Société
Vacances

Majorque vit un cauchemar à cause des touristes

Autrefois secrète, aujourd'hui désespérément bondée: la Cala del Moro, à Majorque.
Autrefois secrète, aujourd'hui désespérément bondée: la Cala del Moro, à Majorque.Jose A. Bernat Bacete/Getty

Cette île espagnole vit un cauchemar à cause des touristes

Des lingettes humides et des excréments partout, des routes d'accès encombrées et des files d'attente interminables: les habitants de Majorque sont de plus en plus désespérés et ont recours à des méthodes de protestation inhabituelles.
12.07.2023, 05:5212.07.2023, 06:53
Ralph Schulze, Madrid / ch media
Plus de «Société»

La pittoresque baie Cala del Moro, située sur la commune touristique de Santanyí au sud-est de Majorque, a longtemps été un secret d'initiés. Elle est considérée comme l'un des plus beaux lieux de baignade de la Méditerranée.

Mais depuis que de plus en plus de personnes diffusent des photos de cette baie de rêve sur les réseaux sociaux, de véritables foules se rendent en pèlerinage sur la petite plage.

L'affluence est telle que le chaos règne sur les routes d'accès. De longues files d'attente se forment également sur le chemin rocheux qui descend vers la plage, car l'espace est limité dans cette baie de seulement 50 mètres de large.

«Avant, il y avait peut-être une centaine de visiteurs par jour. Maintenant, ils sont des milliers»
Un habitant du coin.

Les habitants qui vivent au-dessus de la plage ont publié une déclaration de protestation commune: «Nous sommes horrifiés», peut-on lire dans la lettre. Ils se plaignent des avalanches de voitures dans les rues résidentielles, de l'impossibilité de garer et des montagnes de déchets. De plus, le paysage se remplit de «lingettes humides et d'excréments».

Même les influenceurs s'y mettent

Une jeune influenceuse vivant à Majorque a, elle aussi, exprimé sa colère face à cet afflux massif de touristes à la Cala del Moro et dans d'autres hotspots touristiques. Elle a lancé un appel vidéo aux visiteurs de l'île pour qu'ils cessent de publier sur Instagram et sur d'autres réseaux sociaux des photos de criques cachées, de plages de rêve et de «conseils secrets».

@poisonscorpio01 Porfavor no hagáis mas videos de Mallorca, estais siendo cómplices de la destrucción de todos nuestros ecosistemas. Venid, discrutad y ya. #mallorca #calasmallorca #masificacion #turismomallorca ♬ sonido original - Scorpio

«Ne faites plus de vidéos à Majorque, s'il vous plaît», dit l'appel qui est devenu viral sur Tiktok. «Vous vous rendez complices de la dégradation de notre écosystème.» La vidéo de l'utilisatrice (@poisonscorpio01) a été visionnée plus de 132 000 fois à ce jour et a déclenché un vif débat sur les dérives du tourisme.

«Les baies sont totalement surpeuplées. Il n'y a plus de place là-bas. Nous ne pouvons pas continuer ainsi. Majorque ne peut pas supporter plus de monde»
@poisonscorpio01

«Les belles plages que nous avions sont ainsi détruites», se plaint la Tiktokeuse.

Un problème de comportement

Majorque est l'île la plus visitée d'Europe. L'année dernière, près de 12 millions de vacanciers ont visité l'île méditerranéenne espagnole. En 2023, ils pourraient être encore plus nombreux. Depuis longtemps déjà, les défenseurs de l'environnement mettent en garde contre le fait que l'île est pleine à craquer en été, ce qui entraîne un déséquilibre croissant.

Toutefois, les plages bondées ne sont pas la seule source de gêne pour les locaux. Le comportement de certains visiteurs est également loin d'être agréable. Ce sont surtout les excès des touristes fêtards qui suscitent de nombreuses critiques cette saison.

«Le vrai problème, ce sont ceux qui viennent et laissent des tubes de crème solaire, des bouteilles et des restes de nourriture sur la plage»
La jeune Majorquine.

La vidéo a suscité une vague de réactions sur les réseaux sociaux et les forums en ligne. «Les gens se comportent mal et les habitants sont forcés d'installer des panneaux demandant de ne pas uriner dans leur jardin. Il y a trop de déchets partout, les poubelles débordent», a commenté un fan de Majorque.

«Le problème ne vient pas des vacanciers en général. C'est le comportement de certains d'entre eux», peut-on lire dans une autre réaction.

«Cela n'arrive pas seulement à Majorque, mais partout où il y a du tourisme de masse»

Un autre habitant de Majorque a toutefois soulevé le douloureux paradoxe: «Nous ne devrions pas trop nous plaindre du tourisme, car l'île en vit».

Toujours de nouvelles photos

Si l'on tape le mot-clé Cala del Moro sur Instagram, on trouve chaque jour de nouvelles publications de visiteurs. «Pas facile à atteindre, mais ça vaut le coup», écrit un Allemand sous sa photo souvenir. Une vacancière anglophone intitule son cliché, sur lequel elle pose en bikini dans la baie, d'un seul mot: «beautiful».

La plage de rêve Cala del Moro et l'idyllique crique voisine Cala Almunia ne sont pas les seuls points forts de Majorque à être littéralement pris d'assaut en ce moment. Le point de vue du phare de Formentor au nord, les criques rocheuses romantiques du village de Sa Calobra, au nord-ouest, ou la fameuse plage naturelle d'Es-Trenc, au sud-est, connaissent également une telle affluence que l'accès a dû être limité.

Des accidents se produisent régulièrement sur la côte rocheuse de Majorque, car des vacanciers tombent dans le vide en essayant de prendre un selfie pour Instagram. Ce sont surtout les sauts depuis les falaises qui peuvent s'avérer mortels. La dernière victime en date est un Américain de 26 ans qui a voulu sauter dans la mer d'une hauteur de douze mètres à Cala Varques, sur la côte est, et qui a heurté un rocher.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

Copin comme cochon: les jets privés
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un rapport lié aux jeunes trans secoue le Royaume-Uni et «étonne» en Suisse
La publication d'un épais rapport sur la prise en charge thérapeutique des mineurs transgenres fait l'effet d'une bombe au Royaume-Uni. Le pays est en passe de revoir sa doctrine concernant les bloqueurs de puberté. Qu'en est-il en Suisse?

C'est un document explosif qui a déferlé dans les médias et la société britannique la semaine dernière: le «rapport Cass» revient en long et en large sur les méthodes et l'encadrement des mineurs transgenres dans des établissements britanniques. Le document de 390 pages se montre critique sur l'état de la documentation scientifique, notamment sur les bloqueurs de puberté administrés à certains mineurs dans l'attente d'une possible transition de genre, mais aussi sur leur prise en charge.

L’article