Suisse
avion

Des films à bord des avions Edelweiss ont été censurés

Des films à bord des avions Edelweiss ont été censurés
Pas de juron, pas de bagarre: les films d'action à la sauce Jason Statham ont été censurés.Image: Shutterstock

Les films à bord des avions de cette compagnie suisse sont censurés

Toutes les filiales de Lufthansa proposent en général le même catalogue de divertissement sur les écrans des passagers. Mais un film est récemment apparu beaucoup moins violent que prévu sur certains vols en raison d'un couac.
05.07.2024, 11:4205.07.2024, 11:48
Benjamin Weinmann / ch media
Plus de «Suisse»

Jason Statham n'est pas du genre bavard. Dans les sagas Transporter et Expendables, la star laisse surtout parler ses poings et ses pieds en donnant des coups. Son dernier film, The Beekeeper, ne déroge pas à la règle. «The Stath», comme l'appellent ses fans, y poursuit une bande de criminels qui pirate et vide les comptes en banque de clients sans défense. Dans sa quête de vengeance, l'apprenti-apiculteur ne recule devant rien. Il coupe des doigts et enfonce des barres de fer dans la gorge des pirates.

Des scènes brutales que les passagers des vols long-courriers de Swiss et Edelweiss peuvent regarder sur l'écran face à leur siège. Le film fait en effet partie du programme de divertissement à bord des deux compagnies. Mais la clientèle des vols en provenance et à destination de Denver, Le Cap ou Calgary a récemment eu droit à une version un peu différente.

Jurons à la pelle et pluie de coups de couteau

Dans celle-ci, on trouvait beaucoup moins de jurons et la censure de diverses scènes de violence. Le long-métrage original n'en était pas avare. Le site Movie Data Base (en abrégé: Imdb) qualifie le niveau de vulgarité de «sévère». On entend plus d'une centaine de «fuck», et 24 «shit». S'y ajoutent des «asses», «dick» ou «bitch», moins fréquents. Par ailleurs, les tirs à la tête, les fractures et les coups de couteau sont légion.

This image released by Amazon MGM Studios shows Jason Statham in a scene from "The Beekeeper." (Amazon MGM Studios via AP)
Jason Statham n'y va pas avec le dos de la cuillère.Keystone

Mais les passagers d'Edelweiss n'ont rien vu de tout ça. Pourquoi? «Nous avons eu un problème avec le dernier téléchargement», explique le porte-parole Andreas Meier.

«Nous avions reçu par erreur les versions pour les compagnies aériennes du Moyen-Orient, qui sont plus fortement censurés»
Andreas Meier, Edelweiss

En principe, Edelweiss reprend l'intégralité du programme de Swiss. L'erreur, qui a touché d'autres longs-métrages, devrait être corrigée prochainement, selon Meier.

Uniquement des versions originales

On l'aura donc compris, la concurrence basée au Proche-Orient a parfois recours à la censure. Un porte-parole d'Emirates, dont l'offre de divertissement contient plus de 2000 références le confirme:

«En tant que compagnie aérienne ciblant les familles et transportant un public international, nous optons toutefois, en cas de représentation excessive de violence, de sexe, de nudité ou de langage vulgaire, pour l'octroi d'une licence à une version coupée officielle des studios ou des distributeurs.»
Emirates

Mais cette disposition ne concerne pas la majorité des cas.

La pratique serait très peu répandue chez Swiss, selon sa porte-parole Meike Fuhlrott: «Nous excluons uniquement les contenus sur les accidents d'avion, la violence extrême ainsi que ceux à caractère érotique». Les mêmes films et versions sont projetés dans toutes les classes de voyage.

C'est la société mère, le groupe Lufthansa, qui gère le catalogue.

«Les films sont sélectionnés manuellement par une équipe interne»
Meike Fuhlrott, Swiss

350 séquences télévisuelles et 240 films sont actuellement au programme - et l'apiculteur assoiffé de sang en fait partie.

(Adaptation française: Valentine Zenker)

Cet avion a connu un atterrissage spectaculaire

Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment j'ai piégé un pseudo conseiller en assurances
Lors d'un énième appel d'un call center, je n'ai exceptionnellement pas répondu «ALLEZ CREVER», mais accepté de rencontrer un conseiller en assurances. La promesse? Payer moins cher et «être couverte si j'attrape le diabète», notamment. Je vous raconte ce rendez-vous aussi lunaire que mensonger.

Normalement, je réponds aux appels des call centers en leur chantant un chapelet d'injures. Oui je sais, c'est méchant, blablabla, je m'en fous. Mais cette fois-ci, j'ai décidé de jouer le jeu.

L’article