larges éclaircies
DE | FR
4
Suisse
Analyse

La Suisse a un problème d'immigration

ZUM 75-JAEHRIGEN JUBILAEUM DER SBB BAHNHOFUHR (1944) STELLEN WIR IHNEN FOLGENES BILDMATERIAL ZUR VERFUEGUNG --- Italienische Gastarbeiter steigen am 1. Juni 1979 im Hauptbahnhof Zuerich, in den bereit ...
Le 1er juin 1979, des travailleurs immigrés italiens montent dans un train spécial déjà bondé à la gare centrale de Zurich pour se rendre en Italie en vue des électionsimage: PHOTOPRESS-ARCHIV
Analyse

La Suisse a un problème d'immigration, mais pas celui auquel vous pensez

La Suisse fait face à un manque de main d'œuvre dans de nombreux secteurs d'activités. Mais outre un manque de qualifications, il y a surtout un manque de personnes. Explications.
04.12.2022, 08:0004.12.2022, 11:12
Dennis Frasch
Dennis Frasch
Dennis Frasch
Suivez-moi

Depuis que les restrictions liées au Covid-19 ont disparu, l'économie suisse est en plein essor. Les entreprises investissent, les clients consomment. Mais il manque des gens: des gens qui travaillent.

De nombreux secteurs sont concernés

Le mot-clé est «pénurie de main-d'œuvre». Tous les secteurs de l'économie se plaignent de la difficulté à trouver du personnel qualifié. Les plus touchés sont les domaines de la santé, de l'informatique et de l'ingénierie.

La dernière statistique qui illustre ce problème est «l'indice de pénurie de main-d'œuvre». Il est publié chaque année par la société de recrutement Adecco en collaboration avec l'université de Zurich. Et il a récemment atteint un niveau historique.

Mais attentions aux termes utilisés lorsqu'on aborde la problématique. En effet, en allemand par exemple, on parle de Fachkräftemangel – qui signifie pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, ou pénurie de compétences. Une expression qui donne l'impression qu'il suffit de former plus de personnes.

«Que l'on recherche des qualifications et non des personnes»
David Gutensohn, journaliste économique

Or, il n'y a pas que des infirmiers et des ingénieurs qui manquent, mais également des serveurs, des agents de sécurité, des travailleurs auxiliaires dans les soutes à bagages des aéroports ou encore du personnel de nettoyage. D'un point de vue économique, il ne s'agit pas d'un manque de personnel qualifié, mais bien d'un manque de personnel tout court. Et actuellement, aucune solution n'est en vue pour résoudre ce problème.

La Suisse est un pays de retraités

L'origine du problème est claire, comme l'explique Yanik Kipfer de l'université de Zurich – il a notamment participé à l'élaboration de l'indice de pénurie de main-d'œuvre. Il explique:

«L'évolution démographique joue un rôle considérable. Les baby-boomers partent à la retraite, les générations à faible croissance prennent la relève»

En 2021, pour la première fois, il y a eu plus de personnes actives qui sont parties à la retraite que de jeunes adultes qui sont arrivés sur le marché du travail.

«Ce problème ne va certainement pas se résoudre dans les années à venir», affirme Yanik Kipfer.

La pyramide des âges de la Suisse. A gauche les hommes, à droite les femmes.
La pyramide des âges de la Suisse. A gauche les hommes, à droite les femmes.source: bfs

Or, une économie en croissance repose presque inévitablement sur une population en croissance. Surtout dans une économie hautement spécialisée, comme celle de la Suisse. Le scénario de l'automatisation, qui détruirait les emplois, ne s'est pas non plus réalisé au cours des 50 dernières années. Au contraire.

D'où viendra donc la main-d'œuvre supplémentaire? Pour cela, il y a deux options: soit par la mobilisation de son propre marché du travail, soit par la migration.

La première approche impliquerait par exemple une meilleure intégration des mères ou des retraités dans le marché du travail. Boris Zürcher, responsable de la direction du travail au Secrétariat d'État à l'économie, s'est toutefois montré sceptique auprès de la NZZ. Les salaires comparativement bons et la prévoyance vieillesse généreuse de la Suisse empêcheraient cela. Il ne reste donc plus que la migration comme solution.

La Suisse, paradis de l'immigration

«La Suisse a toujours été dépendante de la main-d'œuvre étrangère», explique le chercheur en migration Gianni D'Amato. Il est professeur à l'université de Neuchâtel et directeur du Swiss Forum for Migration and Population Studies. Selon lui, depuis la Première Guerre mondiale, la Suisse n'a jamais eu la population nécessaire pour étancher la soif de main-d'œuvre de l'économie.

ARCHIV --- DIE SCHWEIZ HOLTE IN DEN JAHRZEHNTEN NACH DEM ZWEITEN WELTKRIEG VIELE ARBEITERINNEN UND ARBEITER AUS DEN SUEDEUROPÄISCHEN LAENDERN INS LAND UM DEN ARBEITSKRAEFTEMANGEL IN DER INDUSTRIE, DER ...
Des travailleurs immigrés espagnols à leur arrivée à Genève en 1962.image: PHOTOPRESS-ARCHIV

Avec la transformation des économies occidentales en sociétés de services, ce problème s'est encore accentué.

«C'est pourquoi les accords bilatéraux et la libre circulation des personnes avec l'UE ont été conclus il y a vingt ans»
Gianni D'Amato

Cela a permis de résoudre un problème central: comment faire de l'Europe un espace de mobilité, dans lequel non seulement les services et les produits peuvent circuler, mais aussi les personnes? «Les gens sont inertes. Ils ne partent généralement que lorsque la pression est suffisamment forte. Et généralement là où le profit peut être maximisé».

Grâce aux salaires élevés en Suisse, cela a parfaitement fonctionné jusqu'à présent. Les statistiques sont impressionnantes: il y a vingt ans, la Suisse comptait environ 4,1 millions de personnes actives. Aujourd'hui, ils sont 5,3 millions. La démographie n'aurait jamais permis une telle croissance. Sur quatre nouveaux emplois créés, trois sont occupés par des étrangers.

L'émigration des Allemands, des Français et autres est désormais une épine dans le pied de nos pays voisins. Car ce n'est plus seulement la petite Suisse qui n'a pas assez de monde. Le vieillissement de la population touche toute l'Europe.

«Il y aura à l'avenir beaucoup plus de concurrence pour la main-d'œuvre»
Yanik Kipfer, université de Zurich.

On peut déjà l'observer aujourd'hui. L'ambassadeur français s'est récemment plaint dans le Tagesanzeiger que la Suisse détournait des régions frontalières le personnel de santé dont elle avait un besoin urgent. Les soignants en Suisse gagneraient presque autant que les directeurs en France.

L'Allemagne, un marché de recrutement très prisé par les entreprises suisses, fait un pas de plus: mercredi, le gouvernement fédéral a décidé de faciliter l'immigration de personnel qualifié. Un contrat de travail ne sera plus requis: toute personne disposant d'une qualification, de connaissances linguistiques ou d'une expérience professionnelle doit pouvoir venir. Cette mesure devrait permettre d'attirer des personnes issues de pays tiers.

ARCHIV --- DIE SCHWEIZ HOLTE IN DEN JAHRZEHNTEN NACH DEM ZWEITEN WELTKRIEG VIELE ARBEITERINNEN UND ARBEITER AUS DEN SUEDEUROPÄISCHEN LAENDERN INS LAND UM DEN ARBEITSKRAEFTEMANGEL IN DER INDUSTRIE, DER ...
Les travailleurs immigrés italiens quittent Zurich en décembre 1964 et rentrent en Italie pour les fêtes.image: PHOTOPRESS-ARCHIV

En Suisse, cela s'est avéré très compliqué jusqu'à présent. Il existe des contingents pour les personnes originaires de pays tiers. L'ensemble du processus est souvent qualifié de restrictif et de bureaucratique par les experts du marché du travail. C'est pourquoi les grands marchés de recrutement comme l'Inde ne sont souvent même pas pris en considération.

Brain-Drain, ou la fuite du capital humain

Mais les pays européens comme l'Allemagne et la France ne sont pas les seuls à lutter contre la fuite des cerveaux. Des pays tiers émergents comme l'Inde combattent également l'émigration des talents.

On ne peut guère leur en vouloir de critiquer le départ de leur main-d'œuvre. En effet, le départ de travailleurs jeunes et/ou bien formés empêche le progrès économique dans les régions concernées.

Jusqu'à présent, la politique n'a guère proposé de solutions autre que «on laisse le marché résoudre le problème». L'UDC constitue une exception à cet égard.

Contrairement à l'opinion dominante dans les milieux économiques et scientifiques, elle estime que la cause de la pénurie de main-d'œuvre qualifiée n'est pas due à un trop petit nombre de personnes, mais à un trop grand nombre. Le conseiller national UDC Thomas Matter déclare:

«Avant la libre circulation des personnes, nous ne connaissions pas le terme de pénurie de main-d'œuvre qualifiée»

De nombreux immigrés ne travailleraient pas, mais utiliseraient les infrastructures locales. «Ces personnes ont besoin de services, d'infirmiers, de médecins, d'enseignants, de bâtiments scolaires. La pénurie de main-d'œuvre ne cessera pas tant que la spirale de l'immigration ne s'arrêtera pas».

Thomas Matter et l'UDC planifient donc une nouvelle initiative qui prévoit des mesures si la Suisse dépasse certains seuils de population. La forme exacte de cette initiative n'a pas encore été définie, mais à partir de 10 millions de Suisses, il serait question de résilier la libre circulation des personnes et le pacte de l'ONU sur les migrations.

Thomas Matter préférerait que les contingents soient également réintroduits pour les pays de l'AELE.

«Car si la population suisse augmente autant au cours des 20 prochaines années qu'au cours des 20 dernières, la Suisse n'y survivra pas»
Thomas Matter

10 millions d'habitants pour une croissance économique

L'UDC est assez isolée sur ce point. Il est plus courant de penser que la concurrence mondiale pour la main-d'œuvre va s'intensifier. «Un salaire élevé ne suffira plus à l'avenir», déclare Yanik Kipfer. «Il faut que l'ensemble du package soit adapté».

Si la Suisse ne parvient pas à attirer des travailleurs étrangers, la croissance économique ne sera plus possible, affirme également Gianni D'Amato. «Notre société fonctionne sur la base de la croissance. La stagnation n'est pas une option. Sauf si le monde entier s'y met. Mais c'est illusoire». Celui qui veut une croissance économique doit donc aussi accepter une Suisse à 10 millions d'habitants.

Mais à long terme, il sera de plus en plus difficile de faire venir suffisamment de personnes de l'étranger. On prédit que même les nations les plus jeunes et les plus riches en bébés seront rattrapées par la démographie. La population mondiale devrait à nouveau diminuer à partir du milieu de ce siècle.

Revivez le match Suisse - Cameroun en images

1 / 33
Revivez le match Suisse - Cameroun en images
source: sda / rolex dela pena
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des fêtards s'enjaillent en plein vol.

Video: watson
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Genève: un élu MCG accusé d'avoir tabassé un communiste
A Genève, Esteban Munoz, membre du Parti communiste, aurait été frappé lors de la dernière séance du conseil de fondation de Fondetec par un représentant du MCG. Les versions diffèrent et les deux hommes ont porté plainte.

La Tribune de Genève le raconte: le 26 janvier dernier, Esteban Munoz, membre du Parti communiste et délégué d'Ensemble à Gauche (EàG) au sein de la Fondetec, aurait été jeté à terre puis frappé par Thomas Zogg, ancien conseiller municipal désigné par le Mouvement citoyens genevois (MCG).

L’article