Sport
Iran

Etats-Unis-Iran: le régime menace ses propres joueurs

Iran-USA
Image: ap

Avant le match contre les Etats-Unis, l'Iran menace ses propres joueurs

Mardi soir, les équipes des Etats-Unis et de l'Iran s'affronteront au Qatar. Pour la deuxième fois de l'histoire, un duel entre ces deux pays ennemis aura lieu au sein de la Coupe du monde de football. Mais les joueurs iraniens sont mis sous pression par le régime.
29.11.2022, 17:02
Renzo Ruf, Washington / ch media
Plus de «Sport»

Les nerfs sont tendus avant la rencontre historique entre l'Iran et les Etats-Unis lors de la Coupe du monde de football. Le match débute ce mardi à 20 heures. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que le régime iranien est sur les dents.

Les forces de sécurité iraniennes auraient menacé des membres de la famille des footballeurs de l'équipe nationale, afin que ces derniers se «comportent correctement» pendant le match de mardi. Comprendre: qu'ils ne montrent aucun signe de solidarité avec le mouvement de protestation qui agite en ce moment la République islamique.

Menaces de violence et de torture

Selon une correspondante de CNN, des dizaines de membres de la Garde révolutionnaire, l'organisme de contrôle et de répression du régime des Mollahs, se trouveraient au Qatar pour surveiller les joueurs iraniens.

Ceux-ci auraient interdit aux footballeurs de rencontrer des étrangers et leurs familles auraient été menacées d'être violentées en cas de violation des règles. On fait même état de menaces de torture.

Des fans anti-régime écartés du stade

La semaine dernière, les joueurs iraniens avaient refusé de chanter l'hymne national avant leur premier match. Pendant le deuxième match, contre le Pays de Galles, ils ont chanté à demi-mot, tandis que le public du stade les huait bruyamment.

Des supporters qui brandissaient des drapeaux portant le slogan de protestation iranien «Femmes, vie, liberté» auraient été priés par les forces de sécurité de quitter l'enceinte du stade.

La fédération américaine met de l'huile sur le feu

Ce week-end, la fédération américaine de football U.S. Soccer a jeté de l'huile sur le feu. Elle a publié sur son site Internet un drapeau iranien sur lequel le symbole central de la République islamique était absent, avant de le retirer, à la suite des vives protestations de la fédération iranienne de football. Celle-ci exigeait même l'exclusion des Etats-Unis de la Coupe du monde. La Maison Blanche a démenti avoir été au courant de cette action.

Le sélectionneur américain Gregg Berhalter s'est excusé lundi pour cette action symbolique, «au nom des joueurs et du personnel d'encadrement de l'équipe nationale», bien que ceux-ci n'aient pas été consultés au préalable. Tyler Adams, le capitaine de l'équipe âgé de 23 ans, s'est également excusé pour avoir mal prononcé «Iran».

En 1998, une toute autre histoire

Le match entre les Etats-Unis et l'Iran est la deuxième rencontre entre les deux équipes nationales lors d'une Coupe du monde de football depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, au début des années 1980. La dernière fois que les deux équipes se sont rencontrées, c'était lors de la Coupe du monde en France en 1998. L'Iran s'était imposé 2-1, à la grande surprise des Américains.

Les nerfs étaient également tendus avant ce match, Téhéran avait alors appelé l'équipe américaine «Satan». Les joueurs avaient toutefois décidé d'ignorer les différends politiques entre les deux Etats. Les Iraniens avaient offert des roses blanches aux Américains, en guise d'amitié. Les deux équipes avaient ensuite posé pour une photo de groupe et ont reçu une distinction de la Fifa pour ces gestes. Une époque qui semble bien loin.

#justiceformasha: colère sur les réseaux après la mort de Masha Amini
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Zurich renverse Lausanne en 84 secondes et s'offre le 3e acte de la finale
Les ZSC Lions étaient menés 2-1, samedi à domicile, avant de faire basculer la rencontre grâce à deux buts inscrits en moins de deux minutes. Ils l'ont finalement emporté 4-2 et ont repris l'avantage (2-1) dans cette finale des play-off.

Le hockey peut être un sport cruel. Les Vaudois en ont fait l'amère expérience samedi soir à Zurich. Alors qu'ils menaient 2-1, ils ont connu un trou d'air sous la pression adverse pour voir le score passer de 1-2 à 3-2 en très peu de temps. Et même si derrière, le «Z» n'a pas franchement de quoi bomber le torse, le vainqueur de la saison régulière a mérité son succès en sachant frapper au bon moment.

L’article