Suisse
Armée

La Suisse est forte en drone, mais l'armée n'en profite pas

La Suisse est super forte en drone, mais ce sont les autres qui en profitent

Aucun pays n'est aussi innovant que la Suisse en matière de drones et de robotiques. Pourtant, l'armée préfère acheter à l'étranger. Pourquoi? Car la Suisse est à la traîne en termes de production industrielle.
02.07.2023, 11:54
Reto Wattenhofer / ch media
Plus de «Suisse»

Un robot pour l'armée. Son rôle? Aider à récupérer les blessés sur le champ de bataille, à surveiller la zone et à fournir un soutien logistique aux troupes. C'est en tout cas l'idée de Mark Höpflinger. Le directeur du Centre suisse de drones et de robotique (CSDR) du Département de la défense (DDPS) et son équipe mènent des recherches dans ce domaine sur mandat de la Confédération, depuis des années maintenant.

Pour ce projet, Höpflinger avait besoin d'un crédit initial de cinq millions de francs suisses, mais l'armée a interrompu le projet en mars 2022 pour des raisons budgétaires. L'Office fédéral de l'armement (Armasuisse) a justifié cette décision en expliquant qu'il n'avait pas été jugé prioritaire.

Un raisonnement étonnant dans un pays qui innove comme peu d'autres lorsqu'il s'agit de robots et de drones. Sur les vingt principaux laboratoires mondiaux, un sur cinq est situé ici. Les Écoles polytechniques fédérales (EPF) de Zurich et de Lausanne se révèlent être des moteurs de l'innovation. En 2013 déjà, le gourou américain de l'Internet Chris Anderson faisait l'éloge de la Suisse en la qualifiant de «Silicon Valley de la robotique».

La Suisse n'exploite pas ce potentiel, souligne Höpflinger. Une certaine frustration est perceptible chez le directeur du centre de drones lorsqu'il en parle dans son bureau à Thoune (BE).

«En comparaison internationale, la Suisse a une densité unique de start-ups, de connaissances et de compétences»
Mark Höpflinger

L'ingénieur de l'Écoles polytechniques fédérales de Zurich (EPFZ) voit le problème dans le domaine industriel. Selon lui, la Suisse est à la traîne. «Le transfert de la recherche vers l'industrie ne fonctionne pas suffisamment», résume Höpflinger.

Qui prend le risque?

L'un des obstacles est l'argent. En Suisse, il est difficile de se procurer du capital-risque. Il n'est donc pas étonnant qu'il y ait beaucoup de «start-ups», mais pas de grands fabricants. La Suisse n'a pas non plus de politique industrielle. Il en va autrement à l'étranger: on oublie volontiers que le Pentagone a été l'artisan de la naissance de la Silicon Valley aux Etats-Unis.

Pourtant, l'aide de l'État serait nécessaire. C'est ce que montre notamment l'exemple des robots de recherche et de sauvetage dans la protection contre les catastrophes. Qu'il s'agisse de tremblements de terre, d'éboulements ou d'autres catastrophes naturelles, de tels robots seraient les bienvenus auprès de la police, des pompiers et les services de secours. Mais quelle autorité souhaiterait acheter un prototype qui ne fonctionnerait pas en cas d'urgence?

La société Ruag avance également prudemment. La compagnie fédérale d'armement travaille avec l'équipe de Höpflinger sur des projets de recherche. L'entreprise souhaite utiliser les résultats obtenus dans un contexte industriel.

«Il y a des développements intéressants, mais les applications commerciales n'en sont encore qu'à un stade précoce»
Ruag

Les Etats-Unis s'immiscent en Suisse

De manière générale, la Confédération accorde plutôt peu de priorité à ce domaine. Le budget de recherche du centre de drones s'élève à peine à 1,5 million de francs par an, souligne Mark Höpflinger. Et cela a des conséquences: d'autres pays débloquent des fonds pour des projets prometteurs en Suisse. L'agence de recherche du ministère américain de la Défense (Darpa) est d'ailleurs omniprésente.

Davide Scaramuzza, par exemple, a bénéficié de subventions américaines. Avec son équipe, le professeur de robotique de l'université de Zurich a développé des drones autonomes qui volent en pilote automatique même sur des terrains impraticables. Cela a également éveillé l'intérêt de l'armée américaine. Scaramuzza n'y voit pas de problème. «Les résultats sont transparents et accessibles au public. Le monde entier peut en profiter», a-t-il souligné en juin dernier à Swissinfo.ch.

Le chef de l'armée apporte un vent de fraîcheur

Il fut un temps où la Suisse développait elle-même ses drones. Dans les années 1980, Ruag a collaboré avec Oerlikon-Contraves et Israel aircraft industries pour le drone Ranger, qui sera retiré du service en 2019. La Confédération a commandé son successeur, le drone de reconnaissance Hermes 900, en Israël.

Die Drohne Hermes 900 HFE fuer das Aufklaerungsdrohnensystem 15 (ADS 15) wird auf dem Militaerflugplatz in Emmen vorgestellt, am Montag, 9. Dezember 2019. (KEYSTONE/Georgios Kefalas)
Le drone de reconnaissance Hermes 900.Image: KEYSTONE

Mark Höpflinger place désormais ses espoirs dans Thomas Süssli. Cet ancien banquier et expert en informatique est à la tête de l'armée depuis début 2020 et a apporté un certain vent de fraîcheur. Il a par exemple créé l'Innovationsboard V, qui réunit autour d'une table le commandement de l'armée avec des représentants de Ruag et de l'EPF de Zurich.

Contrairement à ses prédécesseurs, Süssli n'est pas devenu chef de l'armée au sein du cercle interne, mais vient de l'extérieur. Officier de carrière depuis 2015 seulement, il a travaillé auparavant pour différentes banques. Ce regard extérieur est une chance pour les chercheurs en robotique — tout comme le fait que sa nouvelle cheffe, la conseillère fédérale Viola Amherd, n'ait pas fait carrière dans l'armée.

La politique fait également pression. Par le biais d'une motion, la Commission de la politique de sécurité du Conseil national demande des mesures pour encourager l'innovation dans le domaine de la sécurité.

«Dans ce domaine, il faut un coup de pouce de la politique»
Gerhard Andrey, conseiller national fribourgeois des Verts

Absence de règles internationales

Le fait que la Suisse soit industriellement à la traîne en matière de drones militaires a une autre raison. Elle a plus de scrupules que d'autres pays. Ainsi, le centre de drones se concentre sur les systèmes non armés. «La technique nous montre ce que l'on peut faire, pas ce que l'on doit faire», explique Höpflinger. Il considère la question de l'automatisation comme centrale.

«L'homme ne doit pas perdre le contrôle»

De nombreuses entreprises de robotique en Suisse ont donc pris les choses en main. Ainsi, Anybotics, l'un des principaux fabricants mondiaux de robots marcheurs, interdit par contrat l'utilisation armée de ses machines.

Tant que la communauté internationale ne se met pas d'accord sur des règles, ces actions isolées sont inefficaces. Depuis 2017, l'ONU discute d'une interdiction des systèmes d'armes autonomes — également connus sous le nom de robots tueurs. Un accord a jusqu'à présent échoué en raison de l'opposition de puissances de premier plan comme les Etats-Unis et la Russie. Le temps presse: en 2020, un drone aurait ainsi «chassé» une cible humaine pendant la guerre civile libyenne, sans en avoir reçu l'ordre.

(Traduit et adapté par Pauline Langel)

Ce chien robot bizarre ne va pas aider la Russie à gagner en Ukraine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Deux corps repêchés dans les eaux zougoises en deux heures
Samedi après-midi, deux personnes ont été retrouvées mortes dans les eaux du canton de Zoug.

Deux personnes décédées ont été repêchées dans les eaux zougoises en l'espace de deux heures samedi après-midi. Un homme sans vie a été retrouvé dans un établissement de bains à Oberägeri et une femme morte dans le lac de Zoug à Hünenberg See, a indiqué la police.

L’article