Société
Twitter

Elon Musk amplifie la désinformation sur son réseau social Twitter

Twitter CEO Elon Musk is seen on stage sa he speaks at the POSSIBLE marketing conference, Tuesday, April 18, 2023, in Miami Beach, Fla. (AP Photo/Rebecca Blackwell)
Elon Musk
Elon Musk serait un propagateur de désinformation. Image: sda

Elon Musk amplifie la désinformation sur son réseau social Twitter

Le fantasque Elon Musk avait promis de faire de Twitter la source d'information la plus fiable. Mais il semblerait que ce soit tout le contraire.
19.04.2023, 20:40
Plus de «Société»

Le milliardaire semble plutôt avoir amplifié la voix de propagateurs notoires de désinformation sur la plateforme, selon une analyse réalisée par l'AFP.

Depuis son arrivée à la tête du réseau social en octobre dernier, M. Musk s'est fait écho de nombreuses théories du complot par le biais de son compte personnel, notamment au sujet de la guerre en Ukraine ou encore de l'agression du mari de Nancy Pelosi, l'ancienne cheffe des démocrates au Congrès américain.

La semaine dernière, il a répondu à un internaute qui s'interrogeait sur la «mystérieuse» absence de cas de grippe pendant la pandémie de coronavirus. «Bonne question,» a commenté le patron de Twitter, qui a déjà interagi plusieurs fois avec des utilisateurs anti-vaccination ou émettant des doutes sur la sévérité de la crise sanitaire.

Cette réponse fait ainsi partie d'un ensemble d'au moins 40 échanges avec «KanekoaTheGreat», un profil qui partage régulièrement des théories conspirationnistes QAnon avec ses plus de 370 000 abonnés, et dont l'auteur se dit «ressuscité par Elon» dans sa biographie.

Grâce aux données du site PolitiTweet, qui référençait le contenu posté par des personnalités publiques sur Twitter avant que ce dernier n'en limite l'accès, l'AFP a pu analyser des milliers de messages publiés par Elon Musk entre octobre 2022 et mars.

En quelques mois, le milliardaire a partagé un faux article portant le logo du média américain CNN ou encore assuré que la police avait escorté un des assaillants dans le Capitole américain, le 6 janvier 2021 alors que c'était faux. Dernièrement, il a aussi donné de l'ampleur à une publication à caractère discriminatoire blâmant les personnes de la communauté LGBT+ pour certaines fusillades meurtrières, un fléau récurrent aux Etats-Unis.

«On va vite être en manque de +théories conspirationnistes+ qui finissent par être vraies!» s'était-il exclamé en mars. M. Musk répondait à un tweet dénonçant comme des «mensonges» les informations comme quoi le vaccin était une solution efficace et sans danger pour se protéger contre le Covid.

Quelques jours plus tard, le patron de SpaceX tweetait néanmoins que la meilleure manière de combattre la désinformation était en «y répondant par des faits avérés».

Activité inquiétante

L'activité de M. Musk sur Twitter est inquiétante, selon des experts, et pas seulement à cause de son influence.

«Musk a presque 135 millions d'abonnés, il a aussi forcé ses ingénieurs à accroître la visibilité de ses tweets, donc nous devrions nous inquiéter quand il propage de la désinformation», explique à l'AFP Brendan Nyhan, professeur et politologue à l'université de Dartmouth.

«Mais je suis avant tout inquiet de ce que ces tweets révèlent du raisonnement de la personne en charge des décisions d'un réseau social majeur»

Des chercheurs ont établi un lien entre les récents changements instaurés par Elon Musk sur Twitter, comme la certification payante et le rétablissement de certains comptes auparavant bannis de la plateforme - et la recrudescence de désinformation sur le réseau.

Rajouter une couche avec la certification

Le site d'analyse des médias NewsGuard a constaté que les comptes qui payent pour leur certification inondent la plateforme de fausses informations. Elon Musk, lui, en rajoute en attirant encore davantage l'attention sur ces comptes.

Un rapport publié en janvier par l'Institut pour le Dialogue Stratégique, un laboratoire indépendant de lutte contre l'extrémisme basé à Londres, détaille la montée en flèche des échanges entre Musk et des comptes partageant du contenu d'extrême droite depuis son rachat de Twitter - y compris des comptes qui avaient diffusé de la désinformation au sujet des élections américaines.

Parmi les comptes les plus prisés du patron de Twitter: celui d'Ian Miles Cheong, un blogueur d'extrême droite, qui a reçu pas moins de 60 réponses de Musk - d'après une analyse de l'AFP.

«Musk donne de la visibilité aux pires voix sur Twitter,» selon Brendan Nyhan, au risque «d'augmenter la portée et l'importance de ces comptes».

Sollicité par l'AFP, le service de presse de Twitter n'a renvoyé par email que la réponse automatique prévue: un emoji en forme d'excrément. (ats/awp/afp)

Elon Musk a sa version chinoise, voici «Elong Musk».
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Si je te vois, je t'étripe»: elle vit un enfer à cause de Netflix
Miranda Derrick, la star de TikTok au cœur du docu-série Netflix Danse avec le Diable, assure recevoir des messages haineux et des menaces de mort.

Miranda Derrick, l'une des protagonistes au cœur de la série à succès Danse avec le Diable, diffusé sur Netflix depuis le 29 mai, a saisi lundi ses réseaux sociaux.

L’article