Suisse
Animaux

Maxi Zoo va changer de nom et lorgne sur les locaux de Migros

Maxi Zoo va changer de nom et lorgne sur les locaux de Migros
En Suisse romande, Fressnapf exploitait jusqu'à présent ses magasins sous le nom de Maxi Zoo.Image: dr

La chaîne Maxi Zoo va adopter un nom alémanique

Le distributeur allemand Fressnapf prévoit d'ouvrir jusqu'à 30 nouveaux magasins en Suisse. Par ailleurs, le nom de l'enseigne en Romandie deviendra germanophone.
22.02.2024, 06:0222.02.2024, 10:16
Benjamin Weinmann et Stefan Ehrbar / ch media
Plus de «Suisse»

La crise du Covid-19 a boosté le commerce du vendeur d'aliments pour animaux Fressnapf connu sous le nom de Maxi Zoo en Romandie. En effet, pendant la pandémie, de nombreux foyers se sont languis d'un compagnon à quatre pattes. Les Fido, Luna ou Bello n'ont jamais été aussi demandés. Avec pour conséquence que des entreprises comme Fressnapf ont pu vendre plus d'aliments et d'accessoires que jamais.

Ce boom s'est atténué avec la fin de la pandémie. Néanmoins, le chiffre d'affaires de Fressnapf en Suisse a augmenté l'année dernière de près de 7% pour atteindre 148 millions de francs, comme l'explique le responsable suisse Hermann Aigner. Et ce, notamment grâce à l'ouverture de six nouvelles filiales. Au total, le plus grand distributeur européen de nourriture pour animaux exploite près de 70 sites dans notre pays. Et cela ne devrait pas s'arrêter là:

«Cette année, nous comptons sur au moins cinq nouveaux magasins, tout comme les années suivantes»
Hermann Aigner, Fressnapf

Rien que cette année, 30 à 50 postes devraient s'ajouter aux 500 employés actuels.

Les déboires de Migros font les affaires de Fressnapf

La situation semble favorable à l'expansion. Migros a récemment annoncé qu'elle souhaitait se défaire de ses marchés spécialisés Melectronics et SportX, et peut-être aussi de Micasa, Do it, Obi et Bike World.

«Bien sûr que nous regardons les surfaces de Migros qui sont à vendre», dit Aigner.

«Il y a des objets très intéressants pour nous»
Hermann Aigner de chez Fressnapf

Selon lui, beaucoup de ces magasins sont situés à proximité immédiate d'un supermarché Migros — et ces derniers amènent habituellement un grand nombre de clients.

Eine Katze spielt mit einer Katzenspielzeug Maus, am Sonntag, 23. Januar 2011 in Zuerich. (KEYSTONE/Alessandro Della Bella)
Pendant la pandémie, de nombreux ménages ont acquis un animal de compagnieImage: KEYSTONE

De plus, de nombreuses surfaces de marché spécialisé Migros seraient idéales, car Fressnapf a besoin d'au moins 300 mètres carrés pour un magasin. Le fait que les articles vendus, par exemple la litière pour chats, soient très lourds constitue toutefois une difficulté supplémentaire.

«C'est pour cette raison que nous avons besoin de locaux avec une charge au sol plus élevée que celle dont a besoin un magasin de mode.»
Hermann Aigner de chez Fressnapf

L'objectif est d'être de plus en plus présent dans les centres-villes. Aujourd'hui, les magasins Fressnapf se trouvent principalement dans les agglomérations.

En outre, l'entreprise allemande, qui est le numéro 2 du marché helvétique derrière Qualipet, veut également prendre de l'élan avec une nouvelle stratégie. Et plus précisément, Fressnapf veut être plus qu'un simple vendeur de friandises pour chiens et de jouets pour chats.

«Nous avons déjà lancé dans certaines filiales ce que nous appelons un salon de toilettage, c'est-à-dire un coiffeur pour chiens»
Hermann Aigner de chez Fressnapf
Les al�as de la vie peuvent amener un locataire � ne plus vivre dans un logement adapt� � ses besoins (image pr�texte).
Fressnapf nécessite une charge au sol élevée pour ses produits, comme la litière pour chats.Keystone

Changement de nom en Suisse romande

Cette offre sera aussi introduite dans d'autres magasins — et c'est un succès. «Dans le magasin Fressnapf de Vienne, on attend trois mois pour obtenir un rendez-vous chez le toiletteur pour chiens», explique Hermann Aigner, qui dirige aussi les activités de la chaîne en Autriche. Les services vétérinaires devraient bientôt faire partie de l'offre.

«L'importance de l'animal de compagnie augmente d'année en année»
Hermann Aigner de chez Fressnapf

La stratégie consistant à réunir sous un même toit la nourriture pour animaux, le vétérinaire et le toiletteur pour animaux n'est pas sans rappeler celle de la jeune entreprise genevoise Mvet, qui a également annoncé récemment à CH Media de grands objectifs de croissance. Mvet voit un potentiel de 30 sites.

En outre, Aigner veut vendre des poissons dans certains endroits en Suisse. L'entreprise dispose des connaissances nécessaires pour l'aquariophilie. En revanche, il n'y aura pas d'autres espèces animales.

«La vente de reptiles ou de rongeurs nécessite des connaissances spéciales, nous laissons cela à d'autres fournisseurs»
Hermann Aigner de chez Fressnapf
La Chine va envoyer des poissons zèbres dans l'espace.
Fressnapf souhaite également vendre des poissons à l'avenir.Image: dpa

Pendant ce temps, une nouveauté linguistique attend la clientèle romande. En Suisse romande, Fressnapf exploitait jusqu'à présent ses magasins sous le nom de Maxi Zoo. Celui-ci disparaît désormais, ce qui signifie que les clients francophones devront, eux aussi, prononcer le nom allemand.

Les Suisses paient plus cher

En revanche, les grandes différences de prix entre la Suisse et l'Allemagne vont subsister. Elles sont d'environ 20%, notamment à cause des salaires et des loyers helvétiques plus élevés. Un coup d'œil sur la boutique en ligne montre toutefois que les écarts sont parfois nettement plus grands. L'aliment humide pour chiens «Junior avec poulet» de l'entreprise Rinti est par exemple vendu à partir de 7,38 francs en Suisse. Dans la boutique en ligne allemande, le produit identique est vendu 3,07 francs le kilo, soit plus de moitié moins cher.

La pince à tiques coûte 2,95 francs sur fressnapf.ch et l'équivalent de 1,51 francs sur fressnapf.de. Un filtre pour aquarium est vendu 28,50 francs en Allemagne contre 50 francs en Suisse. Dans certains cas, les produits de la boutique en ligne suisse sont même moins chers que ceux de la boutique allemande.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

OpenAI lance Sora, capable de générer des vidéos bluffantes

Vidéo: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Université de Fribourg éjecte les communistes révolutionnaires
S'estimant trahi, le rectorat de l'Université de Fribourg destitue la Marxist Society, une association étudiante marxiste qui servait de tremplin à la création d'un Parti communiste révolutionnaire. Une décision tardive, alors que tout était clair dès septembre dernier. L'Université de Genève, pas moins touchée par ce phénomène d'entrisme, a pris une autre décision.

Invoquant la «liberté d’expression», les autorités cantonales et universitaires avaient donné leur accord à la tenue d’une «Ecole Lénine» le 24 février dans les locaux de l’Université de Fribourg. Il apparaissait clairement que cette formation au marxisme-léninisme participait d’une campagne de recrutement menée par un groupe d'extrême gauche du nom de l’Etincelle, en vue de la création, en mai, d’un Parti communiste révolutionnaire (PCR).

L’article