en partie ensoleillé
DE | FR
Suisse
Russie

La société suisse Milur SA aurait financé la guerre de Poutine

Une société vaudoise aurait envoyé de l'argent au complexe militaro-industriel russe, via une «société écran» arménienne.
La société Milur SA, basée à Epalinges (VD) et qui produit des puces électroniques, est visée par l'Office of foreign assets control (Ofac) pour ses liens avec Vladimir Poutine.keystone / shutterstock (montage watson)

Cette société romande aurait financé la guerre de Poutine

Une entreprise vaudoise aurait contourné les sanctions vers la Russie, que la Suisse s'est engagée à appliquer. Les autorités américaines accusent une société arménienne, détenue par une autre basée à Epalinges, d'être une «société écran». Son CEO n'a pas encore répondu à la presse.
02.12.2022, 06:0803.12.2022, 11:39

Les entreprises suisses suivent-elles bien tous les paquets de sanctions occidentales et européennes acceptées par les autorités helvétiques? Le doute s'est installé dans le canton de Vaud.

C'est en effet une petite bombe qu'a lâchée le quotidien économique alémanique Handelszeitung jeudi matin, en révélant qu'une entreprise basée dans le canton de Vaud a «coordonné des transferts financiers» vers le complexe militaro-industriel russe, et ce via une «société écran» basée en Arménie.

Une société basée en Suisse romande visée

C'est l'organisme américain de contrôle financier, l'Office of foreign assets control (Ofac), dépendant du Trésor, qui a mis le doigt sur ces liens troubles. Dans son viseur, la société Milur SA, basée à Epalinges (VD), qui produit des puces électroniques.

Un communiqué daté du 14 novembre du Département d'Etat américain et signé du nom du secrétaire d'Etat Antony Blinken cite nommément l'entreprise vaudoise. La société comme sa direction sont pointées du doigt par l'Ofac.

Antony Blinken est secrétaire d'Etat américain.
Antony Blinken est secrétaire d'Etat américain. keystone

Les accusations portées par celui-ci sont graves. L'entreprise vaudoise aurait contourné les sanctions occidentales contre la Russie via une autre société basée en Arménie (au nom très proche) et dont elle est l'actionnaire majoritaire: Milur electronics.

Des entreprises vaudoise, arménienne et russe

Milur SA aurait «soutenu matériellement» et «fourni des biens et des services à Milur electronics», qui proposait elle-même ses services à un groupe d'entreprises, russe cette fois-ci et qui fait partie intégrante du complexe militaro-industriel de Moscou: Milandr, actif dans le développement de matériel microélectronique militaire.

Selon l'Ofac, de l'argent aurait transité entre les deux entreprises à un moment où l'Union européenne (UE) avait déjà interdit de telles opérations, via ses paquets de sanctions repris par la Suisse. Celles-ci interdisent le commerce «direct ou indirect de biens et de technologies pouvant contribuer au renforcement technologique de la Russie».

Selon la Handelszeitung, cette entreprise fabrique notamment des composants pour des systèmes de navigation, de surveillance, radio et satellite. Autrement dit: elle participe à l'effort de guerre russe en Ukraine.

Une «société écran»

Selon l'autorité américaine, il s'agit d'une violation claire des sanctions que les sociétés suisses doivent appliquer envers la Russie. L'Ofac n'hésite pas à décrire Milur electronics comme une «société écran».

«Milur electronics a été utilisée comme société écran par Milandr pour mener des activités commerciales avec des partenaires étrangers»

Selon la Handelszeitung, l'Ofac assure qu'une «somme importante» aurait transité d'Epalinges vers le «compte bancaire personnel» du directeur général de Milandr, Mikhaïl Pavlyuk. L'homme a d'ailleurs été à la tête de Milur SA durant dix ans, avant de démissionner en 2021, remplacé par le CEO actuel de la société, Jacques Pasche, et un suisso-estonien nommé Holger Leng.

«La société Milur SA a été utilisée par des employés et des associés de Milandr pour coordonner des transferts financiers à Milur electronics»

Le CEO de Milur SA, Jacques Pasche, actif dans le secteur de la construction, de l'immobilier et des technologies environnementales, n'a pas tenu à s'exprimer auprès de la Handelszeitung.

Le quotidien zurichois révèle également que l'autre homme à la tête de Milur SA, le suisso-estonien Holger Leng, a démissionné le 29 novembre, il y a moins d'une semaine, après deux ans d'activités dans l'entreprise.

Dans le même document, le Département d'Etat américain évoque aussi, concernant d'autres affaires, les Lucernois Laurin Katz et Alexander-Walter Studhalter, liés au réseau financier de l'oligarque russe Suleiman Kerimov.

Critiques de la secrétaire au Trésor américain

Interrogée par le média indépendant et spécialisé américain Organize crime and corruption reporting project, la secrétaire au Trésor des Etats-Unis n'y va pas de mainmorte:

«Nous continuerons à utiliser les sanctions pour affaiblir l'armée russe et couper dans les revenus de Poutine. Cela inclut ses petits copains qui l'aident à financer son régime»
Janet L. Yellen, secrétaire au Trésor américainoccrp
FILE - The Treasury Building is viewed in Washington, May 4, 2021. The U.S. hit three more Iranian security officials with financial sanctions Wednesday in response to the Iranian government
Image: keystone

Le Conseil fédéral va-t-il réagir?

L'affaire pourrait d'ailleurs rebondir à Berne. La conseillère nationale Stefania Prezioso Batou (Ensemble à gauche/GE) a déposé une interpellation à ce sujet mercredi au Conseil national.

«Des citoyens suisses sont partie prenante de Milur SA», indique notamment le texte de la députée. Elle a expressément demandé au Conseil fédéral et au Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) de prendre position sur l'affaire.

La Suisse et ses sanctions font rire les américains

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un incendie a fait des dégâts dans une déchetterie au Tessin
Une déchetterie a été fortement endommagée par un incendie samedi après-midi à Lugano. En raison du fort dégagement de fumée et de l'odeur nauséabonde, les autorités ont déclenché une alarme sur Alertswiss.

L'incendie s'est déclaré peu avant 13h30 dans le quartier de Davesco-Soragno, a indiqué la police cantonale dans un communiqué. Les matériaux déposés dans la déchetterie ainsi qu'un vent fort ont favorisé la propagation des flammes. Un homme de 52 ans a été hospitalisé pour suspicion d'inhalation de fumée.

L’article