Société
Netflix

Netflix explose les attentes avec 230 millions d'abonnés

Netflix affole les compteurs avec 230 millions d'abonnés

Netflix a bénéficié en fin d'année des nouvelles saisons de séries à succès comme celle de «The Crown».
Netflix a bénéficié en fin d'année des nouvelles saisons de séries à succès comme celle de «The Crown».Image: sda
Le service de streaming tourne la page d'une année 2022 très difficile.
20.01.2023, 05:0120.01.2023, 06:46
Plus de «Société»

Netflix compte désormais 230,75 millions d'abonnés payants, dépassant largement ses prévisions et les attentes du marché pour le dernier trimestre, d'après le résultat publié jeudi.

«Je suis tellement fier de nos 25 premières années, et tellement enthousiaste pour les 25 prochaines»
Son fondateur, Reed Hastings

La plateforme a gagné 7,66 millions de nouveaux abonnés entre octobre et décembre, bien plus qu'escompté, d'après son communiqué de résultats publiés jeudi. Elle a aussi annoncé que son fondateur Reed Hastings cédait sa place de co-directeur général à Greg Peters, aux côtés de Ted Sarandos.

Netflix a traversé un passage à vide l'année dernière. Le service avait perdu près de 1,2 million d'abonnés au premier semestre. Il avait recommencé à séduire par millions au troisième trimestre, et a bénéficié en fin d'année des nouvelles saisons de séries à succès comme «The Crown», sur la reine Elizabeth II, et «Emily in Paris».

«Sous forte pression»

Des nouveaux programmes, dont la série phénomène «Wednesday» et la série documentaire «Harry & Meghan», où Harry et sa femme racontent comment ils sont décidé d'abandonner la monarchie britannique, ont aussi largement contribué à la popularité du service.

«Mais Netflix reste sous forte pression de rectifier la trajectoire et de réaliser de meilleurs résultats pour ses actionnaires»
Paul Verna, analyste chez Insider intelligence, après que «son titre a perdu plus de 50% de sa valeur en 2022»

Au quatrième trimestre, l'entreprise californienne a réalisé 7,85 milliards de dollars de chiffre d'affaires, mais dégagé seulement 55 millions de bénéfice net, bien en-dessous des 257 millions attendus par le marché.

«Tournant»

Netflix a pris l'année dernière des mesures pour générer de nouvelles sources de revenus, qui devraient porter leurs fruits cette année. La plateforme a notamment lancé en novembre un nouvel abonnement moins cher, avec publicité - une solution moins prestigieuse qu'elle avait longtemps refusée.

«C'est le début d'un tournant pour l'entreprise. Nous nous attendons à un départ relativement mou, avec des recettes publicitaires de 830 millions de dollars en 2023. Car Netflix, comme d'autres sociétés de streaming, fait face à une forte compétition, à des vents économiques contraires et à la nécessité urgente de se concentrer sur sa rentabilité plutôt que sur la croissance des abonnements.»
Paul Verna

Le groupe prévoit aussi de resserrer la vis du côté des partages d'identifiants et de mots de passe, qui permettent à de nombreuses personnes d'accéder aux contenus de la plateforme sans payer. Le nouveau règlement doit être déployé pendant le trimestre en cours. Il obligera les utilisateurs à payer pour ajouter des profils à leur compte.

«Changement psychologique»

«D'après nos tests en Amérique latine, nous nous attendons à des résiliations qui affecteront la croissance des abonnés sur le court terme», a précisé Netflix. Le service pense néanmoins que cela va convaincre des consommateurs de souscrire à leur propre abonnement, et donc «faire progresser» ses revenus.

A Wall Street jeudi, la croissance des abonnés en fin d'année et le changement de direction ont été bien reçus. Le titre de la plateforme prenait 6,29% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

«Le demi-départ de Reed Hastings constitue cependant un changement psychologique important pour Netflix»
Neil Saunders, analyste de GlobalData, qui craint que le service devienne moins audacieux.

«Comme il reste président, la société conserve son expertise, mais il existe un petit risque que la culture de l'entreprise change et devienne plus prudente, surtout dans ce contexte d'incertitude économique», toujours selon l'analyste de GlobalData (ats/jch).

Une saison 2 pour Mercredi? Netflix a annoncé sa décision en vidéo
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Tom Ackerley, le mec qui a épousé Margot Robbie
Une bonne partie du monde a découvert son existence ce dimanche, en même temps que la grossesse de Margot Robbie. Voici Tom Ackerley, le mec random que vous jalousez tous et toutes. Celui qui a réussi à passer la bague au doigt de l'actrice en 2018. Celui avec qui elle s'apprête à avoir son tout premier enfant. Séchez donc vos larmes en faisant connaissance.

Aujourd'hui, nous ne sommes pas là pour parler de la femme la plus extraordinaire de la planète. Margot Robbie, 12 lettres, 34 ans de vie, 168 centimètres de modestie, de génie, de joyeuse et honnête perfection. Des canines tranchantes, des yeux fous, une blondeur incandescente et un talent qui dégouline partout comme la mozza sur une pizza quatre fromages. Bref, cette femme qu'on aurait toutes et tous voulu épouser.

L’article