Sport
Football

C'est sa vocation, mais la Super League galère à exporter ses pépites

Michel Aebischer, Kwadwo Duah et Jordan Siebatcheu (de gauche à droite) ont été transférés cet été vers l'étranger et ont rapporté de belles sommes à YB et Saint-Gall.
Michel Aebischer, Kwadwo Duah et Jordan Siebatcheu (de gauche à droite) ont été transférés cet été vers l'étranger et ont rapporté de belles sommes à YB et Saint-Gall. image: keystone/shutterstock

C'est sa vocation, mais la Super League galère à exporter ses pépites

Des pays de taille et de niveau comparables comme la Belgique, le Danemark ou l'Autriche transfèrent davantage de jeunes talents à l'étranger. Mais la Suisse a déjà pris des mesures fortes pour combler son retard.
03.08.2022, 07:06
Ralf Streule / ch media
Plus de «Sport»

Oui, il y a des exemples qui permettent de se réjouir. Celui, notamment, de l'international suisse Michel Aebischer, qui a franchi tous les échelons de la formation à YB et qui a rejoint définitivement Bologne en Série A cet été. Montant estimé du transfert: quatre millions d'euros.

Celui, encore, du talentueux Roggerio Nyakossi (18 ans), transféré le mois dernier de Servette à Marseille (d'abord dans l'équipe réserve) pour environ deux millions d'euros. Sans oublier Betim Fazliji et Kwadwo Duah, qui viennent de quitter Saint-Gall pour rejoindre respectivement Sankt-Pauli et Nuremberg, en Allemagne.

Kwadwo Duah et le coach du FC Saint-Gall, Peter Zeidler.
Kwadwo Duah et le coach du FC Saint-Gall, Peter Zeidler. image: keystone

Tous ces départs estivaux collent à l'image de la Super League: un championnat de formation. Elle fait partie de ces ligues européennes moyennes où les clubs ne vivent pas principalement de l'argent des compétitions de l'UEFA, des contrats de télévision ou du merchandising, mais surtout des recettes de leurs transferts. Ou des jeunes de leur propre académie utilisés dans la première équipe.

L'Ajax Amsterdam, le modèle rêvé

En tant que ligue de formation, la Suisse est en concurrence avec des championnats de niveau similaire, comme la Belgique ou l'Autriche. Il y a aussi les Pays-Bas, championnat formateur le plus performant d'Europe, mais qui est actuellement hors de portée. Alors où se situe la Suisse dans cette comparaison?

Les ligues qui exportent le plus de joueurs

- En orange: les joueurs exportés dans les 5 grands championnats européens (Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie, France)- En rouge: les joueurs exportés dans les autres championnats européens (hors ...
- En orange: les joueurs exportés dans les 5 grands championnats européens (Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie, France)
- En rouge: les joueurs exportés dans les autres championnats européens (hors du top 5)

Il y a plusieurs statistiques pour répondre à cette question, mais il faut avant tout distinguer deux choses: d'une part, le travail dans les académies (la formation des jeunes issus du club). D'autre part, l'autre stratégie des championnats à vocation formatrice: le recrutement de joueurs étrangers dans le but de les faire progresser et de les revendre avec un profit. Dernier exemple en date en Super League: l'Américain Jordan Siebatcheu, qui a rapporté près de huit millions d'euros aux Young Boys en rejoignant Union Berlin – en 2021, les Bernois n'avaient payé qu'un tiers de cette somme à Rennes.

Le graphique suivant montre dans quelle mesure les clubs et les ligues profitent de l'argent des transferts. Les championnats européens de premier plan comme la Premier League anglaise ou la Bundesliga allemande ne sont pas représentées, parce que leur balance de transferts est négative, leurs principales sources de revenus n'étant pas les transferts.

La balance des transferts dans les championnats formateurs depuis 2013

Les chiffres sont en millions d'euros, par club et par année. Il s'agit des moyennes, par pays, combinant les 8 clubs les plus bénéficiaires financièrement des transferts.
Les chiffres sont en millions d'euros, par club et par année. Il s'agit des moyennes, par pays, combinant les 8 clubs les plus bénéficiaires financièrement des transferts.

Aux Pays-Bas, l'Ajax Amsterdam joue aussi sur les deux tableaux: il développe sa propre relève et les joueurs étrangers qu'il a engagés à bon prix. Ce club est un vivier de talents exceptionnel depuis des années.

Des exemples: Ryan Gravenberch, 20 ans, issu du centre de formation de l'Ajax? Transféré au Bayern pour 18,5 millions d'euros. Lisandro Martinez, 24 ans? Arrivé d'Argentine il y a trois ans pour sept millions d'euros, il a été vendu à Manchester United pour environ 60 millions.

epa10074499 Munich's Ryan Gravenberch during a team training session in Munich, Germany, 16 July 2022. EPA/RONALD WITTEK
Ryan Gravenberch, issu du centre de formation de l'Ajax, a rejoint le Bayern Munich cet été.image: keystone

Les clubs suisses n'ont pas à se mesurer à l'Ajax ou même aux Autrichiens de Salzbourg, mais la comparaison avec d'autres clubs formateurs montre aussi qu'il y a un besoin de rattrapage.

Certes, 27 footballeurs formés en Suisse évoluent dans les cinq meilleurs championnats d'Europe, devant l'Autriche et à égalité avec la Belgique. Mais si on regarde de quels clubs proviennent ces expatriés – ce qu'a fait l'Observatoire du Football de Neuchâtel – on est étonné. Le FC Zurich est en tête de liste en Suisse: 25 joueurs issus de l'académie du FCZ évoluent dans d'autres championnats européens, dont sept dans le «Big 5».

Jordan Siebatcheu (à gauche) a rapporté une jolie plus-value à YB cet été.
Jordan Siebatcheu (à gauche) a rapporté une jolie plus-value à YB cet été. image: keystone

Pourtant, il n'est que 45e au niveau européen (octobre 2021), derrière le vainqueur l'Ajax, bien sûr, mais aussi plusieurs clubs belges et autrichiens ou encore les Danois de Nordsjealland. Seuls deux autres clubs suisses – Bâle et GC – parviennent à se hisser dans le top 100.

Mais il faut relativiser: la Super League compte plus de joueurs «maison» que les autres ligues et les jeunes y sont plus nombreux qu'ailleurs. Ces données n'ont pas été prises en compte dans le classement évoqué ci-dessus.

Les jeunes «maison» et le temps de jeu des jeunes

- En bleu foncé: le pourcentage de minutes jouées (total des équipes) par des joueurs formés au club - En bleu clair: le pourcentage de minutes jouées (total des équipes) par des joueurs de moins de 2 ...
- En bleu foncé: le pourcentage de minutes jouées (total des équipes) par des joueurs formés au club
- En bleu clair: le pourcentage de minutes jouées (total des équipes) par des joueurs de moins de 21 ans.

La Nati redonne le sourire

Néanmoins, la question se pose: que peut faire la Suisse pour combler ses lacunes? Patrick Bruggmann, directeur du développement du football à l'Association suisse de football (ASF), relativise les statistiques, en se référant à l'équipe nationale:

«La Nati s'est récemment qualifiée pour tous les grands événements. Cela serait impossible si la formation dans le pays était mauvaise»
Patrick Bruggmann, directeur du développement du football à l'ASF

Il rappelle que sur les 94 joueurs qui ont porté le maillot de la Nati depuis 2002, 90% ont suivi le «chemin suisse» en passant par l'académie d'un club helvétique et des matchs de Super League. Il pointe aussi le fait que la plupart des autres ont d'abord dû retourner dans le championnat suisse pour s'ouvrir les portes de l'équipe nationale. Et que seuls quatre joueurs ont atterri directement en sélection par le biais d'une formation étrangère (Johan Djourou, Diego Benaglio, Valon Behrami et Gregor Kobel).

Patrick Bruggmann, technischer Direktor SVF
Patrick Bruggmann, responsable du développement du football à l'ASF.image: asf

«Nous devons rester vigilants», prévient toutefois Patrick Bruggmann. Et pour cause: il manque des transferts de haut niveau réguliers en provenance de Suisse, autrement dit des footballeurs suisses de classe mondiale. Il faut donc, premièrement, se concentrer davantage sur le «développement individuel des talents». Et c'est justement là que s'inspirer de la Belgique ou du Danemark serait judicieux. L'objectif est d'individualiser encore plus les entraînements et de les organiser en petits groupes. Dans ce domaine, la gestion des talents de l'ASF veut renforcer la coopération avec les clubs.

Ensuite, on investit encore beaucoup d'énergie dans la formation de joueurs de niveau moyen. Il faudrait avoir le courage de miser plus systématiquement sur les joueurs de haut niveau histoire d'exploiter leur potentiel. Le projet Footuro/Footura prévoit, justement, de consacrer davantage d'efforts aux talents exceptionnels. Dans ce domaine, une professionnalisation est en cours depuis 2020. Pour la gestion de ses pépites, l'ASF a recours aux sciences du sport, travaille avec des experts à Macolin, des planificateurs de carrière et des coachs mentaux.

Dénicher des Kevin De Bruyne suisses

Troisième point mentionné par Bruggmann nécessaire pour progresser: l'accent doit être mis davantage sur les athlètes à développement physique tardif. «Ils peuvent faire la différence, parce qu'ils ne peuvent pas compter sur leur corps quand ils sont jeunes mais ils développent de fortes capacités techniques et cognitives.»

Patrick Bruggmann cite l'exemple du Belge Kevin De Bruyne. Selon l'expert, l'ASF doit jouer un rôle de pionnier dans ce domaine et motiver les clubs à participer.

«Pour réussir, les clubs suisses ont besoin d'une bonne proportion de joueurs formés au niveau national. Les champions suisses de ces dernières années avaient généralement dans leur équipe beaucoup de joueurs formés localement»
Patrick Bruggmann

L'ASF a créé des équipes nationales juniors spécialement pour les jeunes qui ont du retard dans leur croissance physique👇

L'ASF voit d'un bon œil tous les efforts visant à augmenter le nombre de minutes de jeu de ses propres joueurs de moins de 21 ans. Mais certains clubs ont d'autres intérêts, comme GC ou Lausanne, dont les investisseurs espèrent surtout une augmentation de la valeur des joueurs étrangers. «Lausanne et GC font un excellent travail auprès des jeunes, mais la porte vers le haut est moins ouverte pour ces jeunes que dans d'autres clubs», appuie Bruggmann. Il enchaîne:

«Dans des clubs comme YB, Zurich ou Saint-Gall, les talents se disent: "Je peux suivre la voie suisse!"»

Mais le directeur du développement du foot à l'ASF le sait très bien: la fédération ne peut rien imposer aux clubs à ce sujet, mais juste les motiver.

AC Milan's Rafael Leao, right, and Bologna's Michel Aebischer fight for the ball during the Serie A soccer match between AC Milan and Bologna at the San Siro stadium, in Milan, Italy, Monday ...
Michel Aebischer (à gauche) est un exemple de réussite d'un bon transfert suisse vers l'étranger.image: keystone

Patrick Bruggmann voit des options pour augmenter le temps de jeu des footballeurs M21. A commencer par l'augmentation de la Super League à douze équipes, qui sera effective dès la saison prochaine. Selon lui, il faudrait également douze formations en Challenge League, histoire d'amener davantage de talents vers le football professionnel. L'Autriche est un bon exemple. «Des équipes M21 en Challenge League? L'ASF aimerait bien voir ça», avoue le cadre de la fédération.

Une autre idée serait d'augmenter les incitations financières pour que les clubs utilisent leurs propres pépites. Notre voisin à l'est est là encore un bon exemple: «En Autriche, on distribue beaucoup plus d'argent dans ce domaine», conclut Patrick Bruggmann.

Adaptation en français: Yoann Graber

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Ces trucs drôles que vous pourriez croiser à l'aéroport
1 / 25
Ces trucs drôles que vous pourriez croiser à l'aéroport
partager sur Facebookpartager sur X
La Chine diffuse une vidéo d'une invasion de Taïwan: bluff ou menace?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La tenue des athlètes américains aux JO est 100% PLR compatible
Après les Français et les Suisses, au tour des athlètes américains de découvrir comment ils seront affublés lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques. Spoiler: ça sent bon la soirée en terrasse chez Christian Lüscher.

C'est la neuvième fois consécutive que la team USA fait appel à la marque chouchou de la droite libérale en villégiature à Deauville ou dans les Hamptons pour l'habiller. Nous avons nommé: la seule et l'unique Ralph Lauren. La brand iconique des amateurs de golf et de polo vient de dévoiler, ce mardi, les uniformes qu'elle a imaginés pour la délégation olympique et paralympique américaine, à Paris.

L’article