Sport
Netflix

Netflix a enjolivé le duel entre Dani Arnold et Ueli Steck

Netflix diffuse «La course aux sommets», un documentaire sur la rivalité entre Dani Arnold et Ueli Steck. Mais pour les deux hommes, elle n'a jamais existé.
Dani Arnold et Ueli Steck au pied de l'une de leurs obsessions: la face Nord de l'EigerImage: KEYSTONE

Netflix a enjolivé le duel entre les deux stars de l'alpinisme suisse

La plateforme de streaming diffuse actuellement un documentaire sur la rivalité entre Dani Arnold et Ueli Steck. Mais pour les deux hommes, elle n'a jamais existé.
13.11.2023, 18:5214.11.2023, 10:35
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Début octobre, Netflix a mis en ligne «La course aux sommets», un documentaire d'1h30 sur deux des plus grands alpinistes suisses de l'histoire: Ueli Steck et Dani Arnold.

La bande-annonce

Les images sont dingues, les témoignages bouleversants et le scénario savamment construit: il insiste sur la lutte féroce à laquelle les deux Alémaniques se sont livrés pendant des années et à distance, chacun cherchant à aller plus vite que l'autre sur des faces nord aussi mythiques que celles de l'Eiger, du Cervin ou des Grandes Jorasses. Cette course effrénée vers les sommets est d'ailleurs le titre donné au programme.

Plusieurs intimes des deux hommes apparaissent au fil du récit, offrant chacun un regard précieux sur la personnalité enfouie des protagonistes. L'un des intervenants se nomme Robert Bösch. Photographe et alpiniste, c'est lui qui a immortalisé le premier record (2h47) de son ami Ueli Steck dans l'ascension de l'Eiger en 2008. «Un moment historique pour l'alpinisme et la presse», dit-il face caméra.

Ueli et Robert lors d'une expédition.
Ueli et Robert lors d'une expédition.Image: robert boesch

Mais depuis que le documentaire est sorti, Bösch est contrarié. Il estime que la façon dont le montage a été réalisé raconte une autre histoire que celle d'Ueli Steck, dont il était très proche. Il s'en est épanché dans le Tages-Anzeiger, expliquant que le film «suggérait une chose tout simplement fausse»:

«Ueli Steck et Dani Arnold ne se sont jamais battus en duel sur différentes faces nord en essayant de grimper le plus vite possible (...) C'est totalement absurde»

Si Robert Bösch a eu l'impression que le documentaire était tout entier tourné vers l'affrontement entre les deux cadors du «speed solo» (discipline qui consiste à grimper le plus rapidement possible sans aucune sécurité), il a eu totalement raison, car c'est l'angle très accrocheur retenu par les réalisateurs (Nicolas de Taranto et Götz Werner). Ce choix peut s'expliquer par le fait que de nombreux reportages et articles ont déjà été tournés et écrits sur Ueli Steck, si bien qu'un point de vue nouveau devenait nécessaire, sans compter que pour séduire Netflix et son public, il n'y a rien de mieux que le suspense et la tension.

Ça ressemble à «un drame hollywoodien»

Toute la question est de savoir s'il était juste de confronter les destins de ces deux personnalités hors-normes, quitte à donner l'impression que l'un et l'autre étaient obsédés par cette quête de records et de notoriété entre 2011 (meilleur temps d'Arnold sur l'Eiger) et 2017 (décès de Steck). Les réalisateurs en font le pari, enhardis par les personnalités antinomiques des deux forçats de la montagne, qu'ils caricaturent en control-freak (Steck) et en mangeur de saucisse (Arnold).

IMAGE DISTRIBUTED FOR MAMMUT - In this image released on Thursday, Oct. 12, 2017, Mammut Pro Team Alpine athlete Dani Arnold journeys up the Eiger-Nordwand in Switzerland. The first time this ascent w ...
Arnold en pleine course sur l'Eiger en 2017.Image: KEYSTONE

Cette concurrence exacerbée est contestée par Robert Bösch, donc, mais aussi par Dani Arnold lui-même. «Il n'est pas très à l'aise lorsqu'il voit ce que les réalisateurs de Netflix ont fait, relate la Neue Zürcher Zeitung, qui a rencontré l'alpiniste uranais. Pour lui, le résultat ressemble trop à un drame hollywoodien. Steck et lui sont montés l'un contre l'autre comme des héros de film. Cela a tellement préoccupé Dani Arnold qu'à un moment, il n'en a presque plus dormi.»

«Je n'ai jamais cherché la compétition avec Ueli Steck», soutient Arnold dans la NZZ. Un discours qu'il tenait déjà dans Le Temps en 2019:

«La concurrence, elle n’a à mon sens jamais vraiment existé. Ueli Steck était pour moi d’abord un modèle. Je ne le considérais pas comme un concurrent. Lui non plus, je crois»
Dani Arnold

Robert Bösch affirme également qu'il n'y a jamais eu de duel entre les deux hommes. «Ne serait-ce que parce que leurs exploits étaient très espacés dans le temps.» Surtout, ils n'ont jamais grimpé la même face dans les mêmes conditions. Ueli Steck lui-même avait affirmé après son ascension record sur l'Eiger en 2015 que «ce genre de performance dépend tellement des conditions qu'on peut difficilement les comparer».

Des critiques déjà en F1 et en cyclisme

C'est finalement en tenant compte uniquement de leurs chronos que les réalisateurs les départagent, et l'on touche là sans doute aux limites des documentaires sportifs lorsqu'ils sont envisagés comme des divertissements destinés au grand public. Netflix avait d'ailleurs essuyé des critiques (déjà) pour sa façon de dépeindre la Formule 1 et le cyclisme dans ses deux précédents programmes.

Max Verstappen a ainsi décidé de boycotter la série «Drive to survive» au motif que «le show qui dépeint les coulisses du paddock, en montrant l’envers du décor et en se nourrissant des différentes intrigues entre les écuries, serait trop scénarisé à ses yeux», relate RMC, qui décrit un programme «pas assez fidèle à la réalité, avec une tendance à exagérer certaines tensions pour plaire toujours plus au public».

Ce sentiment a aussi été celui du coureur cycliste Wout van Aert lorsqu'il a découvert que la série sur le Tour de France, diffusée l'été dernier sur Netflix, le présentait en mauvais termes avec son coéquipier Jonas Vingegaard.

«C’est assez troublant de retrouver à l'écran des choses qui n’ont jamais existé. Pour moi, la série essaie surtout de créer l’agitation. Jonas et moi sommes de très bons amis. L’accent est mis sur les moments où il est difficile de prendre la bonne décision, mais il y a aussi eu énormément de moments au cours desquels Jonas et moi nous sommes rendus plus forts et avons parfaitement collaboré. Malheureusement, tout cela est éclipsé dans la série...»
Wout van Aert dans Sporza.
Denmark's Jonas Vingegaard, left, and Belgium's Wout Van Aert take a break during a training near Bilbao, Spain, Thursday, June 29, 2023. The Tour de France cycling race starts on Saturday,  ...
Vingegaard et van Aert.Image: AP

Tordre la réalité pour sublimer la fiction est exactement ce que reprochent aujourd'hui Robert Bösch et Dani Arnold aux réalisateurs de la «Course aux sommets», un programme qui n'avait pas vraiment besoin de ça: les images sont si impressionnantes, et le destin des deux hommes si exceptionnel qu'il n'était pas nécessaire de monter les deux alpinistes l'un contre l'autre pour rendre le documentaire captivant.

Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Andri Ragettli n'a pas besoin de skis pour faire des cascades
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On a vu le documentaire Prime Video sur Federer en avant-première
Dans Twelve Final Days, Roger Federer évoque les derniers jours de sa carrière. Il ouvre ses archives et la porte de sa maison. Le documentaire sortira le 20 juin. Nous l'avons vu en avant-première.

Ce sont des images qui n’ont jamais été destinées au public, et qui pourtant, ravissent déjà des millions de personnes. Pour le documentaire Twelve Final Days retraçant les derniers jours de sa carrière, Roger Federer ouvre ses archives personnelles et donne un aperçu inédit de sa vie.

L’article