Sport
Hockey sur glace

National League: pourquoi les joueurs raffolent du sel odorant

Le joueur du HC Davos Matej Stransky est un consommateur de sel odorant, comme bon nombre de ses confrères.
Le joueur du HC Davos Matej Stransky est un consommateur de sel odorant, comme bon nombre de ses confrères. image: imago

Les hockeyeurs suisses adorent snifer ce produit, mais il y a des dangers

Le sel odorant est en vogue dans les patinoires helvétiques. Il a des vertus, mais aussi des risques pour la santé. Pas étonnant, donc, qu'un club de National League veuille l'interdire à ses joueurs.
05.11.2023, 16:2406.11.2023, 08:12
Soraya Sägesser / ch media
Plus de «Sport»

Une respiration dans ce flacon et la concentration devient totale. Lorsque Yannick Rathgeb dévisse le bouchon et inspire profondément, il plisse les yeux, fronce les sourcils et remue son nez. L'effet est indéniable. Le défenseur du HC Bienne est prêt pour le match.

Après le snus, voici un autre stimulant qui cartonne chez les hockeyeurs suisses: le sel odorant. En flacon ou sous forme de bâtonnets, il est dans les deux cas disponible en pharmacie et son contenu reste le même: de l'ammoniaque aromatisée.

Yannick Rathgeb en action, comme avant chaque match qu'il dispute.
Yannick Rathgeb en action, comme avant chaque match qu'il dispute. image: ch media

Son odeur? Une sorte de mélange entre une teinture pour cheveux, de l'essence et du désinfectant. «Ça a un goût aigre», résume Rathgeb. «C'est fort, ça sent mauvais», renchérit le défenseur de l'EV Zoug Nico Gross. Il ne faut pas snifer de trop près, mais pas trop loin non plus. Dans ce deuxième cas, il n'y a plus d'effet.

Poussée d'adrénaline

Les fonctions de ce sel odorant: réveiller les hockeyeurs et augmenter leur concentration. Yannick Rathgeb (28 ans) l'avoue: en snifant juste avant le match, il se sent plus à l'aise et davantage focus. Mais pas seulement. «C'est comme un interrupteur mental». Quand le Biennois plonge son nez dans son flacon et en sent l'aigreur, il sait que son match va commencer. Pour Nico Gross, c'est la même chose:

«Ça me donne un coup de fouet. C'est comme si j'appuie sur un bouton et que je me sens prêt juste après»

Mais l'efficacité de l'ammoniaque est de courte durée. Quelques secondes plus tard, l'odeur s'évapore et l'effet avec. Du coup, les hockeyeurs ressortent parfois leur ammoniaque avant le début du troisième tiers. Mais rarement avant leurs shifts sur la glace.

Christoph Bertschy, attaquant de Fribourg-Gottéron et de la Nati, est aussi un consommateur de sel odorant.
Christoph Bertschy, attaquant de Fribourg-Gottéron et de la Nati, est aussi un consommateur de sel odorant. image: imago

«D'un point de vue médical, il n'y a aucune preuve que ce sel odorant serve à quelque chose», affirme le docteur Marcus Ganeo, spécialiste en traumatologie et en médecine du sport à la clinique Hirslanden. Toutefois, il ajoute un «mais»:

«On suppose que ça a un effet psychologique sur les joueurs»
Dr Marcus Ganeo

Et il y a de quoi: ces vapeurs d'ammoniaque provoquent une forte irritation au niveau des muqueuses. «Ça déclenche ainsi une poussée d'adrénaline», poursuit l'expert. Conséquences: le rythme cardiaque s'accélère et la respiration s'intensifie. Et ça aide les sportifs à mieux se concentrer.

Baptêmes canadiens

Le sel odorant existe depuis longtemps. Du 17e au début du 20e siècle, on le plaçait sous le nez des personnes souffrant de vertiges ou d'évanouissements, par exemple, pour leur prodiguer les premiers soins. Une époque révolue. Par contre, il est de plus en plus présent dans le hockey sur glace suisse.

Yannick Rathgeb a commencé à le snifer il y a dix ans. A l'époque, ce produit n'était pas encore connu en Suisse. C'est au Canada, où il jouait dans la ligue junior, que le défenseur du HC Bienne l'a découvert. «La première fois, tu le sens fort!», rigole-t-il. De retour en Suisse, sa consommation a augmenté.

Les stars suisses de NHL Nico Hischier (à gauche) et Timo Meier ont aussi leurs sels.
Les stars suisses de NHL Nico Hischier (à gauche) et Timo Meier ont aussi leurs sels.image: imago

Le natif de Langenthal évolue depuis cinq ans dans le Seeland, où il n'est pas le seul à apprécier les effets du sel odorant. Même si les snifeurs sont aujourd'hui moins nombreux que quand il a déposé ses valises (et ses flacons) à Bienne. «Quand je suis arrivé ici, presque la moitié de l'équipe en consommait», confie-t-il.

Désormais, ils ne sont plus que cinq. Un nombre identique à Zoug, même si Nico Gross (23 ans) observe une tendance à la hausse dans le vestiaire. C'est aussi dans la ligue junior canadienne que le défenseur de Suisse centrale a découvert les bâtonnets.

«J'ai essayé et j'ai remarqué que ça avait un effet sur moi»
Nico Gross, défenseur de Zoug

Un tabou et des Grisons pro-actifs

Zoug et Bienne sont loin d'être les seuls clubs de National League à compter des renifleurs de sel odorant dans leur effectif. En fait, il y en a dans presque toutes les équipes. Mais peu d'entre eux souhaitent en parler. Au HC Davos, la parole sur le sujet est davantage libérée, puisque deux figures de proue du «Rekordmeister», Andres Ambühl et Matej Stransky, sont des consommateurs.

Pourtant, ce produit n'est pas le bienvenu au sein du club grison. «On essaie depuis un certain temps de le supprimer», avoue Markus Glarner, porte-parole du HCD. Les dirigeants davosiens s'efforcent activement de faire disparaître le sel odorant et les autres stimulants dans les vestiaires.

«On interdit le sel odorant aux jeunes joueurs. Pour les plus âgés, il s'agit avant tout d'une décision personnelle sur laquelle on a peu d'influence»
Markus Glarner, porte-parole du HC Davos

Yannick Rathgeb n'en est pas dépendant mentalement ou physiquement. «Quand on a l'impression qu'on ne peut plus se passer du sel odorant, on entre déjà un peu dans la superstition», observe Marcus Ganeo. Car selon le médecin du sport, ce produit ne crée pas d'addiction.

Nico Gross a découvert le sel odorant quand il était junior en Amérique du Nord.
Nico Gross a découvert le sel odorant quand il était junior en Amérique du Nord. image: freshfocus

Pourtant, Nico Gross a augmenté sa consommation à Zoug.

«Pendant un certain temps, je n'en prenais que pendant les play-offs, mais désormais, je snife avant chaque match»

Il est question de snus, un produit dont raffolent aussi les hockeyeurs👇

Ainsi, le défenseur zougois utilise une centaine de bâtonnets par saison. Rathgeb, lui, achète six flacons. Le Biennois a parfois aussi besoin du sel odorant quand il conduit sa voiture, lorsqu'il sent qu'il est fatigué.

Eau dans les bronches et saignements de nez

«Parfois, j'ai l'impression que ça me brûle le nez», témoigne le Seelandais. Oui, il faut le savoir: l'inhalation fréquente d'ammoniaque présente aussi des dangers. Le docteur Ganeo met en garde:

«L'irritation peut endommager ou brûler les muqueuses. Dans le pire des cas, il y a de la rétention d'eau dans les bronches ou des saignements de nez»

Le sel odorant est répandu dans des sports comme le football américain ou l'haltérophilie. En boxe, il a été interdit dans la plupart des compétitions. La raison: en réveillant des combattants groggy, il peut masquer des symptômes graves comme ceux d'une commotion cérébrale.

En hockey sur glace, le sel odorant n'est donc ni interdit ni sur la liste des produits dopants. Alors pour les spectateurs proches de la glace qui seraient incommodés par son odeur, heureusement qu'il reste les doux effluves des saucisses, frites ou vin chaud.

Adaptation en français: Yoann Graber.

Ces inventions «révolutionnaires» déjà vintage
1 / 9
Ces inventions «révolutionnaires» déjà vintage
source: shutterstock
partager sur Facebookpartager sur X
Andri Ragettli n'a pas besoin de skis pour faire des cascades
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce grand club de rugby a un rituel particulier avant ses matchs européens
Le Stade Toulousain a pris l'habitude de faire venir une personnalité extérieure au vestiaire pour mettre toutes les chances de son côté.

Le Stade Toulousain dispute le match européen le plus important de sa saison contre le Leinster, ce samedi en finale de la Coupe des champions (dès 15h45 au Tottenham Hotspur Stadium). Et pour que sa belle série de victoires dans la compétition se poursuive, il a décidé de ne rien changer à ses habitudes: comme avant chaque match du plus prestigieux tournoi continental, il a sollicité l'aide d'un arbitre.

L’article