Sport
Football

Ligue des champions: Simone Inzaghi (Inter) est l'éternel second

Inter Milan's head coach Simone Inzaghi sits at the bench prior the Champions League quarter final first leg soccer match between Benfica and Inter Milan at Luz stadium in Lisbon, Tuesday, April  ...
Image: AP

Simone Inzaghi, l'éternel second

L'entraîneur de l'Inter Milan, qui affronte Manchester City en finale de la Ligue des champions samedi (21 heures), a toujours été relégué dans l'ombre de son frère. Son heure est venue.
10.06.2023, 07:5410.06.2023, 11:38
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Nous n'avons rencontré qu'une seule fois Simone Inzaghi et c'était il y a dix ans, sur les rives du lac de Garde, dans le nord de l'Italie. Le Transalpin était encore un jeune entraîneur, plus exactement un entraîneur de jeunes: il coachait les moins de 17 ans de la Lazio Rome, alors en camp de préparation dans le Trentin-Haut-Adige, et personne alors ne pouvait se douter qu'il deviendrait un si grand technicien. Lorsque nous l'avons approché ce jour-là, nous lui avons demandé s'il pouvait nous aider à obtenir une interview avec son grand frère Pippo, star du football italien, que Sir Alex Ferguson avait suspecté un jour d'être «né hors-jeu». L'entretien n'a finalement jamais eu lieu, mais Simone avait accepté la demande avec bienveillance et même appelé son aîné devant nous pour essayer de fixer un rendez-vous.

Cette anecdote dit beaucoup de ce qu'a vécu Simone Inzaghi, qui a grandi au jeu dans l'ombre de son frère, né trois ans avant lui. Les deux garçons ont passé leur enfance dans un petit village appelé San Nicolò a Trebbia, situé juste à côté de la ville de Piacenza, auprès de mamma Marina e papà Giancarlo. Pour Simone, grandir dans le sillage et dans l'ombre de son frère Filippo était à la fois une malédiction et une bénédiction. Car les deux sont et étaient inséparables. Le grand emmenait le petit partout avec lui, le plus souvent pour jouer au ballon sur le terrain en dur à côté de l'école. Filippo ouvrait la voie et Simone suivait. Cela rendait les choses plus faciles pour le petit, mais il devait surmonter moins d'obstacles que le grand. Filippo est ainsi devenu un attaquant maniaque et ambitieux, tandis que Simone, bien que doté de plus de talent, est devenu un attaquant avec une tendance à la frugalité.

epa07249084 Lazio's head coach Simone Inzaghi (L) and Bologna's Filippo Inzaghi poses for photos ahead of the Italian serie A soccer match Bologna FC vs SS Lazio at 'Dall'Ara' ...
Simone (à gauche) et son frère en 2018.Image: EPA ANSA

«Simone était meilleur que moi, reconnaîtra Filippo plus tard dans les colonnes de La gazzetta dello sport. Mais il n'a pas eu de chance sur le plan physique. Il a marqué quatre buts dans un match de Ligue des champions (réd: contre Marseille en 2000), ce que je n'ai jamais réussi. Sans son problème de dos, il aurait fait mieux que moi parce qu'il était meilleur sur le plan technique.»

A l'âge où Filippo marquait déjà ses premiers buts en Serie A, pourtant, son frère jouait encore dans le club de quatrième division de Brescello. Plus tard, Simone est lui aussi devenu professionnel, mais les deux fratelli n'ont jamais pu réaliser leur rêve d'évoluer ensemble dans le même club. Ils n'ont partagé qu'une seule fois le même maillot sur le même terrain, défendant les couleurs de l'Italie face à l'Espagne lors d'un match amical disputé le 29 mars 2000 à Barcelone. Mais des deux, c'est surtout Pippo qui a eu le plus de succès comme joueur: il a empilé 57 sélections internationales (contre 3 pour son frère), a été champion du monde, a remporté trois fois le titre de champion d'Italie et deux fois la Ligue des champions.

«Un Inzaghi suffit»

Simone s'est rendu compte au printemps 2000 à quel point il ne serait jamais l'égal de son frère sur les pelouses. Il venait d'être sacré champion avec la Lazio lorsque l'entraîneur national Dino Zoff a refusé de le convoquer pour la phase finale de l'Euro. Un Inzaghi dans l'équipe suffisait, argumentait Zoff. Et cet Inzaghi, c'était Filippo.

Simone n'est sorti de l'ombre de son grand frère qu'en tant qu'entraîneur. Depuis 2016, il entraîne sans interruption en Serie A (Lazio puis Inter) tandis que Filippo, après une première saison médiocre avec le Milan (2014), s'est engagé dans des clubs comme Venezia, Bologna, Brescia, Benevento ou la Reggina.

epa09195125 Benevento's coach Filippo Inzaghi during the Italian Serie A soccer match Atalanta BC vs Benevento at the Gewiss Stadium in Bergamo, Italy, 12 May 2021. EPA/PAOLO MAGNI
Filippo Inzaghi.Image: EPA ANSA

Mais c'est surtout par son style que Simone est en train de s'imposer comme un cador de sa profession, et on ne dit pas seulement cela parce que ses principes s'approchent de ceux du génial Antonio Conte.

En signant à l'Inter il y a deux ans, Simone s'est appuyé sur l'héritage de Conte en reprenant la verticalité chère au cœur de son prédécesseur, et que lui-même avait déjà appliqué à la Lazio lorsqu'il en était l'entraîneur. Simone aime que ses joueurs se projettent rapidement vers l'avant, au risque de souffrir lors des phases de transition. En cela, sa confrontation avec Pep Guardiola samedi promet beaucoup.

L'aspect humain sera aussi au centre des enjeux car Inzaghi, comme son adversaire catalan d'ailleurs, est reconnu pour ses qualités managériales. Il sait comment pousser ses troupes à se surpasser et l'a encore démontré cette saison. Très tôt distancé par Naples en championnat, Inzaghi était menacé de licenciement avant de réussir une fin de saison fantastique: en l'espace d'à peine quatre mois, l'Inter a remporté quatre derbys contre le Milan, dont les deux demi-finales de la Ligue des champions, tout cela sans encaisser le moindre but. Le club nerazzurro a aussi soulevé la Coupe contre la Fiorentina.

Inter Milan's coach Simone Inzaghi, celebrates after the team's victory at the Italian Cup final soccer match between Fiorentina and Inter Milan at the Rome's Olympic Stadium, Wednesday ...
Image: AP LaPresse

Voici Simone Inzaghi au pied d'une montagne, au début d'un chemin qui peut le mener à l'Olympe des entraîneurs. Il faut se souvenir de Carlo Ancelotti, de la manière dont il avait dû lutter pendant des semaines contre son licenciement à Milan (2002/03) avant de remporter la Ligue des champions contre la Juventus à Old Trafford, et d'entamer ainsi une ère triomphale, ce que les Italiens appellent un ciclo vincente.

Il ne manque plus qu'une victoire à Simone Inzaghi, ce triomphe en Ligue des champions contre Manchester City, pour ouvrir un nouveau cycle et devenir un très grand entraîneur.

Collaboration: Stefan Wyss

Comment Rüdiger a pourri la vie de Haaland
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ils ont analysé le groupe de la Nati à l'Euro et ça fait peur
Le leader mondial de la statistique sportive a épluché le groupe A de l'Euro, celui de l'équipe de Suisse, à l'aide de son supercomputer. Certaines probabilités peuvent à elles seules effrayer Murat Yakin.

Jusqu'où ira la Nati cet été à l'Euro? C'est la question que tout le monde se pose avant le coup d'envoi de la compétition. Les plus pessimistes voient la Suisse rentrer au pays dès la fin de la phase de groupes, quand d'autres espèrent toujours une surprise - un résultat identique à celui de 2021, à savoir une nouvelle qualification en quart de finale.

L’article