Sport
Football

Euro: L'autogoal de Schär contre l'Ecosse n'en était pas un

Le CSC de Fabian Schär contre l'Ecosse n'en était pas un

On lit et entend partout en Suisse que l’international Fabian Schär a marqué contre son camp mercredi contre l’Ecosse. Or l’UEFA a bien attribué le but à Scott McTominay après être revenue sur sa décision. Zoom sur ce point de règlement.
22.06.2024, 15:0027.06.2024, 13:46
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Les papiers qui ont suivi la rencontre Ecosse-Suisse mercredi ont tous fait mention d’un autogoal de Fabian Schär. Il en était de même au lendemain de la partie, lorsqu'à l'annonce de la blessure au nez du joueur, tout le monde rappelait qu'il était l'auteur malheureux de la première réalisation du match.

Les buts contre son camp sont nombreux en cet Euro, un phénomène largement relayé depuis quelques jours sur la toile. Des articles sont dédiés à «Monsieur CSC», le meilleur buteur imaginaire de la compétition. Sont alors parfois comptabilisés six autogoals, dont celui de Fabian Schär. La page Actu Foot a pour sa part partagé un répertoire de cinq «fautifs» et les internautes se sont offusqués de ne pas voir apparaître le défenseur helvétique.

Cette confusion provient en réalité d'une erreur de l'UEFA, qui a d'abord attribué le but de l'ouverture du score à Fabian Schär contre son camp - comme cela arrive parfois. Ce n'est qu'au cours de la deuxième période que la réalisation a été créditée à l'Ecossais Scott McTominay. Au coup de sifflet final, le nom du défenseur suisse ainsi que le sigle «OG» pour own goal étaient bien remplacés par la mention du milieu de Manchester United.

Image
image: rts

Mais alors, pourquoi un tel revirement? L'instance s'est en fait corrigée de manière à appliquer à la lettre le règlement. Lorsqu'une frappe est déviée par un défenseur dans son propre but, il n'y a pas d'autogoal si celle-ci est initialement cadrée par l'adversaire. C'était le cas du tir de McTominay, que Sommer s'apprêtait à arrêter.

Si en revanche, la frappe de l'Ecossais n'avait pas pris la direction du but, il y aurait eu CSC en cas de déviation malencontreuse du défenseur de la Nati.

Un point de règlement sur lequel Fabian Schär ne peut toutefois pas s'appuyer pour digérer sa bévue. Il n'est certes pas crédité d'un autogoal, mais son réflexe non maitrisé devant son gardien est bien ce qui a conduit au premier but du match. On joue évidemment sur les termes, mais il convient d'employer les bons à l'heure où les joueurs sont attentifs aux données ainsi qu'à leur valeur marchande sur le site Transfermarkt.

Les Ecossais peuvent désormais se satisfaire d'avoir réussi à marquer «par leurs propres moyens», eux qui avaient déjà dû compter sur un CSC de Rüdiger pour ne pas être fanny lors du premier match contre la Mannschaft.

On recense donc - à l'heure où nous écrivons ces lignes, avant les matchs programmés ce 22 juin - non pas six mais bien cinq autogoals depuis le début du Championnat d'Europe des nations. Les joueurs incriminés sont l'Allemand Antonio Rüdiger contre l'Ecosse comme évoqué précédemment, ainsi que l'Autrichien Maximilian Wöber contre la France, le Tchèque Robin Hranac contre le Portugal, l'Albanais Klaus Gjasula contre la Croatie et plus récemment, l'Italien Riccardo Calafiori face à l'Espagne. Même sans l'aide de Fabian Schär, Monsieur CSC tient est en forme.

Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
1 / 13
Parce qu'elle est partout, voici des images générées par IA
Un Trump généré par l'IA, en pleine séance d'Ayahuasca dans la jungle.
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur X
A la rencontre des chiens détecteurs de cancer
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Qui est Roy Emerson, l'homme qui a donné son nom au terrain de Gstaad?
Le court principal du tournoi de tennis bernois, qui se dispute cette semaine, porte le nom d'un Australien de 87 ans.

Ce week-end encore, les spectateurs qui se rendront en voiture au tournoi de tennis de Gstaad devront entrer dans leur GPS le nom d'un champion de tennis australien qu'ils n'ont probablement jamais vu jouer. C'est en effet à la Roy Emerson Arena que se disputeront les demi-finales (samedi) et la finale (dimanche) du tournoi estampillé ATP 250.

L’article