Suisse
Coop

Coop pourrait racheter des sites de Migros

Coop pourrait racheter des sites de Migros et a plein de projets

Coop augmente son bénéfice et mène des discussions avec son rival pour reprendre des magasins. Mais le détaillant a aussi quelques chantiers en cours.
19.02.2024, 07:49
Pascal Michel, Benjamin Weinmann et Stefan Ehrbar / ch media
Plus de «Suisse»

Le patron de Coop, Philipp Wyss, est au top de sa forme, du moins en ce qui concerne le langage marketing. Dans le supermarché d'Oberwil BL, on a l'impression qu'il a déjà épuisé tous les superlatifs. Du bénéfice commercial au bilan de développement durable, Wyss qualifie tout avec des adjectifs comme «excellent» ou «super». Mais l'ancien chef du marketing de Coop va même jusqu'à employer les mots: «extrêmement top». Bref, tout se passerait bien.

En effet, le bilan annuel que le distributeur a présenté jeudi aux médias est tout à fait honorable. En 2023, Coop a réalisé un bénéfice de 575 millions de francs. C'est 12 millions de francs de plus que l'année précédente. Le nombre d'employés a augmenté de 1300 pour atteindre 96 000, dont près des deux tiers sont employés en Suisse. Selon ses propres dires, Coop repose sur une «base financière fondamentalement solide». Les fonds propres ont augmenté pour atteindre 54,4% de la somme du bilan.

Le patron de la Coop Philipp Wyss
Le patron de la Coop, Philipp Wyss.

Après correction des effets de change, le chiffre d'affaires a augmenté de 2,2% pour atteindre 34,7 milliards de francs, ce qui pourrait être dû en partie à des augmentations de prix. Le produit net des supermarchés, y compris la boutique en ligne de produits alimentaires, a augmenté de 2,4% à 11,8 milliards. Et le commerce de gros et la production ont enregistré une hausse de 5,5% à 16,6 milliards de francs. Sur cette somme, le grossiste Transgourmet, présent dans sept pays, a réalisé à lui seul 11,4 milliards de francs.

Coop donne actuellement l'impression d'être un paquebot tranquille par rapport à son principal concurrent: Migros est en train de subir une grande transformation pleine d'incertitudes. L'activité supermarchés a été transférée dans une entreprise séparée et début février, le patron de Migros Mario Irminger a annoncé la vente du voyagiste Hotelplan, de l'entreprise industrielle Mibelle, du distributeur d'appareils électriques Melectronics et d'autres marchés spécialisés.

Cela n'a pas échappé à Philipp Wyss. «Il va de soi» que des échanges ont lieu avec Migros. Certes, il ne veut pas reprendre des marques entières dans les marchés spécialisés, «mais nous sommes ponctuellement intéressés par des sites.» Le vice-président de Coop, Daniel Stucker, fait référence à cet égard aux centres commerciaux Migros dans lesquels Coop n'est pas encore présente, comme à Glatt à Zurich ou au Shoppyland à Schönbühl près de Berne. Wyss n'a par contre «aucun intérêt» pour l'entreprise de distributeurs de snacks Selecta, qui est également à vendre (CH Media en a parlé), ni pour les filiales de Migros Mibelle et Hotelplan.

Les commerces spécialisés souffrent

Comme chez Migros, les magasins spécialisés de Coop souffrent des achats en ligne. Ce secteur a enregistré, l'an dernier, un recul de 1,8%, à huit milliards de francs. Rien que pour le distributeur d'électronique Interdiscount, le chiffre d'affaires s'est contracté de 8,8% à 954 millions de francs, passant ainsi pour la première fois sous la barre du milliard.

Les chiffres d'affaires ont également nettement reculé chez le magasin de bricolage Jumbo (-7,1% à 1,12 milliard de francs) et chez Fust (de 984 à 966 millions de francs). Chez le vendeur d'appareils électroménagers, 90 postes ont été supprimés en automne. Les magasins d'ameublement Livique et Lumimart ont réalisé un chiffre d'affaires de 207 millions de francs, soit 12 millions de moins qu'en 2022.

En revanche, les chiffres d'affaires des Coop City ont connu une évolution étonnamment positive. Le produit net des 30 Grands Magasins a légèrement augmenté, passant de 779 à 783 francs. C'est un succès d'estime au vu de la situation difficile dans laquelle se trouvent de nombreux commerces de ce type dans le monde. Wyss souligne également que les Coop City ont augmenté leur chiffre d'affaires de 11% depuis 2020 et qu'ils gagnent des parts de marché depuis de nombreuses années:

«Je suis convaincu que chez nous, les grands magasins ont un avenir»

Commerce en ligne à la peine

Philipp Wyss joue gros sur ce dossier. Car il semble que Coop se soit résignée face à Digitec-Galaxus, Amazon et autres. En 2016, le distributeur s'apprêtait encore, en collaboration avec Swisscom, à tenir tête à ses concurrents en ligne avec la nouvelle plateforme Siroop. Seulement deux ans et plusieurs millions de francs plus tard, le projet a été débranché. Depuis, le retard s'est encore creusé.

Le chiffre d'affaires du supermarché en ligne Coop.ch a certes augmenté de 288 à 313 millions de francs. Par contre, la catégorie «Autre commerce en ligne - commerce de détail» a connu un net recul, passant de 967 à 868 millions de francs. En outre, Coop a mis fin, l'automne dernier, à Microspot, le successeur de Siroop. A la place, c'est la marque Interdiscount qui doit prendre le relais, ainsi que les différentes boutiques en ligne des autres marchés spécialisés.

A propos de coop.ch et migros online

Comme le dit le vice-président de Coop, la boutique en ligne d'Interdiscount continuera à vendre en premier lieu des produits électroniques, comme dans les magasins, mais en partie complétés par des articles de l'ancien assortiment de Microspot. Pour comprendre ce que cela signifie, il suffit de jeter un coup d'oeil à la nouvelle boutique en ligne d'Interdiscount. On y trouve désormais aussi des couches, des planches de paddle, des poupées sexuelles, des casques de vélo et des sets Lego.

La guerre des prix fait rage

Coop lutte toujours contre l'image d'un magasin nettement plus cher que ses concurrents et, par conséquent, moins appréciée. Ainsi, dans le dernier classement «Brand Indicator Switzerland», Migros occupe la première place comme marque la plus appréciée et la plus forte. Coop.ch arrive en quatrième position.

C'est pourquoi Coop a lancé une attaque en 2018 et a revu sa ligne bon marché Prix Garantie. Elle a reçu un nouveau design et a été massivement étendue. Aujourd'hui, Coop vend plus de 1500 articles avec le logo rose, dont les prix sont garantis, selon Wyss, au niveau de ceux des concurrents discount comme Aldi, Lidl et Denner. En outre, le prix de plus de 1000 produits a été baissé l'année dernière.

Coop Prix garantie
dr

Dans les rayons, les articles de marque restent toutefois majoritaires. Et dans la lutte pour des prix bas, Coop ne peut guère se permettre de mettre trop de pression sur ses fournisseurs. En effet, le distributeur a récemment reçu un blâme de la Commission de la concurrence (Comco) pour son comportement agressif envers les fournisseurs. Selon cette dernière, il existe des indices selon lesquels le distributeur a abusé de sa position dominante sur le marché.

Toujours est-il que Wyss a de bonnes nouvelles pour la clientèle sur le front des prix. Les produits alimentaires n'ont été que 0,6% plus chers en janvier et le chef de Coop s'attend à une évolution stable pour le reste de l'année.

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

Les terribles illustrations des recettes vintage
1 / 35
Les terribles illustrations des recettes vintage
partager sur Facebookpartager sur X
Une influenceuse américaine s'extasie devant la Coop
Video: extern / rest
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Santé: Berne sabote une solution romande pour faire des économies
Le canton de Fribourg avait réussi à réduire sensiblement les dépenses en médicaments dans les EMS. Mais une modification fédérale a tout gâché.

Un modèle qui fonctionnait et qui permettait d'économiser dans le domaine de la santé est enterré pile au moment où la population en aurait le plus besoin. Une intervention visant à le relancer échoue de justesse. A qui la faute? Au Centre? On votera en juin sur l'initiative lancée par le parti de Gerhard Pfister, qui vise à ralentir la hausse des coûts de la santé et ainsi que celle des primes d'assurance-maladie.

L’article