bien ensoleillé
DE | FR
Suisse
Analyse

Genève: le voile était-il nécessaire sur cette affiche?

Genève: le voile était-il nécessaire sur cette affiche?
Une partie de l'affiche de la maison de quartier genevoise.image: watson
Analyse

Pourquoi la personne voilée sur cette affiche genevoise pose problème

A Genève, pour incarner la «multiculturalité», une maison de quartier représente une personne voilée sur une affiche. Au détriment des valeurs d'égalité? L'an dernier, le Département genevois de l'instruction publique avait fait retirer un visuel scolaire montrant deux fillettes voilées. La maison de quartier défend son choix. Qu'en penser? Le débat est ouvert.
22.06.2023, 17:0023.06.2023, 09:53
Plus de «Suisse»

Une petite fille? Une ado? Une jeune adulte? L’aspect juvénile des personnages composant l’affiche égayant l’entrée d’une maison de quartier genevoise explique qu’on ait du mal à se déterminer sur son âge. Rangée derrière un barbecue, à côté d’un garçon racisé aux mains vibrionnantes portant un t-shirt rose, elle est vêtue d’un voile bleu turquoise couvrant ses cheveux. Souriante, elle n’est que visage, ses bras étant cachés. On dirait une poupée russe. Elle incarne ici la musulmane.

«La demande de l’association a été de représenter la multiculturalité du quartier», explique la responsable de la maison de quartier, qui a passé commande de cette affiche à un artiste. Soit, mais est-ce à dire que la musulmane se définit uniquement par le voile? Que l’islam, une religion, se confond tout entier avec une appartenance ou origine culturelle? Ces questions n’ont pas obtenu de réponses.

Sous ses aspects printaniers, cette représentation de la «multiculturalité» manipule un symbole qui constitue, par ailleurs, un enjeu politique: celui du contrôle du corps des femmes, indépendamment des raisons pour lesquelles le voile est porté, par choix, par habitude, par contrainte. Les événements tragiques d’Iran rappellent cette constante.

Comment arbitrer entre inclusion et sexisme?

Précisons-le: le but n’est pas ici de faire un quelconque procès à une maison de quartier qui accomplit un travail formidable avec les jeunes dont elle a la charge. Le but est de questionner l'apparente légèreté avec laquelle un tel symbole, objet de rapports de force, pas seulement au sein des sociétés musulmanes, est traité au nom d’une vision se voulant inclusive.

Cette autre question n’a ainsi pas davantage trouvé de réponse: comment arbitrer entre la nécessaire inclusion des personnes issues de l’immigration et le voile, accessoire sexiste pour la quasi-totalité des féministes, même les plus tolérantes à son endroit, la Française Sandrine Rousseau par exemple?

L’aspect juvénile du personnage vêtu d’un voile sur l’affiche ajoute à la gêne possiblement ressentie. La maison de quartier l’assure de son côté:

«En ce qui nous concerne, nous n'avons eu aucun commentaire de la part de nos usager.ères sur cette question»

«Aucun commentaire.» Peut-être parce que personne, du moins à Genève, où l’été qui commence effeuille les corps dans la joyeuse insouciance d'un pays libre, ne voit «où est le problème», ni ne conçoit qu’il puisse y avoir là le moindre problème.

L'an dernier, le Département genevois de l’instruction publique (DIP) avait dit «non». Suite aux réclamations de la mère d'un élève, il avait fait retirer d’une école primaire un visuel «pédagogique» montrant deux fillettes voilées – il n’y avait aucun doute sur leur âge. Le secrétaire général adjoint du DIP, Nicolas Tavaglione, déclarait, à propos de cette image:

«Cette illustration montrant deux fillettes prépubères voilées n’a pas sa place dans quelque cours que ce soit. C’est contraire à tous nos principes. L’enseignante a cru bien faire dans un environnement qui se caractérise par la diversité des origines. Elle s’est rendu compte de son erreur, elle en est tout à fait désolée.»
Nicolas Tavaglione

Comme, peut-être, l’auteur de l’affiche de la maison de quartier, l’enseignante qui avait distribué le visuel controversé à ses élèves et qui n’était elle-même pas musulmane, ne voyait pas, en effet, quel était le problème avant que sa haute hiérarchie ne le lui signale. Le problème était entre autres celui de la sexualisation de petites filles, le voile étant, en dehors de ses aspects spirituels revendiqués par une partie de celles qui le portent, un habit censé protéger le corps féminin de la concupiscence masculine.

Laïcité

La maison de quartier en question, comme toutes celles du canton, est placée sous la tutelle de la FASE, la Fondation genevoise pour l’animation socioculturelle, qui salarie les personnels desdites maisons, soumises à une charte. Le secrétaire général de la FASE, Yann Boggio:

«Les salariés des maisons de quartier travaillent dans le cadre de la loi cantonale sur la laïcité. Les signes religieux sont prohibés. Ils ne le sont pas, bien sûr, chez les usagers et usagères»
Yann Boggio

S’agissant du visuel scolaire comprenant des fillettes voilées, le DIP avait de plus estimé qu’il portait atteinte à la laïcité en versant dans le prosélytisme. Peut-on considérer que l’affiche montrant une personne voilée participe à son tour d’une forme de prosélytisme? La responsable de la maison de quartier à l’origine de l’affiche répond sur ce point:

«Si, en son article 3, la loi genevoise sur la laïcité spécifie que le prosélytisme est en effet interdit, elle dit également que "la neutralité religieuse de l’Etat interdit toute discrimination fondée sur les convictions religieuses, ou l’absence de celles-ci. Elle garantit un traitement égal de tous les usagers du service public sans distinction d’appartenance religieuse ou non."»

La même responsable précise encore:

«La charte de la FASE spécifie en son article 4.2: "Les centres proposent des activités insistant sur le respect et la défense de l'identité de chacun. Ils permettent aux personnes qui se rencontrent de mieux se comprendre, s'apprécier, quelles que soient leurs différences. En redonnant à chaque individu le sentiment d'appartenance à la communauté, ils suscitent le développement des solidarités, contribuant à prévenir l'isolement."»

Cette noble mission nécessite-t-elle la représentation d’un signe religieux, un voile musulman en l’occurrence? Les femmes voilées, probablement des mères parmi elles, qui fréquentent cette maison de quartier et dont nul ne conteste le droit de porter le voile, se sentiraient-elles moins bien accueillies sans la présence de ce marqueur confessionnel sur une affiche?

Qu'en dit la Ville de Genève?

La municipalité de Genève, qui cofinance les maisons de quartier de la ville et dont le «parlement» communal a modifié le règlement des piscines de façon à y autoriser de facto le port du burkini, la procédure référendaire pour s'y opposer ayant échoué, n’a visiblement pas souhaité prendre position sur l'affiche. A titre anonyme, l’un des collaborateurs de la mairie ne mâche pas ses critiques à son sujet:

«Ça ne nous viendrait pas à l’idée de produire une telle image, cela, par rapport à des valeurs d’égalité, qui sont quand même à respecter»
Un collaborateur de la Ville de Genève

La Ville de Genève avait-elle ces valeurs en tête lorsqu’elle a produit son affiche pour «La Fête des Voisin.e.s» du 2 juin ? La diversité y est célébrée, mais sans aspect religieux. 👇

Image

«Ici, le voile n'est pas un attribut culturel»

L’anthropologue française Florence Bergeaud-Blackler, auteure du livre Le frérisme et ses réseaux, l’enquête (éditions Odile Jacob), constate à regret qu’«on considère les attributs religieux comme étant des attributs culturels».

«Dans les pays d’origine, le voile peut être un attribut culturel, mais il ne l’est pas ici. Ici, le message doit être celui du pays d’accueil, pas de ceux qui sont accueillis. Il s’agit de ne pas être en rupture avec nos valeurs.»
Florence Bergeaud-Blackler

Si la meilleure inclusion possible des populations immigrées, l’objectif de la maison de quartier genevoise, est une intention des plus louables, il convient sans doute d'interroger les moyens symboliques mobilisés pour y parvenir.

Copin comme cochon: elle est enceinte
Video: watson
12 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
12
L'incendie au collège de Bière (VD) serait d'origine criminelle
Le feu s'est déclaré ce mercredi matin au niveau de la salle de gymnastique, qui a été fortement endommagée. La piste criminelle est privilégiée.

Un incendie a ravagé mercredi matin la salle de gymnastique du collège de Bière (VD). Aucune victime n'est à déplorer. L'établissement scolaire, qui accueille 200 élèves de quatre à douze ans, restera fermé jusqu'à la fin de la semaine.

L’article