DE | FR
Une souris de laboratoire dans une animalerie d'un centre de recherche sur le cancer à Lausanne.
Une souris de laboratoire dans une animalerie d'un centre de recherche sur le cancer à Lausanne.Image: KEYSTONE

La Suisse ne doit pas interdire l'expérimentation animale

La recherche médicale peut souffler. Les expérimentations animales ne doivent pas être interdites en Suisse, comme le demande une initiative populaire. Le National a tacitement rejeté jeudi le texte et dit non à un contre-projet. Explications.
10.03.2021, 07:2410.03.2021, 17:46

Ce que veut l'initiative

Lancée en 2017 par des citoyens saint-gallois, l'initiative propose de remplacer la pratique actuelle par des méthodes alternatives plus éthiques. Le texte prévoit aussi d'interdire le commerce, l'importation et l'exportation de produits faisant directement ou indirectement l'objet d'expérimentation sur des animaux. L'initiative citoyenne est soutenue par quelque 80 organisations et entreprises.

Ce que dit le Conseil fédéral

Pour le Conseil fédéral, l'initiative va trop loin: elle aurait des répercussions négatives sur la santé, la recherche et l'économie. L'interdiction d'importation rendrait très précaire l'approvisionnement en médicaments, vaccins, produits phytosanitaires ou chimiques et compléments alimentaires. Le gouvernement recommande le rejet du texte.

Pas de contre-projet

Il n'y aura pas de contre-projet à l'initiative. La gauche voulait renvoyer le paquet à la commission afin qu'elle élabore un contre-projet indirect. La droite l'a refusé.

Le thème n'est pas nouveau: le peuple a déjà rejeté trois initiatives populaires sur l'expérimentation animale en 1985, 1992 et 1993. (ats)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Un syndicat étudiant incite l'Unige à renoncer à porter plainte
L'affaire fait couler beaucoup d'encre depuis la semaine passée. Ces activistes, qui ont interrompu une conférence jugée transphobe, sont poursuivis par l'établissement universitaire genevois.

La Conférence Universitaire des Associations d'Etudiant.e.x.s (CUAE) a demandé lundi à l'Université de Genève (UNIGE) de renoncer à porter plainte contre des militants qui avaient interrompu la semaine passée une conférence qu'ils jugeaient transphobe. Dans un communiqué, le syndicat étudiant déplore «le tournant répressif que prend cette affaire».

L’article