DE | FR
Dominé à l'aller (2-0) comme au retour, Lugano a été éliminé jeudi soir en qualifications de la Conference League par Hapoel Beer Sheva.
Dominé à l'aller (2-0) comme au retour, Lugano a été éliminé jeudi soir en qualifications de la Conference League par Hapoel Beer Sheva.

Peut-on en vouloir aux clubs qui n'apportent pas de points UEFA à leur pays?

En Suisse et ailleurs, les critiques pleuvent dès qu'une équipe se fait éliminer de manière précoce sur la scène européenne, au motif qu'elle ne permet pas à son pays de progresser dans le classement des nations au coefficient UEFA.
12.08.2022, 06:5312.08.2022, 18:41
Suivez-moi

L'élimination de l'AS Monaco au tour préliminaire de la Ligue des champions, mardi contre le PSV Eindhoven (4-3 sur l'ensemble des deux rencontres), n'est pas très bien passé auprès des supporters de football français, et on ne parle pas seulement des Monégasques. Car quand un club perd sur la scène européenne, il affecte le coefficient UEFA de son pays, qui peut au final avoir moins d'équipes qualifiées, ou voir ces équipes contraintes d'entrer plus tôt dans la compétition. Or l'ASM a beaucoup perdu ces dernières saisons.

Les clubs suisses ont eux aussi été souvent défaits ces dernières saisons, parfois très tôt dans la compétition, ce qui a suscité des critiques dures. C'est toujours pareil: on attend des équipes qualifiées en Europe qu'elles ne défendent pas seulement leurs intérêts, mais aussi ceux de la nation.

«Les remarques désobligeantes reviennent chaque fois qu'une équipe est éliminée trop vite et n'apporte pas suffisamment de points», constate Bernard Challandes, coach du FC Zurich en Ligue des champions lors de la saison 09/10. «Mais on ne joue jamais pour améliorer le classement UEFA de son pays. Je n'ai jamais dit à mes joueurs: "On doit gagner parce qu'il faut apporter des points au pays."»

Martin Rueda non plus. Pourtant, celui qui était l'entraîneur du LS en Coupe d'Europe lors de la saison 10/11 estime que chaque club engagé sur la scène continentale a une double responsabilité: envers ses supporters et dirigeants, et envers son pays. «Si tu es en Coupe d'Europe, tu as le devoir de faire de bons résultats. Pour moi, c'est clair», assure-t-il.

Quand les choses se passent bien, une euphorie parfois nationale naît et peut porter une équipe très loin (toute la Suisse s'était passionnée pour le FC Thoune lors de sa campagne en Ligue des champions il y a 17 ans). Quand elles tournent mal, on se met à suspecter l'équipe éliminée de nonchalance, voire de négligence.

Des accusations dont ont été victimes plusieurs équipes françaises ces dernières saisons, et chez nous le FC Lucerne. Le club de Suisse centrale a été sorti plusieurs fois au 2e ou 3e tour de qualification à la Ligue Europa et à la Conference League par des équipes comme Sassuolo, Osijek, l'Olympiakos, l'Espanyol ou Feyenoord.

Les Lucernois, sonnés, après leur défaite contre Osijek en 2017.
Les Lucernois, sonnés, après leur défaite contre Osijek en 2017.

Certains ont fini par penser que Lucerne n'avait pas très envie de jouer l'Europe, et que si c'était vrai, alors sans doute était-il préférable qu'il laisse sa place à d'autres équipes. Un confrère résume:

«Les résultats de Lucerne m'ont rendu fou. Surtout que ses dirigeants ont clairement dit qu'ils considéraient les matchs de qualification comme des rencontres amicales, que l'équipe n'était de toute façon pas encore prête en juillet et que le plus important pour eux était qu'elle soit compétitive en championnat. C'est honteux, intolérable. C'est tellement important pour l'indice UEFA de la Suisse d'avoir des clubs performants en Europe.»

C'est parce que Young Boys a eu la bonne idée de faire des points ces dernières années que la Suisse aura cinq représentants en Europe la saison prochaine, contre quatre actuellement. Mais s'il faut féliciter YB, faut-il pour autant en vouloir à Lucerne et aux autres équipes éliminées? Le niveau du football suisse est-il à ce point incroyable qu'il faille s'étrangler devant une défaite de Zurich contre Qarabag (2022) ou de Bâle contre le CSKA Sofia (2020)? Martin Rueda répond en reprenant l'exemple lucernois:

«Je ne pense pas que le FCL ait fait exprès de perdre en Europe. Avant de penser ça, il faudrait prouver qu'on soit meilleur que les clubs étrangers»

Il est vrai qu'il y a une fâcheuse tendance, de la part des supporters des championnats occidentaux, à penser que leur équipe est bien meilleure que celles des ligues de l'Est. Or toutes les statistiques prouvent que ce n'est pas vrai.

Edmond Isoz, ancien directeur de la Swiss Football League, a eu le temps de s'en rendre compte. «Il faut être de mauvaise foi pour reprocher au FC Lucerne ses résultats. Si on analyse logiquement les choses, on s'aperçoit que les clubs suisses n'ont aucune responsabilité "morale" d'améliorer l'indice UEFA de leur pays, car on sait très bien que depuis bientôt dix ans, très peu d'entre eux font des points en Europe.»

Il s'agit dès lors de savourer toutes les qualifications, comme celles de Zurich (contre Linfield), de Bâle (contre Bröndby) et des Young Boys (contre KuPS) jeudi soir, et de ne pas accorder d'importance à l'élimination de Lugano (contre Beer Sheva) et à toutes les autres qui ne manqueront pas d'arriver encore, en dépit des volontés les plus tenaces.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Des photos pour briser le tabou de l'allaitement en public

1 / 6
Des photos pour briser le tabou de l'allaitement en public
source: shuvaseesh das
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Une athlète fait un plongeon de 20 mètres avec une caméra sur la tête

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Traitements de faveur pour les superstars de NBA. Et en Suisse?
Un documentaire de Netflix, L'Envers du sport, montre des arbitres très cléments envers des basketteurs nord-américains. C'est plus rare dans les autres pays et autres sports. Mais si vous grattez le vernis...

L'Envers du sport, une série documentaire que Netflix diffuse depuis un certain temps, retrace des destins dramatiques et des histoires de tricheries liés au sport. Le 30 août dernier, la plateforme de streaming a proposé à ses abonnés un nouvel épisode de 1 h 17 sur un arbitre de NBA coupable d'avoir truqué des matchs.

L’article