Geissbühler (UDC/BE) et Yvette Estermann (UDC/LU): la première voulait introduire un délai de réflexion d'un jour avant toute interruption de grossesse (IG), la seconde s'opposait aux avortements tardifs. Plus récemment, fin 2022, une enquête de l'Illustré suivait les personnes qui se sont mobilisées, à Bâle notamment, pendant les 40 jours de la campagne antiavortement 40 days for life, née au Etats-Unis.

En deuxième et troisième position, elle cite les violences subies par les politiciennes ou les scientifiques sur les réseaux sociaux – souvent attaquées sur leur physique et non sur le contenu de leurs propos –, et le récent programme de l'UDC qui souhaite la fin du financement des bureaux cantonaux de l'égalité, ou de toutes politiques publiques qui vont dans ce sens.

«Pour se justifier, l'UDC explique que nous n'avons pas besoin de telles institutions ou politiques, que cet argent vise à financer des opinions et non des faits et que, selon l'argument de l'universalisme, nous sommes de toute façon tous égaux. Il n'y a donc pas besoin de travailler pour l'égalité. C'est un discours qui nie la réalité»
Carine Carvalho, députée socialiste au Grand Conseil.

Et quant est-il du fameux «pas en avant»? «A Lausanne par exemple, une application a été mise en place pour lutter contre les violences dans l'espace public et le harcèlement de rue, salue-t-elle. Cela a permis à la Ville de chiffrer le phénomène, de le rendre visible et de sensibiliser la population.»

Autre exemple cité, la mesure mise en place par le Conseil d'Etat vaudois «Qui frappe, part!», en 2015, qui permet à la police d'expulser de leur habitation les auteurs de violences domestiques et leur interdire l’accès à celle-ci pendant quatorze jours.

«Restez vigilantes votre vie durant»

Aujourd'hui en Suisse, les mouvements sociaux, comme la grève féministe maintiennent la lutte vivante, restent vigilants et s'assurent de monter au front si certains droits sont bafoués.

Au niveau politique, plusieurs partis font de la question de l'égalité un point crucial de leur programme. Le Parti socialiste a, par exemple, la section «les Femmes socialistes», qui lutte pour l’émancipation des femmes et l’égalité des genres. Quant au monde du travail, les employeurs tendent à prendre cette question de plus en plus au sérieux:

«Mais le monde professionnel reste tout de même encore fortement inégalitaire. Les femmes et les hommes n'ont pas du tout les mêmes chances sur le marché du travail»
Carine Carvalho, députée socialiste au Grand Conseil.

Carine Carvalho est persuadée que pour viser plus d'égalité dans cette sphère, il faut investir dans des structures comme les crèches, valoriser les métiers dans lesquels les femmes sont plus présentes, comme la santé ou le travail social, et réduire les inégalités salariales.

Un discours qui ne date pas d'hier, qui a largement été répété et entendu, mais qui a pourtant encore bien du mal à s'insérer dans la réalité. «Le problème, c'est que les femmes sont sous-représentées dans les espaces de pouvoir, qu'ils soient politiques ou professionnels, analyse-t-elle. C'est difficile de donner un écho à ces questions lorsqu'on reste encore minoritaires.» Et de conclure:

«Les droits des femmes et l'égalité sont inscrits dans la loi, mais pas toujours dans les faits»
Les images du ballon espion chinois
1 / 12
Les images du ballon espion chinois
Un jet américain vole à côté du ballon espion.
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Je me suis fait hypnotiser pour voyager dans le temps
Dans le cadre de sa nouvelle exposition, le Musée d'Art et d'Histoire de Genève a organisé une séance d'hypnose censée téléporter les participants dans la Grèce antique. On y était.

«Le principe n'est pas de vous faire peur». C'est ainsi que Stéphane Justin introduit ce qu'il s'apprête à nous faire vivre: une séance d'hypnose. Hypnotiseur professionnel, actif tant dans le domaine thérapeutique que dans celui du spectacle, l'homme a une mission ambitieuse: nous faire accomplir «un voyage dans l'espace et dans le temps». La destination? La Grèce antique.

L’article