Sport
Football

FC Liverpool: c'est quoi le problème?

Robertson, Klopp, Salah ou le néophyte Doak, même combat.
Robertson, Klopp, Salah ou le néophyte Doak, même combat.

FC Liverpool: c'est quoi le problème?

Jusqu'à la dernière finale de Ligue des champions, Liverpool était une équipe rock n'roll qui soulevait les foules et tyrannisait les timides. Celle qui reçoit Everton ce lundi (21h) n'est plus que désolation. Pourquoi?
13.02.2023, 06:2313.02.2023, 08:13
Plus de «Sport»

Un manager désabusé?

A Liverpool, Jürgen Klopp n'est pas qu'un simple entraîneur. Il a donné à la ville son premier titre depuis 30 ans et en a changé la nature profonde. D’une ère industrielle à un tourisme événementiel, l'ancienne métropole ouvrière a connu une nouvelle prospérité grâce au foot. «Les Beatles ont sauvé le monde de l'ennui», disait Georges Harrison. En noir et en furie, Jürgen Klopp l'a rendu plus rock n'roll.

Liverpool's manager Jurgen Klopp celebrates towards his teams fans after their English Premier League soccer match between Crystal Palace and Liverpool at Selhurst Park stadium in London, Saturda ...
Jürgen Klopp.Image: AP

Sauf qu'aujourd'hui, le vieux crooner semble las, un brin désabusé. «Défaite après défaite, Klopp reste immobile, les bras croisés, sans réaction apparente même quand les fans adverses scandent qu'il sera viré demain», observe le chroniqueur du Telegraph. C'est comme si Georges Harrison avait chanté les mains dans les poches.

Des spécialistes du foot anglais le pensent conservateur, trop loyal à sa vieille garde pour entreprendre des réformes. Leader de ce boys band déjanté depuis huit ans, Klopp a remporté une Ligue des champions et disputé deux autres finales. Il a reconquis l'Angleterre et les choeurs d'Anfield. «Avec lui aux commandes, Liverpool aura du mal à affronter les vrais problèmes», redoute l'ancien Mancunien Gary Neville. Mais Klopp nie farouchement:

«Je ne suis pas trop loyal et je n'ai pas peur de privilégier des solutions de rechange... pour autant qu'elles existent»

L'impensable est en passe de se produire: «on» soulève la question de son maintien en poste. «On» ne voit aucune hérésie à licencier l'un des deux meilleurs entraîneurs au monde, doublé d'une rock-star, à la première demi-saison ratée.

Une équipe lessivée?

Fidèle (loyal?) à ses hommes forts, Jürgen Klopp en a peu recruté de nouveaux. Des années à aligner les mêmes joueurs, les mêmes sprints, peuvent partiellement expliquer que Liverpool manque à ce point d'originalité, mais surtout de fraîcheur. C'est le plus frappant: les titulaires semblent cramés de la tête aux pieds.

Les pas sont lourds.
Les pas sont lourds.Image: sda

Cette impression de spleen ne peut pas être totalement dissociée du football rock n'roll, branché sur 10 000 volts, que pratiquent les Reds sous Jürgen Klopp. Les grands soirs, Liverpool fait sauter les brassières GPS dans une débauche d'énergie obscène, si extravagante que la brigade antidopage s'y est intéressée de près.

Il est moins question ici de condition physique que de fougue, de hardiesse, d'intimidation. A force d'assaillir ses adversaires, de les priver du moindre espace, de leur sauter à la gorge avec un «contre-pressing» testostéroné, Liverpool s'est épuisé.

Alexander-Arnold et Robertson sont le symbole de ce surmenage: pendant des années, les deux latéraux ont couvert tellement de terrain que seule la pluie pouvait s'aligner. Le premier serait en mini-dépression, le deuxième en constante rééducation.

Ils ne sont pas les seuls. Depuis une grave blessure ligamentaire, van Dijk n'a jamais retrouvé son invincibilité dans les un-contre-un. Jota et Diaz sont à l'arrêt depuis octobre. Henderson n'avance plus. Fabinho semble perdu. Davantage qu'un électrochoc, Liverpool semble avoir besoin de repos. Ou alors de doubler chaque poste avec un joueur de classe mondiale, comme se l'autorise Manchester City auquel il est obstinément, un peu sottement, comparé.

Un club traumatisé?

Personne ne semble s'attarder sur cette analyse. En réalité, personne ne saura jamais à quel point les événements du Stade de France ont touché à l'inconscient collectif du FC Liverpool. Seule certitude: n'importe quel joueur de n'importe quelle provenance, quand il arrive au club, est imprégné de ce que l'on appelle solennellement aujourd'hui «La catastrophe d'Hillsborough». Une tragédie dont la police anglaise vient tout juste d'endosser officiellement la responsabilité, plus de 33 ans après - c'est dire si l'affaire n'est pas réglée - et que les mouvements de foule du Stade de France ont immédiatement exhumée.

Le problème est-il sous-estimé? Toujours est-il que depuis la finale de Paris (défaite 1-0 contre le Real Madrid), Liverpool n'est jamais redevenu lui-même, ni pendant, ni après. Des articles de presse suggèrent que certains joueurs ont pu s'angoisser pour leur famille refoulée aux portiques, sinon pour leurs supporters sauvagement agressés, et qu'une apathie post-traumatique perdure. Le poids du souvenir sur le football enlevé et impétueux des Reds reste un mystère. Un mystère dont personne n'a manifestement envie de parler.

Une star éteinte?

Il s'est passé quelque chose, mais quoi? Depuis le printemps dernier, c'est comme si Mohamed Salah trainait une mauvaise grippe d'un bout à l'autre du camp adverse. Pâle, lent et indolent, la jovialité patraque, extradé sur une aile droite où il ne représente aucune menace, l'ex-meilleur buteur d'Angleterre est devenu un attaquant ordinaire.

Mohamed Salah.
Mohamed Salah.Image: sda

Le point de bascule est facile à situer mais il subsiste un doute sur les raisons. Une défaite aux tirs au but en finale de la Coupe d'Afrique? Une qualification ratée de justesse pour la Coupe du monde? Un nouveau contrat de longue durée à 400 000 francs par semaine? Un peu tout?

Ceux qui attribuent la solitude de Salah au départ précipité de Sadio Mané (Bayern Munich) n'ont probablement jamais vu un match de Liverpool. Mané n'était ni le larbin, ni le complément idéal, ni le confident de Salah. Le problème est ailleurs. Mais où?

Des transferts ratés?

Liverpool a dépensé 80 millions d'euros pour le buteur uruguayen Darwin Nunez, dont le ratio d'occasions ratées est à ce jour inégalé en Europe. Cet hiver, les Reds ont encore lâché 42 millions d'euros pour le Néerlandais Cody Gakpo, 23 ans, qui n'a toujours pas marqué. Mais peut-être n'est-ce qu'une question de temps. Et plus encore de tempo.

L'aveu troublant de Djibril Cissé
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il n'aurait pas dû faire le malin
Ce fan de baseball aux Etats-Unis risque de regretter longtemps son initiative prise en plein match mardi.

Aux Etats-Unis, les forces de sécurité ne rigolent pas dès qu'il y a une intrusion sur le terrain. C'est le moins qu'on puisse dire. Une preuve? Mardi soir, un jeune homme de 19 ans, qui s'est offert une petite virée sauvage sur la pelouse lors du match de baseball entre les Cincinnati Reds et les Cleveland Guardians, a été... électrocuté avec un taser par le policier qui lui courait après. La scène est surréaliste.

L’article