Sport
Jeux olympiques

JO de 2030: le grand match entre les projets français et suisse

A Swiss flag is seen on the ski slope before the women's Downhill race at the FIS Alpine Ski World Cup in Crans-Montana, Switzerland, Sunday, February 26, 2023. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Image: KEYSTONE

Le grand match entre les projets français et suisse pour les JO de 2030

La France s'est portée candidate pour l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 2030. Son dossier ressemble beaucoup à celui actuellement discuté en Suisse. Voici les points communs et les différences entre les deux projets.
09.11.2023, 06:0219.11.2023, 14:07
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Paris 2024 n'a pas rassasié les Français. Ils ont déposé ce mardi une candidature auprès du Comité international olympique en vue de l'organisation des Jeux d'hiver de 2030. Un événement sur lequel se penche également la Confédération, puisque Swiss Olympic a fait part de sa volonté de postuler.

A première vue, la candidature tricolore a de nombreuses similitudes avec le projet suisse. La France se positionne dans l'air du temps, elle veut des Jeux «sobres», comme ici. Toutefois, quelques éléments diffèrent entre les deux pays. Décortiquons ces deux projets menés de part et d'autres des Alpes, avec les premiers éléments qui nous sont donnés.

Géographie

Le dossier français n'implique pas une ville, mais bien les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Auvergne-Rhône-Alpes, soit l'ensemble du massif alpin français, de Nice à la Haute-Savoie. Il y a là comme une ressemblance avec le projet helvétique, car la Suisse compte organiser les Jeux à l'échelle nationale, dans les quatre régions linguistiques du pays.

Si la candidature française est retenue, la cérémonie de clôture pourrait se dérouler à l'Allianz Riviera de Nice.
Si la candidature française est retenue, la cérémonie de clôture pourrait se dérouler à l'Allianz Riviera de Nice.image: shutterstock

Côté superficie, le territoire des deux régions françaises est plus de deux fois supérieur à la Suisse, mais si l'on se concentre uniquement sur l'arc alpin, là où se dérouleraient les Jeux en cas d'attribution à la France, nous sommes sur des surfaces plus ou moins équivalentes. Bien loin donc d'un événement organisé dans une même ville et ses montagnes alentours, dans les deux cas.

Le principe de décentralisation est appliqué en France pour les mêmes raisons qu'en Suisse: la maîtrise des coûts et l'utilisation d'infrastructures existantes, dans une démarche écologique et durable.

Budget

Le projet français est pour l'heure estimé à 1,5 milliard d'euros, un montant très légèrement inférieur à la première évaluation helvétique, puisqu'une somme identique est annoncée, mais en francs. Près de la moitié du budget suisse pourrait provenir de la contribution financière du CIO, le reste serait apporté par les partenariats privés et la billetterie.

«Avec ces recettes et selon l’approche dite "built-to-budget", nous parvenons à financer les dépenses opérationnelles des Jeux»
Urs Lehmann, président de Swiss Ski et membre du comité de pilotage

La Confédération et les cantons seraient toutefois sollicités pour une participation financière de 50 millions de francs. Ce montant serait utilisé dans les dispositifs de sécurité, et pour des projets liés à l'héritage olympique.

Sites

La France indique vouloir utiliser à 95% des sites existants, notamment certains construits pour les JO d'Albertville. Elle devrait en théorie construire une patinoire à Nice, sans que l'on sache véritablement ce qui est prévu pour l'anneau de vitesse - une infrastructure toujours problématique dans les pays où le patinage n'a rien d'un sport national. Il y aura quatre grands pôles: celui de la région niçoise, le Briançonnais, la Savoie et la Haute-Savoie.

La France propose d'organiser la descente, le combiné et le géant à Courchevel-Méribel, là où Marco Odermatt a décroché deux titres mondiaux en 2023.
La France propose d'organiser la descente, le combiné et le géant à Courchevel-Méribel, là où Marco Odermatt a décroché deux titres mondiaux en 2023.Image: keystone

En Suisse aussi, l'événement serait dispersé sur plusieurs sites déjà existants, et ce, aux quatre coins du pays. Swiss Olympic pourrait également délocaliser des épreuves à l'étranger, pour ne pas avoir à construire un anneau de vitesse par exemple.

Ce ne serait pas une première. Rappelons que lorsque Lausanne avait organisé les Jeux olympiques de la jeunesse en 2020, le comité d'organisation n'avait pas hésité à transférer certaines disciplines nordiques dans le Jura français, en l'occurence la station des Rousses et son site des Tuffes.

Savoir-faire

La France sait organiser - elle a régulièrement fait ses preuves depuis l'attribution des Jeux de 2024 à la ville de Paris. Rien que cette année, elle a accueilli deux grands événements sportifs internationaux: la Coupe du monde de rugby et les Championnats du monde de ski alpin.

Il en va de même pour la Suisse, qui communique d'ailleurs à ce sujet puisque d'ici 2027, seront organisés des Championnats du monde dans au moins 9, voire 10, des 14 sports olympiques pratiqués l'hiver.

C'est à Lenzerheide dans les Grisons qu'auront lieu les Championnats du monde de biathlon en 2025.
C'est à Lenzerheide dans les Grisons qu'auront lieu les Championnats du monde de biathlon en 2025.Image: KEYSTONE

Histoire

Le fait que la France soit déjà en charge de Paris 2024 peut être perçu de deux façons. Cela pourrait être un point négatif si le CIO estime que la France doit davantage patienter pour l'organisation d'un nouvel événement, mais étant donné qu'il s'agit cette fois d'une olympiade d'hiver, cela reste peu probable, et six années devraient suffire. La France pourrait surtout surfer sur la dynamique de Paris 2024 et son expérience, pour proposer une candidature qui frôle la perfection, et ainsi être retenue quelques jours avant le début des JO de Paris.

La Suisse, elle, n'a plus organisé les Jeux olympiques depuis 1948, et c'est un avantage indéniable. A titre de comparaison, la dernière fois que la France a accueilli les Jeux d'hiver, c'était en 1992 à Albertville. La Suisse possède un autre atout de taille: sa proximité avec les acteurs majeurs du sport mondial, à commencer par le CIO, installé à Lausanne depuis 1915. Pour ce qui est du lobbying, la France peut néanmoins compter sur David Lappartient, président de l'Union cycliste internationale, qui a pris il y a peu la tête du Comité national olympique et sportif français.

Culture

Dans les deux pays, règne la culture des sports d'hiver, et si ce n'est pas toujours vrai pour l'ensemble du territoire français, le pays reste un acteur majeur des sports blancs. En France comme en Suisse, les projets sont à l'opposé de ceux de Sotchi, Pyeongchang ou encore Tokyo, que nous avons connu lors des dernières olympiades. Au cas où l'un de ces deux dossiers l'emporterait, les épreuves se disputeraient dans des lieux connus des épreuves de Coupe du monde, qui ont une véritable histoire avec le sport et la montagne.

Politique

La candidature française est largement portée par les politiciens, à commencer par Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Les Français ne sont pas consultés, le projet est en place, il ira au bout, du moins jusqu'à ce que le CIO le permette.

En Suisse, pour ne pas enterrer une nouvelle fois un tel dossier, comme ce fut le cas par le passé lors de différentes «votations», il n'y aura pas de référendum national. Certains cantons concernés pourraient néanmoins s'exprimer par le biais des urnes.

«En cas de refus d’un canton, nous avons envisagé des plans B (qui consistent à revoir la carte des sites)»
Urs Lehmann, président de Swiss Ski et membre du comité de pilotage
Urs Lehmann, le boss du ski suisse.
Urs Lehmann, le boss du ski suisse.Image: KEYSTONE

Le Parlement du sport doit se prononcer sur la poursuite ou non du projet le 24 novembre. Le CIO devra ensuite accepter la candidature, puis il y aura de longs échanges entre Swiss Olympic et le Comité international olympique pour peaufiner le dossier.

Athlètes

Martin Fourcade, quintuple médaillé d'or olympique et membre de la commission des athlètes du CIO, a apporté son «soutien engagé» à la candidature française. Tout comme Marie Bochet, octuple championne paralympique. Pour l'heure, les soutiens restent néanmoins limités, ce qui surprend pour un pays qui doit ses Jeux de Paris 2024 à ses athlètes, largement impliqués dans le projet, et ce, dès le départ. En Suisse, la situation est identique, les sportifs sont discrets à ce sujet, il faut dire que la candidature n'est pas encore officialisée.

Population

En France, un récent sondage IFOP indique que 73% des habitants des Hautes-Alpes et des Alpes-Maritimes, deux départements concernés par la tenue de l'événement, sont favorables «à l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2030 respectueux de l’environnement des Alpes françaises et compatibles avec les impératifs climatiques».

Dans son rapport dévoilé aux médias, Swiss Olympic présente de son côté un sondage de l’institut gfs.bern dans lequel 67% des personnes interrogées se déclarent favorables à des Jeux olympiques et paralympiques en Suisse. Début octobre, une enquête Tamedia révélait que 55% des Suisses étaient favorables «à l'idée d'organiser en 2030 des Jeux olympiques sur l'ensemble du territoire national en utilisant les infrastructures existantes».

Objectif

La France vise uniquement les Jeux de 2030, Salt Lake City faisant figure d'épouvantail pour 2034. La Suisse, elle, est plus ouverte, se positionnant en priorité pour 2030, mais ne fermant pas la porte à 2034 voire 2038.

Bilan

Il apparaît que la France est un sérieux concurrent dans la course aux Jeux de 2030, du fait de sa candidature, proche de celle de la Suisse, à bien des égards. La dynamique française, lancée avec Paris 2024, est à craindre, tout comme les réticences qui, pour l'instant, semblent plus importantes en Suisse qu'en France. Nos voisins ont pris un premier ascendant, puisque leur candidature est déjà soumise, et que la Suisse doit encore attendre l'autorisation du Parlement du sport, qui n'est pas garantie.

N'oublions pas qu'il ne s'agit pas d'un match à deux, mais à trois voire à quatre, puisque la Suède se montre elle aussi intéressée pour 2030, avec un dossier bien ficelé, et que les Etats-Unis se disent près à avancer leur projet de quatre ans si nécessaire.

Les candidats à la succession de Berset
1 / 8
Les candidats à la succession de Berset
Matthias Aebischer est journaliste. Il est connu en Suisse alémanique pour avoir été le présentateur du téléjournal et d'autres émissions de la SRF dans les années 2000. Âgé de 56 ans (si, si!), il est conseiller national depuis 2011.
source: sda / alessandro della valle
partager sur Facebookpartager sur X
McLaren réalise un record au Grand Prix du Qatar
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
L'UEFA impose des contraintes à la RTS pendant l'Euro
La chaîne TV publique romande, qui diffuse en direct tous les matchs du Championnat d'Europe de football (14 juin au 14 juillet), est tenue de respecter des consignes strictes de la part de l'organisateur.

La SSR (Société suisse de radiodiffusion et télévision) fait partie des partenaires privilégiés de l'Union des associations européennes de football (UEFA). Alors que dans les pays voisins, de nombreux matchs du Championnat d'Europe ne peuvent être vus qu'en franchissant des barrières payantes, les 51 matchs sont diffusés en direct et en clair sur les chaînes de la SSR (et donc la RTS).

L’article