Suisse
Analyse

L'agriculture suisse n'atteint pas ses objectifs climatiques

Analyse

Pourquoi les paysans suisses n'atteignent pas les objectifs climatiques

L'agriculture n'atteint pas les nombreux objectifs environnementaux fixés par la Confédération. Des voix s'élèvent désormais pour réclamer des directives plus strictes et l'organisme Agroscope plaide pour une loi plus ambitieuse.
04.02.2023, 08:0104.02.2023, 11:47
Chiara Stäheli / ch media
Plus de «Suisse»

Les paiements directs dans l'agriculture ne sont pas gratuits. Seuls ceux qui respectent les normes minimales fixées par la Confédération «pour une agriculture respectueuse de l'environnement» bénéficient de fonds publics. Ces exigences sont fixées dans les «prestations écologiques requises (PER)». Elles concernent entre autres l'élevage, la protection des plantes, les cycles des éléments nutritifs, l'assolement et les surfaces de biodiversité.

L'introduction des PER remonte à la réforme agricole la plus récente en Suisse. Dans les années 1990, la Confédération et les associations ont élaboré une nouvelle loi sur l'agriculture. Elle est entrée en vigueur, en 1999, et a entraîné des changements fondamentaux. Ainsi, la Confédération a non seulement supprimé les garanties de prix et d'achat de l'Etat, mais elle a également introduit les standards écologiques requis comme condition préalable aux paiements directs.

Depuis lors, la politique agricole a fait l'objet d'adaptations plus ou moins importantes, mais aucune réforme fondamentale n'a été entreprise. Parallèlement, l'agriculture n'a pas atteint une grande partie des objectifs environnementaux fixés par la Confédération en 2008, comme le montre une étude datant de 2016. Ainsi, les émissions de gaz à effet de serre n'ont pas été réduites comme prévu et la biodiversité n'a pas été suffisamment encouragée. La vérité est que même si tous les agriculteurs respectent les dispositions légales, les objectifs environnementaux ne peuvent pas être atteints.

La question suivante se pose alors: les exigences fixées par la Confédération dans les PER sont-elles trop laxistes? Ou les objectifs environnementaux sont-ils trop exigeants?

«Des objectifs pas assez ambitieux»

L'Agroscope, l'institut de recherche agricole de la Confédération, arrive à une conclusion claire. Bien que les dispositions légales en vigueur soient constamment adaptées, elles pourraient être «conçues de manière plus concrète et plus ambitieuse au vu de l'état actuel des connaissances» afin d'atteindre les objectifs de la Confédération. En d'autres termes, si l'agriculture veut vraiment réduire les dommages causés à l'environnement, les exigences pour l'obtention de paiements directs devraient être plus élevées.

Cependant, les exigences des conseillers fédéraux pour une meilleure protection de l'environnement dans l'agriculture ne sont pas entendues par la majorité des parlementaires fédéraux, comme le montre un exemple récent: en décembre, le Parlement a décidé d'abaisser l'objectif de réduction des pertes d'éléments nutritifs dans l'agriculture, initialement fixé par le Conseil fédéral. Au lieu de 20%, les excédents d'azote ne devront être réduits que de 15% d'ici 2030.

Le conseiller national UDC et agriculteur Marcel Dettling a souligné lors du débat qu'un objectif de réduction devait être «réaliste et réalisable». Selon lui, l'objectif de 20% est impossible à atteindre, ou alors seulement avec une «réduction massive du bétail».

Le pr
Le conseiller national UDC et agriculteur Marcel Dettling.Image: sda

L'Agroscope voit un «grand potentiel» de réduction

Toutefois, l'Agroscope ne semble pas être du même avis. «Sur la base de nos recherches, nous partons du principe qu'une réduction des pertes d'éléments nutritifs de 20% peut être atteinte d'ici 2030, et ce sans perte de rendement.» Selon eux, il existe dans toute la Suisse «un grand potentiel de réduction des pertes d'azote et de phosphore». Mais pour cela, il faut des mesures efficaces, comme une fertilisation optimisée en fonction du site et une adaptation de l'alimentation animale, de sorte qu'il faille importer moins de fourrage et d'engrais minéraux.

Mais comment cela peut-il être mis en place? Dans les cultures arables (qui peuvent être labourées), les pertes d'azote se produisent, par exemple, lorsqu'il y a plus d'azote dans les champs que ce que les plantes peuvent absorber. Ces excédents peuvent être évités, entre autres, par une fertilisation ciblée. En d'autres termes, avant de répandre de l'engrais, l'agriculteur devrait déterminer les besoins réels en engrais des plantes et ne pas se contenter d'épandre la quantité d'engrais qui serait en principe autorisée. Les chercheurs de l'Agroscope voient également un grand potentiel dans une meilleure utilisation des engrais.

Adapter l'agriculture au site de production

Laura Spring, de l'association Vision agriculture, critique, elle aussi, le fait que la politique agricole n'ait pas connu d'adaptations fondamentales depuis le début du millénaire.

«Nous sommes arrivés à un point où nous ne devons plus tourner de petites vis, mais repenser fondamentalement les outils»
Laura Spring

Au cours des 20 dernières années, le Parlement a pratiqué une «politique de pansement», alors qu'il faut «un changement de système». Selon Laura Spring:

«Nous ne pouvons pas atteindre les objectifs environnementaux avec les directives existantes. Les agriculteurs respectent les règles, mais ils sont souvent présentés comme des boucs émissaires dans l'opinion publique. C'est frustrant.»

Une réorientation de la politique agricole pourrait donc aussi être un coup de pouce libérateur pour les agriculteurs et agricultrices, selon Spring.

L'agronome plaide pour une forte simplification du système des paiements directs, pour laisser à nouveau plus de liberté aux agriculteurs et pour miser davantage sur des incitations «qui encouragent directement une agriculture respectueuse des ressources et du climat». Ainsi, les agriculteurs qui souhaitent abandonner la production animale et fabriquer davantage de produits végétaux doivent être soutenus financièrement, par exemple par un fonds de transformation. De plus, une «agriculture adaptée au site» doit être encouragée.

«Cela n'a pas de sens de faire de la culture sur un sol peu profond. Le lessivage des nitrates est beaucoup trop important, ce qui pollue fortement l'eau potable»
Laura Spring

Néanmoins comme les prescriptions actuellement en vigueur dans les prestations écologiques requises ne tiennent pas suffisamment compte des conditions locales, il y a de fortes contre-indications, selon Spring.

Risque d'augmentation des prix

Le président de l'Union suisse des paysans (USP) et conseiller national PDC Markus Ritter est, lui aussi, conscient que le système actuel n'est pas parfait. Il met, toutefois, en garde contre un relèvement trop important des exigences minimales légales, c'est-à-dire des prescriptions PER.

Nationalrat Markus Ritter, Praesident Schweizer Bauernverband spricht waehrend einer Medienkonferenz von den nationalen Verbaende der Wirtschaft und der Landwirtschaft, unter dem Motto "Perspekti ...
Markus RitterImage: sda
«Cela entraînerait une hausse des coûts de production et, par conséquent, des prix des denrées alimentaires»
Markus Ritter

Les consommateurs sont aujourd'hui déjà libres de promouvoir des normes de production plus élevées en achetant des produits labellisés. Au niveau de l'Etat, il faudrait plutôt réduire la charge administrative pour les agriculteurs et la complexité de la politique agricole, selon Ritter. «Nous ne devrions pas introduire toujours plus de réglementations, mais simplifier les instruments qui ont fait leurs preuves là où c'est possible et édicter des prescriptions aussi pratiques que possible.» Le paysan bio saint-gallois ne précise pas de quelle manière cela doit être réalisé.

Le coup de gueule de l'agriculteur vaudois Eddy Gaspoz
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le moustique tigre arrive chez nous et voici comment s'en débarrasser
Détecté dans plus de dix cantons en Suisse, le moustique tigre, espèce invasive, reviendra au début de la belle saison et sera actif dès la fin du mois de mai, et ce, jusqu'en septembre. watson vous fait un récap et vous donne des conseils pour vous en débarrasser.

«Il est inutile de paniquer, mais il faut nous aider à limiter sa propagation». C'est le message répété par Daniel Cherix, professeur honoraire à l’Université de Lausanne et responsable du Réseau suisse des moustiques en Romandie. L'expert a dans son collimateur le moustique tigre, espèce invasive qui peut être vectrice de maladies tropicales comme la dengue, le virus zika ou le chikungunya. Cette méchante bestiole «qui se nourrit principalement de sang humain» a posé ses valises en Suisse depuis 21 ans déjà. watson fait le point de la situation et vous donne les meilleurs conseils pour ne pas devenir sa prochaine cible.

L’article