Société
Mode

La «wrong shoe theory» pour être (presque) toujours tendance

Cette astuce mode vous permet d'être presque toujours tendance
Beaucoup de chaussures, mais «rien à me mettre»? Cette théorie est pour vous.Image: shutterstock / watson

Cette astuce mode vous permet d'être (presque) toujours tendance

Vous ne savez jamais quelle paire de chaussures porter avec telle ou telle tenue? Vous êtes à deux doigts de sortir des orteils à l'air comme Kanye West dans les rues (dégueulasses) de Florence? ARRÊTEZ TOUT. La «wrong shoe theory», inventée par une styliste new-yorkaise, devrait vous permettre de trouver chaussure à votre pied.
22.08.2023, 16:3522.08.2023, 20:21
Margaux Habert
Suivez-moi
Plus de «Société»

Vous aimez la mode? Vous possédez des chaussures merveilleuses, mais qui ne vont avec rien? Vous possédez une tenue merveilleuse, mais qui ne va avec rien? Fantastique! Cette théorie est pour vous. Si elle peut sembler un peu pétée au premier abord, elle fonctionne (presque) toujours. Laissez-moi planter le décor.

En bon petit être fashionable, quand vous sortez de chez vous, vous aimez marquer le coup. Devant votre miroir en pied, vous associez des pièces tendance, vintage et basiques. Et comme vous êtes quelqu'un de merveilleusement créatif, doté d'un sens du style aiguisé et d'une audace mode à toute épreuve, vous êtes souvent assez satisfait du résultat. Bravo à vous!

«Oh wow, j'ai bien fait de claquer le PIB de la Grèce pour ce foulard en soie vintage, il va si bien avec ce blazer Zara aux coutures approximatives, ça relève l'ensemble!»
Vous et vos excuses éclatées pour justifier vos achats compulsifs.

Mais il y a souvent un «mais». Incarné par vos pieds. Comment habiller ces deux machins qui ressemblent, d'une personne à l'autre, à des râteaux qui ramassent les feuilles mortes, à des moignons avec cinq petites excroissances chacun, ou, comme le dit si gentiment mon frère au sujet des miens, à «des vieux durums»?

Coucou.

La «wrong shoe theory» à la rescousse

Plutôt que de vous casser la tête et de nous casser les pieds avec vos problèmes de «j'ai pas de godasses pour aller avec ce look», laissez-vous tenter par la «wrong shoe theory». En quoi ça consiste? À enfiler LA paire qui va à contre-courant de votre tenue. C'est à une styliste et auteure mode basée à New York, une certaine Allison Bornstein, qu'on doit cette théorie pas si fumeuse.

«Je pense que la raison pour laquelle ça fonctionne, c'est que ça pousse à créer du contraste et de la tension au lieu de simplement porter des choses qui vont ensemble. [La wrong shoe theory], c'est ce qui va rendre un look plus cool et plus intéressant, c'est ce qui va apporter de la personnalité.»
Allison Bornstein, gourou mode.
@allisonbornstein6 #wrongshoetheory expanded! here are a few other ways to create contrast! i am sure a lot of you already do this without realizing it! #wrongshoe #wrongshoes #styletips #stylist #style ♬ original sound - Allison Bornstein

Pour la fashionista, qui dispense ses conseils mode via son site, sur les réseaux sociaux et prochainement dans le livre Wear It Well, on peut même carrément partir d'une paire de sneakers et construire le reste du look dans un deuxième temps, avec une robe par exemple. Un seul mot d'ordre, il faut oser (même si ça a l'air moche).

«Il faut que le choix de cette "wrong shoe" soit intentionnel»
Allison Bornstein, gourou mode.

Un exemple? Associer des tongs avec un pantalon de tailleur. «Les tongs ajoutent un élément plus décontracté et balnéaire, tandis que le pantalon de tailleur réhausse les tongs.» Une façon d'aborder la mode déjà adoptée par certaines stars.

Parfois, ces tentatives finissent même dans les pages mode des magazines. La preuve avec Emrata et ses bottes santiags associées à une minijupe et un haut échancré sur un post Instagram datant de l'été 2022, une tendance qu'on a vue partout l'automne dernier et cette année encore comme le relatait Vogue.

EmRata a associé les santiags aussi bien avec une jupe, qu'une robe ou qu'un jeans. Les bottes apportent de la personnalité à un look qui peut sembler fade de prime abord.
EmRata a associé les santiags aussi bien avec une jupe, qu'une robe ou qu'un jeans. Les bottes apportent de la personnalité à un look qui peut sembler fade de prime abord.Image: instagram

Ce qui semble parfois être un vilain fashion faux pas de la part des people est en fait souvent une démonstration d'audace (même si, on est d'accord, des fois, c'est juste moche).

Comme ici avec les ballerines à brides de Katie Holmes. Pour le coup, rien ne va avec rien, ce n'est plus de l'audace, la star s'est manifestement habillée dans le noir.
Comme ici avec les ballerines à brides de Katie Holmes. Pour le coup, rien ne va avec rien, ce n'est plus de l'audace, la star s'est manifestement habillée dans le noir.Image: twitter

Vous le faites déjà (mais vous pouvez aller plus loin)

Sans vous en rendre compte, vous avez sans doute déjà opté pour la «wrong shoe theory». Par exemple, quand vous chaussez vos Dr. Martens et que votre grand-maman se lance dans un monologue façon «c'est quoi ces grosses bottes ma chérie, tu serais tellement plus mignonne avec des sandales quand tu portes cette petite robe à fleurs, ça t'allongerait, là, ça te tasse, c'est vilain...».

Oui, jadis, on ne portait que des petites sandales mignonnes avec les petites robes mignonnes. Quel enfer.
Oui, jadis, on ne portait que des petites sandales mignonnes avec les petites robes mignonnes. Quel enfer.Image: unsplash

Car même si l'emploi de cette fameuse botte avec une tenue «florale et légère» s'est démocratisé, ça n'est, à priori, pas la chaussure sur laquelle votre mamie mise. Et c'est un premier pas dans la «wrong shoe theory», que d'autres ont fait pour vous.

Un autre exemple? Les sneakers. Dans les années 1970, cette chaussure à la semelle en caoutchouc était portée plutôt dans le monde du hip-hop. Puis, elle s'est démocratisée. Associée à un look sport et urbain, elle s'incruste désormais dans tous les looks: pour casser un pantalon chic, pour donner du style à une robe basique, pour habiller le combo jeans+blazer.

De nos jours, les mariées portent aussi volontiers des Converse plutôt que des escarpins qu'elles vont regretter avant même d'avoir dit «oui». Et, à l'inverse de l'escarpin dont on ne voit que la pointe dépasser sous la robe, la Converse, elle, se montre. S'exhibe. Se revendique sous les couches de tulle, de satin et de dentelle.

Image
Image: unsplash

Mais à quoi ça sert?

Outre le fait d'ajouter de la personnalité à une tenue et de vous pousser à porter votre fameuse paire de chaussures qui ne va avec rien (ou vos dix paires de chaussures qui ne vont avec rien, je ne juge pas), la «wrong show theory» a un côté responsable.

«Il ne s'agit pas d'acheter, mais bien d'utiliser ce que vous possédez»
Allison Bornstein, gourou mode.

Cette astuce permet aussi d'apporter une touche d'élégance à une tenue trop sportive grâce à une bottine, de donner un second souffle à un ensemble un peu vieillot grâce à une sneaker ou encore d'équilibrer un look trop sage avec une chaussure plus folle.

Lors du Met Gala, Suki Waterhouse portait des sandales à talons avec une robe à fleurs. Le résultat est mignon, mais plat. La Britannique aurait pu opter pour ces ballerines à clous pour casser le côt ...
Lors du Met Gala, Suki Waterhouse portait des sandales à talons avec une robe à fleurs. Le résultat est mignon, mais plat. La Britannique aurait pu opter pour ces ballerines à clous pour casser le côté sage de la robe.Image: instagram

Bonus: cette théorie peut également vous faire gagner du temps si vous êtes à la bourre de temps en temps (ou chaque matin, je ne juge pas). Il vous suffit d'opter pour les premiers souliers qui vous tombent sous la main, en plaidant la fashion prise de risque. Après, personne ne vous oblige à aller jusqu'aux ballerines cloutées, on peut commencer par le tailleur et les tongs et monter graduellement dans l'audace.

Vous pouvez même ajouter une paire de chaussettes pour pimper des chaussures trop classiques. Le diable s'habille en Prada et se cache dans les détails.

Bref, la «wrong show theory» permet à chacun de se réinventer, et ce, sans avoir à dépenser le PIB de la Grèce. Un peu de créativité, un soupçon d'audace, et hop, ça part conquérir le monde en tailleur et santiag. The sky is the limit, baby!

Covers de Claudia Schiffer et Kate Moss dans les années 1990

1 / 11
Covers de Claudia Schiffer et Kate Moss dans les années 1990
partager sur Facebookpartager sur X
Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici ce qui vous énerve le plus chez vos voisins
Les querelles de voisinage empoisonnent la vie des habitants en Suisse. Mais il y a un truc en particulier qui provoque le plus de prises de bec. Explications.

Les voisins, c'est un peu comme la famille: on ne les choisit pas, et il est parfois difficile de s'en débarrasser. Mais le tableau n'est pas toujours si sombre: après tout, 68% des Suisses entretiennent des relations plutôt bonnes à très bonnes avec leurs voisins. Seuls 6% d'entre eux les ont qualifiées de vraiment mauvaises lors d'une récente enquête menée auprès de 1000 personnes par l'entreprise d'études de marché et d'opinion Marketagent Suisse.

L’article