DE | FR
Xherdan Shaqiri, le génie qu'on désespère d'attendre à l'Euro 2020. watson

Le sélectionneur national a rappelé Shaqiri sur le banc samedi face au Pays de Galles. Image: Keystone

Xherdan Shaqiri, le génie qu'on désespère d'attendre

Quand il traverse ses matches sans coups d'éclat, ce qui lui arrive de plus en plus souvent, «XS» n'est qu'un joueur moyen, presque inutile. Et si Vladimir Petkovic le faisait débuter sur le banc, mercredi soir face à l'Italie?

Julien Caloz
Julien Caloz



Stéphane Henchoz a toujours défendu les performances de Xherdan Shaqiri en équipe de Suisse. Mais depuis samedi et le match nul contre le Pays de Galles (1-1), il n'est plus très sûr de vouloir encore le faire. «Avant cette rencontre, cela ne faisait aucun doute, Shaqiri devait commencer la partie. Mais puisqu'il n'a rien apporté sur le terrain, ni avec le ballon, ni dans le repli défensif, la question de sa titularisation contre l'Italie se pose

Michel Pont est lui aussi saisi d'un doute. Ce joueur, qu'il appelle «Shaq», il l'a vu grandir, flamber. Il lui a témoigné beaucoup d'affection et ce n'est pas fini. «Je l'aime encore aujourd'hui», dit-il.

Switzerland's Xherdan Shaqiri, right, and Swiss assistant coach Michel Pont, left, talk to journalists during a media conference of the Swiss national soccer team in Porto Seguro, Brazil, Friday, June 13, 2014. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Un instant de complicité en 2014. Image: KEYSTONE

Mais l'ancien adjoint de la sélection est un homme de football, et il en connaît les règles. Alors, quand on lui demande si son protégé est toujours indispensable à la nation, il hésite. «J'ai toujours pensé que oui, mais je ne sais plus.»

Vladimir Petkovic n'a pas d'autre joueur avec le même profil dans son effectif («sinon Shaqiri ne jouerait pas», dit Henchoz sans ambiguïté), mais il a suffisamment de solutions sur le banc pour modifier son plan de jeu.

Bild

«Avec Zakaria et Freuler dans un 3-5-2, on gagnerait en sécurité sans le ballon, ce qui ne serait pas négligeable face à une formation comme l'Italie, soutient Henchoz. Or dans ce système, il n'y a pas de place pour Shaqiri.»

Ce n'est pas la première fois que l'immunité dont a longtemps bénéficié le «Nain magique» est remise en question. Dans un article daté du 9 juin, le Badener Tagblatt se demandait déjà si l'équipe nationale avait vraiment besoin de Shaqiri.

Ces doutes, personne n'avait osé les formuler avec autant de convictions par le passé. Parce que Xherdan Shaqiri, c'était la fierté du football suisse, le garçon au talent hors-norme que les grands clubs s'arrachaient et qui, convaincu d'un destin supérieur, débarquait face aux médias les mollets gonflés d'orgueil, un Vuitton en bandoulière sur une veste Gucci.

Xherdan Shaqiri der Schweizer Nationalmannschaft bei der Ankunft im Hotel Panorama Resort und Spa, aufgenommen am Montag, 3. September 2018, in Feusisberg. (KEYSTONE/Ennio Leanza)

Quand il faisait encore l'unanimité. Image: KEYSTONE

Mais maintenant que sa confiance est impactée par son faible temps de jeu à Liverpool (819 minutes cette saison), que ses blessures à répétition suscitent des doutes sur son hygiène de vie et que ses pieds racontent une autre histoire aux défenseurs, la défiance grandit. Même s'il est impliqué sur la moitiés des buts suisses dans les grands tournois depuis 2014, le joueur de 29 ans a traversé la plupart de ces rencontres avec une nonchalance suspecte, un dégoût du duel et une maladresse technique dont il ne semblait guère affecté. Il en résulte une impression générale de gâchis.

«Shaqiri est plus souvent très moyen que très bon»

Stéphane Henchoz

Pour supporter le «très moyen», et se réjouir du «très bon», un confrère ayant suivi l'équipe de Suisse pendant des années ne regarde plus la Nati sans une certaine dose de bière, de biscuits apéritifs et de fatalisme. «J'ai arrêté de m'énerver avec Shaqiri depuis que j'ai plus la moindre attente. Si tu en as avec ce genre de joueur, tu es forcément déçu. Soit la surprise vient, soit elle ne vient pas. »

C'est encore plus beau quand c'est inespéré 💥

abspielen

«XS» a égalisé contre la Pologne d'un superbe ciseau lors de l'Euro 2016. Vidéo: YouTube/UEFA

Depuis, Shaqiri est retombé sur terre, multipliant les performances anodines. Le public en a souffert, mais pas autant que ses entraîneurs. Que faire avec un joueur dont Michel Pont souligne toute la singularité en expliquant qu'après son horrible prestation contre les Gallois, «il peut te faire la trignolette contre l'Italie?» «C'est compliqué, reconnaît Henchoz, qui a entraîné Xamax et Sion. Avec ce genre de profil, tu es toujours en train d'attendre le coup d'éclat. Et s'il ne vient pas, tu es le con qui n'a pas sorti le joueur avant.»

Ce mercredi soir encore, s'il débute la partie ou entre en cours de match, le public guettera le moindre de ses crochets, la moindre de ses transmissions avec le secret espoir que l'une de ses inspirations fasse basculer la rencontre dans l'irrationnel.

Xherdan Shaqiri doit-il débuter sur le banc face à l'Italie?

Ce n'est pas gagné car Shaqiri «n'a pas de rythme dans les jambes et n'est pas en confiance, ce qui est normal: aucun joueur au monde ne serait dans de meilleures dispositions avec si peu de matches disputés cette saison», est obligé de souligner Stéphane Henchoz, qui ne garde pas un grand souvenir de la prestation du Suisse contre West Bromwich il y a pile un mois en Premier League. «Ce qu'il a fait ce jour-là avec Liverpool, j'aurais pu le faire. Même un footballeur de 60 ans aurait pu. Il est simplement venu chercher les ballons dans les pieds des centraux avant de les redistribuer latéralement, sans pression.»

L'ancien défenseur aux 72 sélections y voit le signe d'un homme qui doute, à tout le moins d'un joueur «qui n'ose pas». Or l'audace a souvent distingué Xherdan Shaqiri de ses coéquipiers. Sans elle, il se rapproche dangereusement de ce joueur moyen dont on attend désespérément le coup d'éclat, et qui finalement ne vient jamais.

Plus d'articles sur le sport

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Les plans foireux de Southgate pour les tirs au but

Link zum Artikel

Les stars du tennis boudent-elles les JO?

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Il a transformé Golubic en championne et raconte

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

Alvaro Morata, le besogneux incompris

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

La France va latter la Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel

Tous les résultats et classements de l'Euro 2020 en un clin d'œil

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Pays de Galles doute encore de sa tactique, mais pas de ses hommes

Le premier adversaire de la Suisse à l'Euro (samedi à 15h) est une équipe douée collectivement et menée de main de maître par un sélectionneur «ferme mais juste». Présentation.

Ils vont pénétrer sur la pelouse les veines gonflées d'orgueil et glorifiant leurs ancêtres, ces «braves guerriers, si nobles et si vaillants, qui versèrent leur sang pour la liberté» (hymne gallois). Puis le match va débuter et on saura très vite si ces footballeurs qui ont un dragon sur leur maillot sont aussi redoutables qu'ils en ont l'air.

Ce Suisse-Pays de Galles est, paraît-il, le match le plus facile qui attend les Helvètes dans le tournoi, et c'est vrai; mais uniquement parce que …

Lire l’article
Link zum Artikel