Sport
PSG

PSG: pas encore payé, déjà à vendre, Ekitike symbolise les errances

epa10510499 Hugo Ekitike of Paris Saint-Germain reacts after the UEFA Champions League Round of 16, 2nd leg match between Bayern Munich and Paris Saint-Germain in Munich, Germany, 08 March 2023. EPA/A ...
Hugo Ekitike, attaquant du PSG. Image: EPA

Pas encore payé, déjà à vendre, Ekitike symbolise les errances du PSG

Prêté au PSG avec une option d'achat obligatoire, Hugo Ekitike y est devenu le remplaçant le plus cher de France. Si la critique vire au bashing, elle vise surtout la stratégie du club et celui qui en incarne les aberrations.
06.04.2023, 16:5406.04.2023, 19:01
Plus de «Sport»

Comme si la différence de niveau n'était pas assez nette, le hasard a voulu que le Bayern et le PSG lancent leur grande recrue de l'été au même moment, le 8 mars 2023, dans les derniers instants de leur duel en Ligue des champions (2-0). C'est ce qu'on appelle un va-tout.

  • 81e minute: entrée d'Hugo Ekitike dans les rangs parisiens
  • 82e minute: entrée de Sadio Mané dans les rangs munichois

Pour résumer la pensée générale: tandis que le Bayern dégainait sa Winchester, le PSG sortait sa catapulte. Ce qui fit dire à Kylian Mbappé, dans un constat à peine plus global: « Ils ont une équipe bâtie pour gagner la Ligue des champions (...). Nous, notre maximum, c’est ça.»

Ekitike a conclu sa première intervention par un contrôle de la poitrine complètement raté. Depuis, l'attaquant parisien est le souffre-douleur de la twittosphère.

Officiellement, le PSG a vu en lui un grand espoir du football français, 1,89 mètre sous la toise doublé d'une personnalité non moins imposante. Ekitike, 20 balais et quelques brouettes, était l'archétype de l'avant-centre moderne, une sorte d'Ibrahimovic de salon: agile et rapide malgré sa taille, fort dans la surface et intelligent en dehors. Théoriquement.

Après quelques bouts de match accordés sous la complainte, Galtier a remarqué que le garçon n'avait pas la bonne attitude et ne prenait pas la profondeur (étrange répulsion pour un avant-centre moderne). Ekitike a passé son temps de jeu épars à attendre des ballons que Messi ne voulait pas lui donner et à recevoir des soufflantes que Neymar ne pouvait pas réprimer.

Comment pouvait-il percer dans ce contexte, face à la concurrence d'une baronnie locale (Mbappé) et d'une vieille aristocratie catalane (Messi, Neymar)? Impossible n'est pas français. Mais parfois les dictons, eux aussi, ne veulent rien dire.

Pour ceux qui ignoreraient ces basses contingences budgétaires, Etikite n'appartient pas encore au PSG: les 35 millions d'euros de son transfert définitif entreront dans les comptes au prochain mercato, à l'activation d'une option d'achat obligatoire. En clair, le PSG, l'été prochain, fera coup double: il achètera Etikite... tout en essayant de le revendre. Car, non, il n'est plus question d'attendre qu'il devienne moderne, selon les sources historiquement bien informées du Parisien.

Pour le même prix, ou presque, Liverpool a acheté Cody Gakpo; et les supporters parisiens continuent de penser qu'ils ne luttent pas à armes égales (Winchester contre catapulte, acte II).

Avec pour tout CV une dizaine d'apparitions sous le maillot de Reims, Hugo Ekitike a rallié la capitale au motif que le PSG est son club de cœur et Mbappé son joueur préféré. Aujourd'hui, le dépit amoureux gagne toutes les parties de cette pénible affaire. Si les critiques contre le jeune homme virent au bashing, elles visent surtout la stratégie du club et celui qui en incarne les aberrations, des accusations de copinage entre les présidents du PSG et de Reims aux étranges fantasmes (le nouvel Ibra... 🤨 ) du consultant sportif parisien Luis Campos.

Ekitike n'est peut-être pas encore moderne ni totalement imposant. Mais ce n'est tout de même pas sa faute si les Qataris lui ont offert 400 000 euros par mois.

Alisha Lehmann est une super footballeuse
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Zurich, le 12e homme est descendu sur le terrain
Des fans zurichois ont déblayé la neige durant la partie contre Saint-Gall. Leur intervention a été saluée, mais elle a aussi suscité des critiques.

Quelques minutes avant le début du match entre Zurich et Saint-Gall, dimanche après-midi au Letzigrund, la neige s'est mise à tomber en abondance et la pelouse a été blanchie en un rien de temps. L'arbitre Lionel Tschudi a toutefois décidé de donner le coup d'envoi, mais il a dû interrompre les débats après cinq minutes, le terrain étant devenu impraticable.

L’article